Les Mar­zoc­co «n’ont ja­mais cor­rom­pu qui que ce soit»

Monaco-Matin - - Le Dossier Du Dimanche -

Pour l’un des avo­cats des pro­mo­teurs de la tour Odéon les ac­cu­sa­tions ne tiennent pas. En tout cas, les frères Mar­zoc­co, Clau­dio et Pao­lo, les « contestent fer­me­ment » : « Ils n’ont ja­mais cor­rom­pu, ni même ten­té de cor­rompre qui que ce soit » , mar­tèle Me Luc Bros­sol­let. Pour­tant, Li­no Al­ber­ti af­firme avoir été man­da­té par ces poids lourds de l’im­mo­bi­lier mo­né­gasque pour re­mettre de l’ar­gent au maire de Beau­so­leil, Gé­rard Spi­nel­li. Me Bros­sol­let semble ac­cor­der peu de cré­dits à « des dé­cla­ra­tions contra­dic­toires, in­co­hé­rentes et non constantes ». Il dé­clare que les frères Mar­zoc­co ont re­mis 250000 eu­ros à Li­no Al­ber­ti « pour l’aide qu’il leur a ap­por­tée dans la né­go­cia­tion avec Vin­ci du de­vis » re­la­tif à la construc­tion de la tour Odéon. Un pro­gramme im­mo­bi- lier éri­gé « sur le ter­ri­toire mo­né­gasque » et contre le­quel « la­mu­ni­ci­pa­li­té de Beau­so­leil était dé­pour­vue de tout moyen de lui nuire » . Ce qui, pour Me Bros­sol­let, dé­montre bien qu’il ne pou­vait y avoir ten­ta­tive de cor­rup­tion: « Je veux bien que l’on m’ac­cuse d’avoir don­né de l’ar­gent à un maire, mais en­core faut-il que l’on me dise pour­quoi. Or l’ac­cu­sa­tion échoue à dé­mon­trer l’in­té­rêt qu’au­raient pu y avoir Mes­sieurs Mar­zoc­co », in­siste Luc Bros­so­let, qui en­tend bien en faire la dé­mons­tra­tion à l’au­dience. Cet avo­cat pa­ri­sien pour­ra comp­ter sur le ren­fort de deux émi­nents confrères. Les frères Mar­zoc­co se sont éga­le­ment at­ta­ché les ser­vices du cé­lèbre pé­na­liste Eric Du­pond-Mo­ret­ti et de Thierry La­coste, un proche de la fa­mille prin­cière de Mo­na­co.

Clau­dioMar­zoc­co, l’un des pro­mo­teurs de la tour Odéon.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.