COUPE DU MONDE EN AUS­TRA­LIE Les Fren­chies deuxièmes !

La paire fran­çaise com­po­sée des Azu­réens Vic­tor Du­buis­son et Ro­main Lan­gasque, a ter­mi­né deuxième der­rière le Da­ne­mark. Ja­mais les Bleus n’avaient réa­li­sé un aus­si bon ré­sul­tat

Monaco-Matin - - Sports - FA­BIEN PIGALLE

Une équipe de co­pains va tou­jours plus loin qu’une équipe tout court. Et c’est vrai dans tous les sports. Cette se­maine, le Can­nois Vic­tor Du­buis­son, 26 ans, et le Ca­brienc Ro­main Lan­gasque, 21 ans, ont frap­pé un grand coup lors de la Coupe du­Monde de golf qui s’est ache­vée hier enAus­tra­lie. Un évé­ne­ment bian­nuel créé en 1953, qui a tou­jours ré­com­pen­sé les plus grandes na­tions et grands noms du golf. Les Bleus ont réus­si l’ex­ploit de ter­mi­ner deuxièmes der­rière les Da­nois Kjeld­sen-Ole­sen en état de grâce. Un ré­sul­tat his­to­rique pour le golf fran­çais dans cette com­pé­ti­tion de doubles aty­pique et ri­che­ment do­tée (8 mil­lions de dol­lars). Ro­main Lan­gasque, qui a frap­pé ses pre­mières bal­lesàSaint-Do­nat, a pro­gres­sé dans les pas de son « idole gol­fique » comme il l’ap­pelle : Vic­tor Du­buis­son, le Can­nois. « Je voyais Ro­main sur les com­pé­ti­tions dé­par­te­men­tales. C’est un ami » , ex­pli­quait de son cô­té le En sco­rant -  hier lors du der­nier tour, Du­buis­son et Lan­gasque ont ar­ra­ché la deuxième place.

n°1 fran­çais. Une belle his­toire, qui n’a pas échap­pé à la po­lé­mique. Les règles pour par­ti­ci­per à la Coupe du Monde sont claires : le n° 1 au clas­se­ment mon­dial de chaque pays choi­sit son par­te­naire. Avant ça, les deux pre­miers au clas­se­ment dé­fen­daient au­to­ma­ti­que­ment leur dra­peau. Quand il ap­pre­nait que Vic­tor Du­buis­son avait adou­bé Ro­main Lan­gasque, Gré­go­ry Bour­dy, le n°2 fran­çais au clas­se­ment mon­dial à

l’épo­que­dé­ci­dait de sor­tir du bois et fus­ti­ger dans la presse le choix du Can­nois. « Là en­core j’ai été cri­ti­qué alors que j’étais dans mon droit le plus to­tal. C’est un énorme manque de res­pect pour Ro­main, s’était-il alors dé­fen­du dans nos co­lonnes mi-sep­tembre. Ce qui me gêne, c’est pour Ro­main ! Ce n’est pas sym­pa pour lui. C’est l’ave­nir du golf fran­çais et je trouve ça nul comme ré­ac­tion. En me tom­bant des­sus, on dit en gros qu’il n’a pas le ni­veau » . Au fi­nal, cette po­lé­mi­queaeu­pour seul ef­fet de boos­ter les deux amis. « Di­sons que je n’ai pas l’im­pres­sion d’avoir vo­lé ma place. Je suis 188e et 5e joueur fran­çais, avait rap­pe­lé le joueur de Saint-Do­nat avant de dé­col­ler pour l’Aus­tra­lie. Pour ma pre­mière sai­son pro, re­pré­sen­ter mon­pays, c’est la ce­rise sur le gâ­teau. Du coup, ça nous donne en­core plus en­vie avec Vic­tor de faire un grand truc » , pré­ve­nait-il. Les dents ser­rées, Lan­gasque, qui joue­ra la sai­son pro­chaine sur l’Eu­ro­pean Tour, ne s’est pas écrou­lé sous la pres­sion. Il ren­trait des putts im­por­tants. De son cô­té, Vic­tor Du­buis­son a sou­la­gé son pe­tit pro­té­gé, por­té par l’élan d’une fin d’an­née ex­tra­or­di­naire. Le Can­nois, qui n’avait plus tou­ché un club de l’été, a réus­si un re­tour to­ni­truant en si­gnant deux Top 5 au Ned­bank etàDu­baï mi-no­vembre. Les deux der­niers grands ren­dez-vous de l’Eu­ro­pean Tour. Dans les mo­ments com­pli­qués, l’ami­tié entre les deux joueurs a per­mis aux Bleus de ré­sis­ter aux bour­rasques aus­tra­liennes. « On s’est bien com­plé­té », a re­con­nu Lan­gasque. « Je suis su­per-content et je re­mer­cie en­core Vic­tor de m’avoir sé­lec­tion­né et de m’avoir fait pas­ser cette se­maine in­croyable » , a-t-il confié. A 21 ans, Lan­gasque a confir­mé qu’il fau­dra comp­ter sur lui la sai­son pro­chaine sur l’Eu­ro­pean Tour. A 26 ans, Du­buis­son a fait taire de son cô­té toutes les cri­tiques en exac­te­ment un mois ! Et les fans sont dé­jà im­pa­tients de re­voir ce gé­nial duo.

Faire un grand truc ”

(Pho­tos AFP)

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.