Comment ins­tau­rer l’éga­li­té­dans les faits Le coach

Dans un uni­vers long­temps gou­ver­né par les hommes, les femmes ap­portent leurs va­leurs en en­tre­prise. Elles in­fluent sur l’être et le faire

Monaco-Matin - - L’économie - CH­RIS­TELLE LE­FEBVRE cle­febvre@ni­ce­ma­tin.fr

Ré­flé­chir au­tre­ment pour agir plei­ne­ment est le par­ti prisde Va­lé­rie Pas­cal et Ca­the­rine Sex­ton, pour ins­tau­rer l’éga­li­té entre les femmes et les hommes dans les faits. Les co­au­teurs l’ont dé­ve­lop­pé dans un livre gor­gé d’exemples et de té­moi­gnages ins­pi­rants, pa­ruaux édi­tions Af­nor. Ca­the­rine Sex­ton nou­se­nes­quisse les grands traits en avant-pre­miè­rede son in­ter­ven­tion à la­con­fé­rence de clô­tu­redes En­tre­pre­na­riales où elle in­ter­vien­dra aux cô­tés de la boxeuse et chef d’en­tre­prise Sa­rahOu­rah­moune sur le lea­der­ship au fé­mi­nin.

Le verre à moi­tié plein

On ne s’en rend pas for­cé­ment compte parce qu’on vit en dé­mo­cra­tie dans un pays­dé­ve­lop­pé­mais de grandes avan­cées ont dé­jà eu lieu pour la femme en en­tre­prise en France. Sup­pres­sion­du­sa­laire fé­mi­nin en 1946, sup­pres­sion de l’au­to­ri­sa­tion de tra­vail de­man­dée au­ma­ri en 1965, re­con­nais­sance du « à tra­vail égal, sa­laire égal » en 1972… La loi évo­lue et elle va en­core le faire en jan­vier 2017 avec une mixi­té d’au moins 40% de femmes dans les conseils d’ad­mi­nis­tra­tion des en­tre­prises co­tées et de plus de 500 sa­la­riés. L’ou­vrage re­vient ré­gu­liè­re­ment sur le mé­tier mais dans les faits, nous sommes en­core loin d’at­teindre l’éga­li­té. Dans un contexte éco­no­mique en re­pli, la si­tua­tion s’est­même dé­gra­dée.

Le poids de l’his­toire

Pour­quoi a-t-on tant de mal à faire pas­ser l’éga­li­té dans les faits? Ca­the­ri­neSex­ton l’ex­plique par le poids de l’his­toire. L’homme chasse, la femme pro­tège. C’est notre ré­fé­ren­tiel de­puis que l’homme est homme. L’in­cons­cient col­lec­tif fait de la ré­sis­tance. D’au­tant plus que, dans notre cul­ture, no­treé­du­ca­tion ju­déo-chré­tienne, la fa­mil­leaune struc­tu­re­pa­triar­cale, avec l’homme do­mi­nant. Le constat est moins vrai de­puis l’écla­te­ment des cel­lules fa­mi­liales. Avec le mo­no­pa­ren­tal, les va­leurs des hommes et des femmes se rap­prochent. Cha­cun jouant sur les deux re­gistres. Les gé­né­ra­tions nou- velles de­vraient faire bou­ger les lignes si­gni­fi­ca­ti­ve­ment.

Pour le lea­der­ship

La femme ai­meau­tant le lea­der­ship que l’homme. Elle ne l’exerce pas de la même ma­nière, c’est tout. Ca­the­rine Sex­to­na­dé­ve­lop­pé unou­til de diag­nos­tic en en­tre­prise. Elle in­ter­roge les hommes et les femmes sur les qua­li­tés d’éthique et de va­leurs que doit dé­ve­lop­per un lea­der. Il s’agit d’au­toé­va­lua­tion. Pre­mier constat, les femmes ne se mettent ja­mais le maxi­mum de points. In­ter­ro­gées sur la sou­ples­se­dont elles peuvent faire preuve, sur leur ca­pa­ci­té à na­vi­guer dans le monde, les femmes s’éva­luent au­tour de 8 et 9 sur une échelle de0à10. Les­hommes se si­tuent au­tour de 6 à 10.

La pres­sion pour les deux

Les hommes ont au­tant de pres­sion mais là aus­si, elle ne s’ex­prime pas de la­même fa­çon. Les­hommes sont éle­vés dans le « sois fort », « ne­pleure pas », sont mis au dé­fi, au chal­lenge de­puis tout pe­tits. Les femmes, elles, sont dans le « sois par­faite », « sois bonne à l’école », « sois belle ». Elles sont vues pour leur ap­pa­rence avant leurs com­pé­tences. Elles re­cherchent tou­jours la per­fec­tion.

Ac­cep­tez-vous

Quelle so­lu­tion pour faire avan­cer l’éga­li­té en en­tre­prise? Mes­dames, com­men­cez par vous ac­cep­ter telles que vous êtes, faites sa­voir ce que vous faites. Ap­pre­nez à vous va­lo­ri­ser comme les hommes savent le faire. Mes­sieurs, com­men­cez par re­gar­der chaque in­ter­lo­cu­teur­par les atouts qu’ils pré­sentent, va­lo­ri­sez la com­pé­tence avant l’ap­pa­rence. Ce se­ra dé­jà un pre­mier pas.

La bas­cule par le ca­pi­tal hu­main

Les chefs d’en­tre­prise en­place, mas­cu­lins pour l’es­sen­tiel, sur­tout dans les grandes en­tre­prises, on­té­té éle­vés à la­cul­tu­re­du­re­tour sur l’in­ves­tis­se­ment, du­chif­freà­pro­duire, de la per­for­mance à réa­li­ser. Ce se­ra en­core vrai de­main. Les en­tre­prises doivent dé­ga­ger des bé­né­fices pour les re- dis­tri­buer. Sauf qu’avec une pré­sence ac­crue des femmes dans l’en­ca­dre­ment, la va­lo­ri­sa­tion du ca­pi­tal hu­main va en­co­re­se­dé­ve­lop­per. Le­dis­cour­spor­te­ra en­co­re­plus sur le bie­nê­treau­tra­vail. Et il n’a ni genre, ni âge, ni ori­gine. Les ré­fé­rences glissent, dou­ce­ment mais du­ra­ble­ment.

La com­plé­men­ta­ri­té

Les dif­fé­rences bio­lo­giques existent. Le meilleu­rest dans la­com­plé­men­ta­ri­tédes genres. La vraie­ques­tion est « Qu’est-ceque tu as en­viede faire? », « De quel­le­mo­ti­va­tion es-tu ca­pable de faire preuve? » Don­ner place à l’autre en fonc­tion de ce qu’il sait fai­reet­de­son ap­pé­tence. Pas de son sexe.

Lé­gi­fé­rer en­core?

C’est ab­so­lu­ment né­ces­saire, es­time Ca­the­rine Sex­ton. L’éga­li­té doit être ins­crite dans le Droit du tra­vail. C’est une des va­leurs de la Ré­pu­blique. La pous­sée lé­gale donne un socle com­mun. Il faut tra­vailler la conscience in­di­vi­duelle et col­lec­tive en pa­ral­lèle. Ne rien lâ­cher.

La gou­ver­nance mo­derne

La pre­mière re­cette pou­rune gou­ver­nance réel­le­ment éga­li­taire est de ma­na­ger par l’exem­pla­ri­té. Si la di­rec­tion prône l’éga­li­té homme fem­me­parce que ça fait plai­sir, çane marche pas. Si elle im­pulse des ac­tions concrètes, alors les men­ta­li­tés changent. La re­cette, c’est de sen­si­bi­li­ser tout le­monde. On a tous une pé­pi­teen­nous. L’éga­li­téest l’af­faire de tous. Le lea­der­ship au fé­mi­nin, conférence de clô­ture des En­tre­pre­na­ria­lesà17h30, en­par­te­na­ria­ta­vecLaT­ri­bune Bul­le­tinCô­ted’Azur, laCaisse d’Épargne Côte d’Azur et les Femmes Chefs d’en­tre­prises.

(D.R.)

Ca­the­rine Sex­ton, coach en en­tre­prise : « Par­lez-leur de leur mo­tif de sa­tis­fac­tion, les femmes font état de la re­con­nais­sance de leur tra­vail en pre­mier, les hommes de l’ar­gent que leur tra­vail gé­nère et des pers­pec­tives d’évo­lu­tion qu’il pré­sente. »

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.