Ça tangue entre Valls et Hol­lande

Le Pre­mier mi­nistre a écar­té, hier, une dé­mis­sion de Ma­ti­gnon et ex­clu l’hy­po­thèse d’une confron­ta­tion avec le Pré­sident à la pri­maire

Monaco-Matin - - La Une -

Après un ma­no à ma­no avec Fran­çois Hol­lande tout au long du week-end, Ma­nuel Valls est ren­tré dans le rang hier, ex­cluant vi­si­ble­ment de dé­mis­sion­ner au­nom de son « sens de l’Etat » et d’af­fron­ter le­pré­sident lors de la pri­maire or­ga­ni­sée par le PS. Alors qu’il était dans l’avion qui l’em­me­nait en Tu­ni­sie pour une vi­site of­fi­cielle [lire ci-des­sous], le chef du gou­ver­ne­ment a lais­sé fil­trer par son en­tou­rage la te­neur d’un dé­jeu­ner dé­ci­sif à l’Ely­sée avec le chef de l’Etat. Ma­nuel Valls, se­lon l’un de ses proches, a ain­si as­su­ré à Fran­çois Hol­lande « qu’il ne pou­vait y avoir et qu’il n’y au­rait ja­mais de crise ins­ti­tu­tion­nelle » au som­met de l’Etat. Une fa­çon de si­gni­fier qu’il écarte toute dé­mis­sion de Ma­ti­gnon, sur­tout au « mo­ment pré­cis où la France fait face à la me­nace ter­ro­riste » . Im­pos­sible aus­si d’en­vi­sa­ger dans ces cir­cons­tances une « confron­ta­tion po­li­tique » dans le couple exé­cu­tif à l’oc­ca­sion de la pri­maire or­ga­ni­sée par le PS.

Bombe désa­mor­cée

Ma­nuel Valls a ain­si désa­mor­cé, au moins pro­vi­soi­re­ment, la bombe qu’il avait lui-même lâ­chée au cours du week-end, n’ex­cluant pas de se pré­sen­ter contre le chef de l’Etat dans la pri­maire des 22 et 29 jan­vier, dans une in­ter­view au Jour­nal du di­manche. L’am­biance du dé­jeu­ner a été « tout à fait cor­diale et stu­dieuse », a as­su­ré pour sa part l’en­tou­rage de M. Hol­lande, as­su­rant que, « bien en­ten­du » , l’ac­tion de l’exé­cu­tif al­lait pou­voir se pour­suivre se­rei­ne­ment. Dans la­ma­ti­née, le chef de l’Etat avait en­core in­ten­si­fié son bras de fer avec son Pre­mier mi­nistre par la voix de ses sou­tiens. « Il n’y au­ra pas de pri­maire entre le pré­sident de la Ré­pu­blique et le Pre­mier mi­nistre » , a ain­si af­fir­mé sur Eu­rope 1 le porte-pa­role du gou­ver­ne­ment Sté­phane Le Foll, fi­dèle lieu­te­nant de Fran­çois Hol­lande.

« Pul­sions sui­ci­daires »

Dans ce cli­mat dé­lé­tère, Fran­çois Hol­lande ou Ma­nuel Valls sont de toutes fa­çons au plus bas dans les son­dages, avec cha­cun 9 % seule­ment d’in­ten­tions de vote au pre­mier tour de l’élec­tion pré­si­den­tielle, se­lon une en­quête Har­ris In­ter ac­tive pu­bliée di­manche soir. De quoi ali­men­ter l’inquiétude au sein du PS, à cinq mois de l’échéance. « Peut-être y a-t-il des pul­sions sui­ci­daires par­fois chez cer­tains de nos di­ri­geants », s’est dé­so­lé Oli­vier Faure, dé­pu­té PS de Seine- et- Marne, sur LCP. « Ce qui se passe en ce mo­ment dans l’exé­cu­tif n’est bon pour per­sonne », ade son cô­té es­ti­mé sur RTL Laurent Wau­quiez, pré­sident par in­té­rim des Ré­pu­bli­cains. « Je leur dis: “Res­sai­sis­sez-vous !” Il reste cinq mois, ça ne peut pas al­ler jus­qu’au bout. »

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.