Pri­maire: « Uné­lan au­tour de Fran­çois Fillon »

Les élec­teurs de Cap-d’Ail, d’Èze ou de La Tur­bie ont plé­bis­ci­té, en­core plus qu’à Beau­so­leil, en France ou dans les Alpes-Ma­ri­times, ce­lui qui re­pré­sen­te­ra la droite et le centre à la Pré­si­den­tielle

Monaco-Matin - - Autour De Monaco - N.H.-F. nhas­son@ni­ce­ma­tin.fr

C’ est quelque chose qu’on n’a pas res­sen­ti en po­li­tique de­puis très long­temps. » Xa­vier Beck, le maire de Cap-d’Ail, a sen­ti un « élan au­tour de Fran­çois Fillon » , di­manche lorsde la pri­maire de la droite et du centre. À Èze, La Tur­bie et donc Cap-d’Ail, les élec­teurs ont vo­té dans sa com­mune, au châ­teau des Ter­rasses. Et en­core un peu plus qu’ailleurs en France et dans le reste des Alpes-Ma­ri­times – Beau­so­leil se si­tue dans la moyenne azu­réenne –, ils ont plé­bis­ci­té l’an­cien Pre­mier mi­nistre de Ni­co­las Sar­ko­zy.

« Il res­semble aux Alpes-Ma­ri­times »

Dans le sec­teur, plus de 80% des votes re­viennent à l’ex­dé­pu­té de la Sarthe. Dans le dé­par­te­ment, les sym­pa­thi­sants LR ont vo­té pour Fran­çois Fillon à 77,46 %, et à 66,5 % dans le reste du pays. La par­ti­ci­pa­tion est L’adhé­sion à Fran­çois Fillon, « on l’a sen­tie toute la jour­née », dit Xa­vier Beck, le maire de Cap- d’Ail.

d’ailleurs en aug­men­ta­tion, avec 12,8 %– contre12,5 % au pre­mier tour. Xa­vier Beck ob­serve un « re­port­mé­ca­nique » de l’en­semble des voix du pre­mier tour

sur Fran­çois Fillon, ex­cep­tion faite de celles d’Alain Jup­pé. Sur la cir­cons­crip­tion, le maire de Bor­deaux ne gagne qu’une voix par rap­port au pre­mier tour. Le pre­mier ma­gis­trat de Cap-d’Ail voit plu­sieurs rai­sonsà ce­la. D’abord, ilya­la per­son­na­li­té et le pro­gramme de Fran­çois Fillon, qui dé­fend « des idées clai- res pré­sen­tées avec convic­tion » . Xa­vier Beck évoque aus­si le fait que le dé­pu­té de Pa­ris est « ir­ré­pro­chable » . Et puis Fran­çois Fillon est un can­di­dat qui « res­semble » aux Alpes-Ma­ri­times, « dé­par­te­ment qui a été, pas de­puis très long­temps, gaul­liste » . L’an­cien chef du gou­ver­ne­ment peut « sus­ci­ter l’es­time, le res­pect, le ras­sem­ble­ment » . Et ce­la lui don­ne­ra des armes, pour­suit le maire de Cap-d’Ail. « Je pense qu’il peut li­qui­der le Front na­tio­nal, dit-il. Et ra­me­ner l’ex­trême droite à ses5 %.»

(Pho­to illus­tra­tion Jean-Fran­çois Ot­to­nel­lo)

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.