Smic : le coup de pouce a du­plomb dans l’aile

Monaco-Matin - - France -

Le­groupe d’ex­perts sur le Smic s’est pro­non­cé contre un « coup de pouce » au 1er jan­vier, se­lon son rap­por­tan­nuel trans­mis, hier, aux par­te­naires so­ciaux, dans le­quel il juge une hausse de la prime d’ac­ti­vi­té plus « ef­fi­cace » pour lut­ter contre la pau­vre­té. L’exé­cu­ti­fan­non­ce­raof­fi­ciel­le­ment le­ni­veau de re­va­lo­ri­sa­tion du Smic lors d’une réunion de laCom­mis­sion na­tio­nale de la né­go­cia­tion col­lec­tive (CNNC), qui doit se te­nir le19dé­cembre, pré­ci­set-il. Consul­té de­puis 2008 avant chaque re­va­lo­ri­sa­tion an­nuel­le­du­sa­lai­re­mi­ni­mum, le groupe d’ex­perts a tou­jours dé­con­seilléau­gou­ver­ne­ment d’ac­cor­der un « coup de pouce ». Adé­faut, le Smic bé­né­fi­cie chaque 1er jan­vier d’une hausse mé­ca­nique, cal­cu­lée­se­lon­deux cri­tères: l’in­fla­tion­hors ta­bac pour les 20 % de mé­nages aux re­ve­nus les plus faibles et la­moi­tié­du gain de pou­voir d’achat du sa­laire ho­raire de base ou­vrier et em­ployé (SHBOE).

Cette an­née en­core, « al­ler au­de­là de la for­mule lé­gale d’in­dexa­tion in­tro­dui­rait un risque de dé­sta­bi­li­sa­tionà­par­tir d’une si­tua­tion[ éco­no­mique] en­core fra­gile », écrivent les ex­perts dans leur­rap­port, dé­voi­lé par Les Échos. Ils ap­pellent « à la pru­dence et à la­mo­dé­ra­tion » et jus­ti­fient leur pré­co­ni­sa­tion par le fait que « la­con­jonc­ture de l’em­ploi reste pré­caire » et

quel’em­bel­lie ac­tuelle est­due « pro­ba­ble­ment plus aux­me­sures d’al­lè­ge­ment du coût du tra­vail qu’à la conjonc­ture éco­no­mique ». Lors­de­la­der­niè­re­re­va­lo­ri­sa­tion, dé­but 2016, le sa­lai­re­mi­ni­mum avait aug­men­té de 0,6 %, at­tei­gnant 1 466,62 € bruts men­suels (9,67 € de l’heure) et 1 141,61€ nets. Les ex­perts es­timent, par ailleurs, que le Smic « n’ap­pa­raît pas comme l’ins­tru­ment de re­dis­tri­bu­tion le plus ef­fi­cace », lui pré­fé­rant la prime d’ac­ti­vi­té. Ce dis­po­si­tif, qui a fu­sion­né en dé­but d’an­née le RSAac­ti­vi­té et la­prime pour l’em­ploi, of­freun­com­plé­ment de re­ve­nus aux tra­vailleurs pauvres.

Pri­vi­lé­gier les mé­nages mo­destes

« La pau­vre­té comme l’in­éga­li­té di­mi­nuent plus for­te­ment sous l’ef­fet d’une re­va­lo­ri­sa­tion de la prime d’ac­ti­vi­té que sous l’ef­fet d’une hausse du Smic », tranche le groupe, qui a com­pa­réles ef­fets d’une­haus­sede 1% du Smic avec ceux d’une re­va­lo­ri­sa­tion équi­va­lente de la prime d’ac­ti­vi­té. La­hausse du Smic bé­né­fi­cie­rait à tous les mé­nages dont au moins un des membres est ré­mu­né­réau­tour­duS­mic, mê­me­si l’au­tre­mem­bre­dis­po­se­de­re­ve­nus éle­vés, tan­dis qu’une haus­sede la­pri­med’ac­ti­vi­té ne­con­cer­ne­rait­que­les­mé­na­ges­mo­destes, ses rè­glesd’éli­gi­bi­li­té te­nant­comp­te­des­res­sources to­tales du mé­nage.

(Pho­to AFP)

Le gou­ver­ne­ment n’a plus ac­cor­dé de coup de pouce au Smic de­puis le  er juillet , au len­de­main de l’élec­tion de Fran­çois Hol­lande.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.