Air Co­caïne : des élus volent au se­cours de Pi­sa­pia

Monaco-Matin - - France - ERIC MARMOTTANS

Ni­co­las Pi­sa­pia, con­dam­né à 20 ans de pri­son en Ré­pu­blique do­mi­ni­caine, bé­né­fi­cie­ra-t-il du sou­tien di­plo­ma­tique de la France? Ce qua­dra­gé­naire a été ar­rê­té en 2013 à Pun­ta Cana alors qu’il s’ap­prê­tait à em­bar­quer dans un avion, char­gé de drogue, à des­ti­na­tion de Saint-Tro­pez. Alors que son sort reste sus­pen­du à un ul­time re­cours de­vant la Cour su­prême do­mi­ni­caine, des par­le­men­taires sont dé­ci­dés à « mettre en place un col­lec­tif » pour dé­cro­cher un ren­dez-vous avec le pré­sident de la Ré­pu­blique afin d’évo­quer « l’af­faire Pi­sa­pia ».

Quels ar­gu­ments?

Ce col­lec­tif d’élus est sen­sible aux ar­gu­ments de l’as­so­cia­tion de sou­tienàNi­co­las Pi­sa­pia (ASNP). « Sans nous pro­non­cer sur le fond, nous te­nons à dé­non­cer les ir­ré­gu­la­ri­tés qui ont abou­ti à cette condam­na­tion » , ré­sume Phi­lippe Mal­bu­ret, pré­sident de l’ASNP. Pièces ar­ti­fi­cielles ou man­quantes, té­moi­gnages dou­teux... Les griefs sont nom­breux. « Ni­co­las Pi­sa­pia a été pri­vé de jus­tice, ren­ché­rit son avo­catMe Ju­lienPi­nel­li. Il ne re­çoit pas le sou­tien que doit re­ce­voir un ci­toyen fran­çais face à un pé­ril à l’étran­ger. » « L’an­cien et l’ac­tuel pré­sident de la Ré­pu­blique se sont dé­jà im­pli­qués dans des dos­siers en In­do­né­sie [l’af­faire Serge Al­taoui, ndlr] ou au Mexique [Flo­rence Cas­sez, ndlr], on de­mande l’équi­té, com­mente Jean- Pierre Mag­gi, dé­pu­té-maire de Ve- laux (Bouches-du-Rhône). Nous ne sommes pas là pour ju­ger l’af­faire mais pour que les droits soient res­pec­tés. »

Qui sont les élus mo­bi­li­sés?

Aux cô­tés de cet élude gauche, Ch­ris­tian Kert, dé­pu­té LR des Bouches-du-Rhône, pro­pose à ses col­lègues par­le­men­taires « d’al­ler à l’Ély­sée sans ren­dez-vous et exi­ger que nous soyons re­çus ». Jus­qu’à pré­sent, les sol­li­ci­ta­tions sont res­tées lettres mortes. « Par­fois, il faut créer l’in­ci­dent. » Trois autres par­le­men­taires au­raient ral­lié la cause du col­lec­tif, se­lon Phi­lippe Mal­bu­ret, ci­tant éga­le­ment des élus lo­caux tels que le maire va­rois de Saint-Za­cha­rie. Et d’in­di­quer que Marc Vuille­mot, maire PS de La Seyne, a écrit à Fran­çois Hol­lan de. Les conseillers mu­ni­ci­paux mar­seillaisMa­rie-Fran­çoise Pal­loix et Jean-Marc Cop­po­la (PCF) sont éga­le­ment en­ga­gés. De son cô­té, EdouardBal­do, éluàAix-enP­ro­vence et proche de Ro­bert Ba­din­ter, a an­non­cé qu’il al­lait sol­li­ci­ter le sou­tien de l’an­cien mi­nistre de la Jus­tice. « Le re­cours de­vant la Cour su­prême im­plique une dé­ci­sion po­li­tique, ex­plique Me Ju­lienPi­nel­li, le mi­nis­tère pu­blic y est re­pré­sen­té par le garde des Sceaux. Le re­gard por­té par les au­to­ri­tés fran­çaises en di­rec­tion de leurs ho­mo­logues pour­rait trou­ver un écho. Il ne s’agit pas d’ob­te­nir un re­gard bien­veillant ou clé­ment, mais un re­gard ob­jec­tif et pro­fes­sion­nel. »

(Pho­to doc EM)

Con­dam­né à  ans de pri­son, Ni­co­las Pi­sa­pia reste en li­ber­té jus­qu’à épui­se­ment des re­cours.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.