Do­nald Trump iso­léa­près ses ac­cu­sa­tionsde fraude élec­to­rale

Monaco-Matin - - Monde -

Au­to­ri­tés, élus et ex­perts amé­ri­cains ont­mis, hier, au dé­fi le pro­chain pré­sident des Etats-Unis Do­nald Trump d’étayer ses ré­centes al­lé­ga­tions de fraudes mas­sives lors du scru­tin du 8no­vem­bre­qui l’a vu triom­pher d’Hilla­ry Clin­ton. Ces ac­cu­sa­tions du mil­liar­daire font suite à la contes­ta­tion par une par­tie de la gauche amé­ri­caine, ac­ca­blée par la dé­faite, des ré­sul­tats dans trois Etats dé­ter­mi­nants, Wis­con­sin, Mi­chi­gan et Penn­syl­va­nie. Ap­pa­rem­ment fu­rieux qu’Hilla­ry Clin­ton ait an­non­cé se joindre à cette ini­tia­tive de re­comp­tage des voix, Do­nald Trump a contre-at­ta­qué en af­fir­mant sur Twit­ter, di­manche, que des « mil­lions » de per­sonnes avaient vo­té illé­ga­le­ment. M. Trump a ob­te­nu plus de grands élec­teurs que la dé­mo­crate et ain­si rem­por­té la Mai­son-Blanche, mais il in­si­nue qu’il au­rait aus­si ga­gné le suf­frage po­pu­laire sans ces fraudes sup­po­sées. « Graves fraudes élec­to­rales en Vir­gi­nie, dans le New Hamp­shire et en Ca­li­for­nie - pour­quoi les mé­dias n’en disent-ils rien ? », a aus­si ac­cu­sé Do­nald Trump. Dans ces trois Etats, ga­gnés par Hilla­ry Clin­ton, au­cune preuve d’ir­ré­gu­la­ri­tés n’a été pré­sen­tée par le ré­pu­bli­cain. La Mai­son-Blanche a ca­té­go­ri­que­ment re­je­té les al­lé­ga­tions du suc­ces­seur de Ba­rack Oba­ma, le porte-pa­role Josh Ear­nest es­ti­mant qu’il n’exis­tait « au­cune preuve ». Les au­to­ri­tés élec­to­rales des trois Etats ci­tés ont éga­le­ment ré­pé­té, hier, que les scru­tins s’étaient dé­rou­lés sans pro­blème et que les ré­sul­tats étaient in­con­tes­tables. D’ailleurs, le ré­pu­bli­cain n’a dé­po­sé au­cune plainte for­melle. Dans le New Hamp­shire, le sous- se­cré­taire d’Etat Da­vid Scan­lan a confir­mé à l’Agence France Presse que tous les ré­sul­tats étaient dé­sor­mais dé­fi­ni­tifs, après la pé­riode lé­gale de contes­ta­tion, et que les seuls re­cours (15) ont concer­né des scru­tins lo­caux, par ailleurs va­li­dés. « Cette élec­tion s’est très bien pas­sée », in­sis­teDa­vidS­can­lan. « Per­sonne ne peut de­man­der une élec­tion par­faite, mais on peut exi­ger une élec­tion juste, et je vous dis que le New Hamp­shire sait très bien or­ga­ni­ser des élec­tions » , dé­cla­ré Tho­mas Rath, an­cien mi­nistre de la Jus­tice du pe­tit Etat, et un ca­cique ré­pu­bli­cain proche de Mitt Rom­ney.

(Ph. AFP)

Le tor­chon entre le fu­tur pré­sident des Etats-Unis et les ex­perts sur une éven­tuelle fraude élec­to­rale.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.