LIGUE  ( JOUR­NÉE) / GUIN­GAMP - NICE ( HEURES) En avant leGym !

Ac­cro­ché à Di­jon, Mo­na­co a tout de même re­pris la tête de la Ligue 1. Aux Ni­çois de jouer...

Monaco-Matin - - Sports - V.M.

Comme à son ha­bi­tude, Lu­cien Favre a dé­bar­qué en confé­rence de presse, tout sou­rire, avant de ser­rer la pince à tous les jour­na­listes pré­sents. Mais, une fois sur sa chaise, il a ra­pi­de­ment glis­sé quelques mes­sages, don­nant des pistes à ses joueurs avant le dé­pla­ce­ment du GymàGuin­gamp. « Contre Bas­tia, on a tour­né par mo­ments à 75% de pos­ses­sion du bal­lon. C’est bien, mais il faut être plus ef­fi­cace, plus tran­chant. Le jeu de passes, c’est bien jo­li, mais à un­mo­ment, il faut y al­ler. » Ça a le­mé­rite d’être clair et ce n’est pas pour nous dé­plaire. En no­vembre, son équipe rayonne un peu moins et elle va bou­cler ce mois sans éclat par un dé­fi de taille dans les Côtes-d’Ar­mor. « Guin­gamp est une for­ma­tion com­pacte, avec des joueurs qui per­cutent sur les cô­tés comme Co­co, Sa­li­bur et Briand. » Sous-en­ten­du ce qu’il n’a pas en ré­serve, puisque se­lon lui, Bel­han­da et Eys­se­ric se­raient beau­coup plus à l’aise et utiles au coeur du jeu. « C’est plus com­pli­qué face à une dé­fense à cinq (ce fut le cas contreCaen, Saint-Etienne et Bas­tia), pose Favre. You­nès est plus à l’aise en neuf et de­mi, je l’ai dé­jà dit. Mais il n’y a pas as­sez de monde sur les cô­tés, ça, c’est la réa­li­té. Il faut le dire, mais bon, ça va, il y a pire... »

Le Rou­dou­rou vou­lait « Su­per Ma­rio »

On confirme : pour l’heure, il n’existe au­cune rai­son va­lable de cé­der à la pa­nique, quand bien même ça­de­vrait­mal se pas­ser en Bre­tagne, où le Gym a ren­dez-vous avec un vent in­hos­pi­ta­lier et un froid à res­ter plan­qué au coin du feu. Pour se ré­chauf­fer, il lui est conseillé de mettre du rythme et d’en faire un peu plus que contre Bas­tia, où au re­tour des ves­tiaires, il a joué de longues mi­nutes à e Valentin Eys­se­ric (ici, à la lutte avec le Bas­tiais Al­lan Saint-Maxi­min) de­vrait de nou­veau être ti­tu­laire, ce soir contre Guin­gamp. la ba­balle sans que ce ne soit pro­duc­tif. Le Guin­gamp d’An­toine Kom­boua­ré, lui, n’est plus vrai­ment le même que ce­lui de Jo­ce­lyn Gour­ven­nec. Il est al­lé battre Lyon chez lui, avait failli faire tom­ber Mo­na­co lors de la pre­mière jour­née (2-2 après avoir me­né 2-0). Il ne prend plus ja­mais de vo­lée - au­cune dé­faite par plus d’un but d’écart -, ne perd ja­mais au Rou­dou­rou, ce qui lui per­met de réa­li­ser le­meilleur dé­but de sai­son de son his­toire en Ligue 1. C’est in­es­pé­ré pour cette ville de moins de 8000 ha­bi­tants, soit le même to­tal qu’une ci­té comme Contes dans les Alpes-Ma­ri­times. Ça mé­rite le res­pect. Dom­mage que Ma­rio Ba­lo­tel­li, tou­jours absent, n’ait pas l’im­mense pri­vi­lège de dé­cou­vrir le stade du Rou­dou­rou, ses bi­nious et son cô­té hors du temps. D’au­tant plus que le peu­ple­bre­ton au­rait tant ai­mé re­ce­voir ‘‘Su­per Ma­rio’’. « Ah oui, ça, c’est le gros coup dur de la soi­rée. Tout le monde vou­lait le voir » , nous a glis­sé un confrère bre­ton.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.