«Che­mise ar­ra­chée» àAir France: pri­son avec sur­sis

Monaco-Matin - - France -

Les images de deux di­ri­geants d’Air France, l’un torse nu, l’autre la­che­mise en lam­beaux, avaient fait le tour du monde trois ex-sa­la­riés de la com­pa­gnie aé­rienne fran­çai­seont été condam­nés hier à des peines de3à4mois de pri­son avec­sur­sis, et deux ont été re­laxés Pour­sui­vis pour des dé­gra­da­tions com­mises sur le por­tail d’ac­cès au siège de la com­pa­gnieaé­rien­neàRois­sy, au­nor­dest de Pa­ris, dixau­tres­sa­la­riés de la com­pa­gnie se sont vu in­fli­ger une amende de 500 eu­ros. L’avo­cate de onze des pré­ve­nus, Li­liaM­his­sen, a ju­gé « scan­da­leuses » ces condam­na­tions et conseille­ra à ses clients de faire ap­pel. « La jus­tice n’est pas in­dé­pen­dante, elle s’est ran­gée du cô­té des puis­sants » , a af­fir­mé de son cô­té Mi­guel For­tea, se­cré­taire gé­né­ral du syn­di­cat CGT Air France. Les cinq qui étaient­pour­sui­vis pour­vio­lences sont tous adhé­rents de ce syn­di­cat, qui comp­tait deux autres adhé­rents sur le banc des pré­ve­nus. Les pré­ve­nus ont « dé­jà été sanc­tion­nés au ni­veau de l’en­tre­prise » puisque que quatre des cinq pré­ve­nus pour vio­lence ont été li­cen­ciés pour faute lourde, a rap­pe­lé de son cô­té Ch­ris­to­pheMal­log­gi, se­cré­taire gé­né­ral du syn­di­cat Force ou­vrière Air France. « Air France est tout à fait sa­tis­faite » , « c’est un ju­ge­ment équi­li­bré qui confirme que la vio­lence doit être sanc­tion­née » , a ré­agi à l’op­po­sé Franck Raim­bault, di­rec­teur ju­ri­dique Air France, à la sor­tie de l’au­dience. « Les sa­la­riés d’Air France, trai­tés de voyous par [Ma­nuel] Valls, paient cher la che­mise de leurs cadres » , a par ailleurs twee­té Jean-Luc Mé­len­chon, can­di­dat de gauche ra­di­cale à l’élec­tion pré­si­den­tielle, en ré­fé­rence à des pro­pos du Pre­mier mi­nistre sur les fau­teurs de trouble.

1. Le5 oc­tobre 2015, lors d’un Co­mi­té cen­tral d’en­tre­prise du­rant le­quel un pro­jet de re­struc­tu­ra­tion me­na­çant plu­sieurs mil­liers d’em­plois avait été pré­sen­té, Xavier Bro­se­ta, DRH d’Air France à l’époque, et Pierre Plis­son­nier, res­pon­sa­ble­du­long-cour­rier, avaient dû fuir sous les huées et es­ca­la­der un grillage pour échap­per aux ma­ni­fes­tants. 2. Des doutes sub­sis­taient sur l’im­pli­ca­tiondes deux hommes qui ont été re­laxés. Du reste, le pré­sident du tri­bu­nal avait re­con­nu, lors du pro­cès fin sep­tembre der­nier, que tous les par­ti­ci­pants à ces vio­lences n’avaient pu être iden­ti­fiés.

(Pho­to AFP)

Les images des deux cadres (ci- des­sus Pierre Plis­son­nier, res­pon­sable de l’ac­ti­vi­té long cour­rier) fuyant sous les huées avaient fait le tour du monde.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.