Hau­teur, an­ti­ci­pa­tion et pa­trio­tisme, les va­leurs que porte le pré­sident Oth­man Ben­jel­loun

La Nouvelle Tribune - - Finances - Afi­fa Das­sou­li

Chaque an­née à pa­reille date, BMCE Bank Of Afri­ca donne ren­dez-vous aux jour­na­listes et aux ana­lystes fi­nan­ciers pour la tra­di­tion­nelle pré­sen­ta­tion des ré­sul­tats du Groupe. Une in­vi­ta­tion tou­jours ho­no­rée par tous ceux qui connaissent et ap­pré­cient la place du Groupe BMCE Bank dans le sys­tème ban­caire na­tio­nal, mais aus­si son ap­port ef­fec­tif au dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique na­tio­nal et con­ti­nen­tal.

Cette réunion a per­mis au haut ma­na­ge­ment du groupe de four­nir une foule d’in­for­ma­tions et de don­nées chif­frées qui se­ront pré­sen­tées cia­près, mais on ne sau­rait évo­quer BMCE Bank Of Afri­ca sans abor­der en pre­mier les dé­cla­ra­tions de son em­blé­ma­tique pré­sident, M. Oth­man Ben­jel­loun.

En ef­fet, le Pré­sident-Di­rec­teur gé­né­ral du Groupe BMCE Bank a ini­tié son pro­pos par un bi­lan des avan­cées et pro­grès du groupe de­puis sa pri­va­ti­sa­tion in­ter­ve­nue en 1995. Et si le mé­tier de la banque se porte bien, dixit M. Oth­man Ben­jel­loun, il faut éga­le­ment af­fi­cher la sa­tis­fac­tion que BMCE, de­puis sa pri­va­ti­sa­tion, il y a vingt-trois an­nées, a vu ses fon­da­men­taux af­fi­cher une crois­sance an­nuelle à deux chiffres, se dé­mul­ti­pliant ain­si de cinq à dix fois ! Le pré­sident Ben­jel­loun a éga­le­ment ex­pri­mé sa fier­té de voir le groupe qu’il di­rige se po­si­tion­ner comme une ré­fé­rence en termes de gou­ver­nance et de so­li­di­té fi­nan­cière, contri­buant ain­si ef­fi­ca­ce­ment au fi­nan­ce­ment de chan­tiers struc­tu­rels et ac­com­pa­gnant de grands groupes na­tio­naux tel l’OCP. Abor­dant les constantes qui per­mettent au Groupe BMCE Bank d’avan­cer et de per­for­mer, le pré­sident Ben­jel­loun a évo­qué les va­leurs fortes et pé­rennes im­pul­sées par SM le Roi Mo­ham­med VI et l’ac­tion per­ma­nente de la Mo­nar­chie en fa­veur de la sta­bi­li­té, la mo­der­ni­té et l’ou­ver­ture du Ma­roc.

Comment ne pas d’ailleurs ap­pré­cier ces constantes por­teuses de pro­grès et de suc­cès alors que l’en­vi­ron­ne­ment du Royaume se ca­rac­té­rise par les dif­fi­cul­tés que vivent plu­sieurs com­po­santes de l’en­semble magh­ré­bin, par les crises et conflits qui se­couent plu­sieurs ré­gions du bas­sin mé­di­ter­ra­néen et que l’Eu­rope conti­nen­tale est prise d’as­saut par des mou­ve­ments po­pu­listes ?

Quant à l’Afrique, le conti­nent de pré­di­lec­tion du Chair­man Ben­jel­loun, ce­lui-ci re­lè­ve­ra que si la po­pu­la­tion afri­caine s’éta­bli­ra à 2,5 mil­liards d’âmes en 2050, notre conti­nent n’en re­cèle pas moins de res­sources et po­ten­tia­li­tés qua­si­ment in­fi­nies. Une pro­jec­tion qui concerne éga­le­ment la Chine, dont la crois­sance dé­mo­gra­phique se­ra sen­si­ble­ment la même que celle de l’Afrique à la moi­tié de ce siècle et qui de­vrait d’ici là s’af­fir­mer comme la pre­mière puis­sance éco­no­mique mon­diale.

Ces pro­messes et pré­misses ex­pliquent par­fai­te­ment le ca­rac­tère stra­té­gique que BMCE Bank Of Afri­ca ac­corde au par­te­na­riat ma­ro­co-chi­nois et tout par­ti­cu­liè­re­ment à la joint-ven­ture avec de grands opé­ra­teurs chi­nois pour le pro­jet de la Ci­té Mo­ham­med VI Tan­ger Tech, qui né­ces­si­te­ra 11 mil­liards de dol­lars d’in­ves­tis­se­ments pour la créa­tion de 100 000 em­plois sur une su­per­fi­cie de 2150 hec­tares et où vi­vront 300 000 ha­bi­tants.

Le Royaume, ré­so­lu­ment donc, se­ra de ceux qui par­ti­ci­pe­ront à la « Route de la Soie » que Pé­kin a dé­jà pro­po­sée à plus de 70 pays et BMCE Bank, en ac­cord avec ces ob­jec­tifs et am­bi­tions, ou­vri­ra en oc­tobre pro­chain à Shan­ghai une banque ayant pour vo­ca­tion de fi­nan­cer les Ma­ro­cains en Chine et les Chi­nois en Afrique.

Newspapers in French

Newspapers from Morocco

© PressReader. All rights reserved.