Ma­roc et CEDEAO, un po­ten­tiel com­mer­cial à li­bé­rer

La Nouvelle Tribune - - Finances -

La DEPF vient de dé­voi­ler les ré­sul­tats d’une étude sur les échanges com­mer­ciaux entre le Ma­roc et la CEDEAO, par pays et par pro­duit, sur le thème «Échanges Com­mer­ciaux Ma­rocCEDEAO : Op­por­tu­ni­tés par pays et par pro­duit».

Cette étude s’ins­crit dans le cadre de la nou­velle sé­rie de pu­bli­ca­tions, bap­ti­sée «Po­li­cy Afri­ca», dé­diée à l’exa­men des ques­tions ayant trait aux en­jeux et aux dé­fis de la po­li­tique afri­caine ré­no­vée du Ma­roc.

Les ex­por­ta­tions de la CEDEAO en forte pro­gres­sion

Les échanges com­mer­ciaux de la CEDEAO ont re­pré­sen­té, en 2016, 1,1% du com­merce mon­dial, avec une part de 0,5% pour les ex­por­ta­tions et 0,6% pour les im­por­ta­tions. La CEDEAO ap­pa­raît comme une zone orien­tée vers le com­merce ex­tracom­mu­nau­taire puisque seule­ment 10,6% des ex­por­ta­tions et 7,8% des im­por­ta­tions sont réa­li­sés entre les pays membres de cette zone.

En va­leur, le com­merce ex­té­rieur de la CEDEAO est pas­sé de 45,3 mil­liards de dol­lars (MM$) en 2000 à 144,4 MM$ en 2016. Cette ré­gion s’est ca­rac­té­ri­sée par une ba­lance com­mer­ciale ex­cé­den­taire jus­qu’en 2014, avant d’en­re­gis­trer un dé­fi­cit à par­tir de 2015, qui a at­teint 13 MM$ en 2016.

Les ex­por­ta­tions de la CEDEAO ont éga­le­ment connu une forte pro­gres­sion, pas­sant de 27,3 MM$ en 2000 à un pic de 153 MM$ en 2011, avant de s’ins­crire dans une ten­dance bais­sière et s’éta­blir à 65,5 MM$ en 2016. En moyenne an­nuelle sur la pé­riode 2010-2016, le Ni­gé­ria a re­pré­sen­té 71% des ex­por­ta­tions de la ré­gion, sui­vi du Gha­na avec une part de 9,3% et de la Côte d’Ivoire (8%). La struc­ture des ex­por­ta­tions de la CEDEAO est do­mi­née par les pro­duits na­tu­rels d’ori­gine éner­gé­tique, mi­nière et ali­men­taire. En ef­fet, les prin­ci­paux pro­duits à l’ex­port sont les huiles brutes de pé­trole ou mi­né­raux bi­tu­mi­neux (61% des ex­por­ta­tions to­tales de la zone en moyenne de la pé­riode 2010-2016), sui­vis par l’or (8%), le gaz na­tu­rel même li­qué­fié (7%), le ca­cao (6%), le co­ton (1%) et les fruits (1%).

Im­por­ta­tions : Le Ni­gé­ria en pole po­si­tion

Le Ni­gé­ria oc­cupe la pre­mière po­si­tion en ma­tière d’im­por­ta­tion, s’ac­ca­pa­rant à lui seul 54% des im­por­ta­tions to­tales de la com­mu­nau­té en moyenne sur la pé­riode 2010-2016. Il est sui­vi du Gha­na avec 14%, de la Côte d’Ivoire (8%) et du Sé­né­gal (6%).

Contrai­re­ment aux ex­por­ta­tions, les im­por­ta­tions de la CEDEAO se ca­rac­té­risent par une struc­ture plus di­ver­si­fiée, ex­plique la DEPF. En dé­tail, la com­mu­nau­té im­porte prin­ci­pa­le­ment des huiles de pé­trole ou mi­né­raux bi­tu­mi­neux (11,5% des im­por­ta­tions to­tales), des vé­hi­cules au­to­mo­biles (4,6%), du riz (3,2%), des équi­pe­ments de té­lé­com­mu­ni­ca­tion (2,8%), des na­vires, ba­teaux et en­gins flot­tants (2,8%), du fro­ment et mé­teil (2,5%), des mé­di­ca­ments (2%) et des pois­sons (1,8%).

Les par­te­naires et pro­duits de la CEDEAO

L’ana­lyse du pro­fil des échanges com­mer­ciaux de la CEDEAO, par par­te­naire, fait res­sor­tir que cette zone réa­lise la moi­tié de ses ex­por­ta­tions de mar­chan­dises avec sept par­te­naires. Cette si­tua­tion cache, tou­te­fois, la di­ver­si­té des struc­tures des échanges des dif­fé­rents pays membres. Ain­si, la Côte d’Ivoire réa­lise 51 % de ses ex­por­ta­tions avec huit par­te­naires. D’autres pays réa­lisent l’es­sen­tiel de leurs ex­por­ta­tions avec un seul par­te­naire, comme le Bur­ki­na Fa­so (67 % avec la Suisse), la Sier­ra Leone (71 % avec la Chine) et la Gui­néeBis­sau (81 % avec l’Inde). La pré­émi­nence des pays émer­gents comme source et des­ti­na­tion des échanges ex­té­rieurs de la CEDEAO re­flète un bas­cu­le­ment de la grille des par­te­na­riats de cette zone au dé­tri­ment des puis­sances tra­di­tion­nelles qui ont ac­cu­sé des pertes si­gni­fi­ca­tives de parts de mar­ché au sein de la CEDEAO. En ef­fet, l’Inde fait par­tie des prin­ci­paux clients de sept pays de la CEDEAO. Il en est de même pour la Chine qui dé­tient une po­si­tion com­mer­ciale do­mi­nante dans cinq pays de la zone.

Les im­pli­ca­tions doua­nières de l’adhé­sion du Ma­roc à la CEDEAO

Les op­por­tu­ni­tés com­mer­ciales entre le Ma­roc et la CEDEAO se tra­duisent par leur com­plé­men­ta­ri­té. Le Ma­roc dis­pose de spé­cia­li­sa­tions net­te­ment dif­fé­rentes de celles des pays membres de la CEDEAO. Glo­ba­le­ment, le Ma­roc et la CEDEAO ef­fec­tuent des échanges sur 4349 pro­duits. Pour 80,7% d’entre eux, le Ma­roc et la CEDEAO en sont des im­por­ta­teurs nets, ce qui ex­clut d’em­blée les pos­si­bi­li­tés de concur­rence pour la ma­jeure par­tie des pro­duits.

D’un autre cô­té, 11,6% des pro­duits sont des spé­cia­li­sa­tions du Ma­roc pour les­quelles la CEDEAO est un im­por­ta­teur net, ce qui offre des op­por­tu­ni­tés de com­plé­men­ta­ri­té non né­gli­geables entre les deux par­ties. De ce fait, les pos­si­bi­li­tés de concur­rence ne concernent qu’en­vi­ron 2,5% des pro­duits.

10,3 MMDH d’échanges com­mer­ciaux en 2017

Les échanges com­mer­ciaux

Newspapers in French

Newspapers from Morocco

© PressReader. All rights reserved.