Ma­roc-Iran, le match de toutes les chances pour les Lions de l’At­las

La Nouvelle Tribune - - Au fil de la semaine - H.Z

ASaint-Pé­ters­bourg et pour son pre­mier match, les hommes d’Her­vé Re­nard vont af­fron­ter la sé­lec­tion ira­nienne. Une ren­contre par­ti­cu­liè­re­ment dé­ci­sive qu’il ne faut sur­tout pas ra­ter, sous la peine de plom­ber notre en­tame de tour­noi, avant d’af­fron­ter les té­nors du groupe (Es­pagne et Por­tu­gal). Ain­si, face aux Perses, les Lions de l’At­las n’ont pas le choix. Une vic­toire est sy­no­nyme d’es­poir pour abor­der dans de meilleures dis­po­si­tions, men­tales et phy­siques, mais sur­tout avec moins de pres­sion, les deux der­niers matchs de­vant les fa­vo­ris de la poule. Pour les ana­lystes spor­tifs, les deux sé­lec­tions pré­sentent des ca­rac­té­ris­tiques et des sta­tis­tiques presque iden­tiques. Les deux camps dis­putent leur cin­quième mon­dial, mais avec des hon­neurs dif­fé­rents. Les Ma­ro­cains avaient réus­si à cre­ver l’écran avec le pre­mier coup d’éclat de la gé­né­ra­tion do­rée de 1986, en sor­tant en tête de leur poule après deux nuls (An­gle­terre et Po­logne) et une vic­toire (Por­tu­gal, 3-1), alors que les Ira­niens n’ont ja­mais fran­chi la phase de groupe (1978, 1998, 2006 et 2014). Ils ont aus­si en com­mun leur par­cours par­fait de qua­li­fi­ca­tion conti­nen­tale en étant res­ta in­vain­cus, les Lions de l’At­las ne concé­dant au­cun but au moment où les hommes du coach por­tu­gais Car­los Quei­roz en ont pris deux (der­nier match contre la Sy­rie). Les deux se­maines du 1er tour, les plus longues d’ailleurs du cham­pion­nat, tant à pré­pa­rer qu’à jouer, sont un tout autre dé­fi. Jus­qu’à pré­sent, les Lions de l’At­las ont confir­mé, avant le cap vers la Rus­sie, leur bonne forme, leur ca­pi­tal confiance et sur­tout leur état d’es­prit et leur jeu ho­mo­gène, en ache­vant les matches pré­pa­ra­toires face à l’Es­to­nie sur une nette vic­toire (3-1) après celle contre la Slo­va­quie (2-1) et le nul blanc de­vant l’Ukraine, mais en concé­dant deux buts. Une pre­mière alerte ! En somme et à re­te­nir : le match Ma­roc-Iran est à ne ra­ter sous au­cun pré­texte. A re­te­nir aus­si, que face à l’Iran, il est im­por­tant d’ou­blier, le temps d’un match, l’Es­pagne et le Por­tu­gal... Très im­por­tant.

Newspapers in French

Newspapers from Morocco

© PressReader. All rights reserved.