Ma­roc-Al­gé­rie, la main ten­due…

La Nouvelle Tribune - - Au fil de la semaine - Fahd YATA

Comme chaque an­née de­puis 1975, la com­mé­mo­ra­tion de la Glo­rieuse Marche Verte est l’oc­ca­sion de rap­pe­ler l’ex­tra­or­di­naire ex­ploit de 350 000 Ma­ro­caines et Ma­ro­caines qui, à l’ap­pel de feu le Roi Has­san II, s’en­ga­gèrent pa­ci­fi­que­ment dans une en­tre­prise unique dans l’his­toire des peuples, pour le par­achè­ve­ment de notre in­té­gri­té ter­ri­to­riale et notre uni­té na­tio­nale. Et de­puis, chaque 6 novembre marque l’en­ga­ge­ment ré­ité­ré de tous les Ma­ro­cains à res­pec­ter, à l’ins­tar de SM le Roi Mo­ham­med VI, le so­len­nel Serment de la Marche Verte. Ce ren­dez-vous avec l’His­toire et le Droit a été de nou­veau ob­ser­vé le mar­di 6 novembre 2018 avec l’al­lo­cu­tion royale dé­diée au 43ème an­ni­ver­saire de cette ma­gni­fique épo­pée, avec, pour l’oc­ca­sion, une pro­po­si­tion royale d’une por­tée stra­té­gique, di­plo­ma­tique et po­li­tique mar­quant, in­dé­nia­ble­ment, la vo­lon­té d’opé­rer un tour­nant dé­ci­sif dans nos re­la­tions avec notre voi­sin de l’Est, l’Al­gé­rie.

Le Sou­ve­rain, en ef­fet, rap­pe­lant la consis­tance d’un pas­sé par­ta­gé entre les peuples ma­ro­cain et al­gé­rien, la par­ti­ci­pa­tion com­mune à l’édi­fi­ca­tion de l’idéal magh­ré­bin, l’ap­port in­com­men­su­rable du Ma­roc à la lutte de li­bé­ra­tion de nos frères d’Al­gé­rie contre le co­lo­nia­lisme, a pro­po­sé la mise en place d’un mé­ca­nisme bi­la­té­ral de dia­logue dans l’ob­jec­tif de dé­nouer tous les dif­fé­rends, de re­lan­cer le par­te­na­riat éco­no­mique, d’as­su­rer conjoin­te­ment la ré­so­lu­tion de pro­blé­ma­tiques qui in­ter­pellent puis­sam­ment les deux pays, telles la lutte contre le ter­ro­risme et les flux mi­gra­toires non maî­tri­sés.

Cette pro­po­si­tion royale pour une concer­ta­tion franche et loyale, sans condi­tions et en toute bonne foi, per­met­trait as­su­ré­ment, de mettre un terme à la gla­cia­tion qui ca­rac­té­rise de­puis tant d’an­nées les re­la­tions entre l’Al­gé­rie et le Ma­roc, et qui porte un grand pré­ju­dice à nos deux pays et peuples dans la voie du pro­grès et du dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et so­cial, mais aus­si pour le ré­ta­blis­se­ment né­ces­saire des mul­tiples liens qui de­puis des siècles ont uni les deux peuples voi­sins, as­su­ré­ment frères…

En in­vi­tant le pou­voir al­gé­rien à ce dia­logue, SM le Roi Mo­ham­med VI, qui re­prend ain­si une offre faite lors de son ac­ces­sion au Trône, s’ins­crit d’abord dans la lo­gique de l’His­toire, du conti­nuum géo­gra­phique entre les deux ter­ri­toires, de la com­mu­nau­té de langues, de tra­di­tions et de re­li­gion qui unit les peuples ma­ro­cain et al­gé­rien. Le Sou­ve­rain, qui veut la re­lance de la co­opé­ra­tion bi­la­té­rale pour le dé­ve­lop­pe­ment com­mun et réciproque, mu­tuel­le­ment avan­ta­geux entre l’Al­gé­rie et le Ma­roc, n’ignore pas quel est le coût du «non Magh­reb», le­quel prive chaque pays de 2 ou 3 points de PIB chaque an­née.

Un contexte in­con­tour­nable

Mais, c’est in­dé­nia­ble­ment sur la ques­tion de l’uni­té na­tio­nale et de l’in­té­gri­té ter­ri­to­riale du Ma­roc que la pro­po­si­tion royale prend tout son sens. Comment, en ef­fet, mi­ni­mi­ser le fait que cette in­vite du Sou­ve­rain in­ter­vient à l’oc­ca­sion de la célébration de la Marche Verte ?

Comment mettre entre pa­ren­thèses le fait que l’Al­gé­rie s’op­pose de­puis plus de qua­ran­te­trois an­nées à notre Cause sa­crée d’uni­té na­tio­nale et de par­achè­ve­ment de notre in­té­gri­té ter­ri­to­riale ?

Comment ou­blier que l’offre du Roi Mo­ham­med VI in­ter­vient à quelques se­maines de la réunion de Ge­nève, ce «round d’ob­ser­va­tion» que M. Horst Köh­ler, l’en­voyé per­son­nel du Se­cré­taire gé­né­ral de l’ONU, va or­ga­ni­ser au dé­but de dé­cembre pro­chain en pré­sence du Ma­roc, de l’Al­gé­rie, de la Mau­ri­ta­nie et des sé­pa­ra­tistes de Tin­douf ?

En met­tant sur la table l’offre d’un dia­logue pé­renne, sé­rieux, sin­cère et franc, le Sou­ve­rain, sans dé­tour, pro­pose au pou­voir al­gé­rien d’abor­der «sans in­ter­mé­diaire» le dif­fé­rend bi­la­té­ral dont l’es­sence même est consti­tuée par la ques­tion de nos Pro­vinces du Sud.

Car la convic­tion royale, par­ta­gée par tous les Ma­ro­cains d’ailleurs, mais aus­si par nombre d’États proches ou loin­tains, énonce que sans l’Al­gé­rie, sans la vo­lon­té per­ma­nente d’Al­ger d’éle­ver des obs­tacles de toutes sortes pour en­tra­ver notre marche vers le par­achè­ve­ment de notre uni­té na­tio­nale, les sé­pa­ra­tistes du po­li­sa­rio au­raient ra­pi­de­ment ces­sé de consti­tuer cette nui­sance qu’ils re­pré­sentent de­puis si long­temps.

Cette vé­ri­té est d’ailleurs ins­crite en fi­li­grane tout au long du dis­cours royal de ce 43ème an­ni­ver­saire puisque le Sou­ve­rain, tout en ten­dant la main à l’Al­gé­rie, rap­pelle avec per­ti­nence et force que les dis­cus­sions sous l’égide de l’ONU ne sor­ti­ront pas du cadre du plan d’au­to­no­mie pré­sen­té par le Royaume…

De même, alors que «l’Afri­ca­ni­té» du Ma­roc est de nou­veau rap­pe­lée, en termes d’en­ga­ge­ments et de so­li­da­ri­té, le Roi Mo­ham­med VI adresse une mise en garde à ceux qui, au sein de l’Union eu­ro­péenne, cher­che­raient à im­po­ser des ac­cords léo­nins à notre pays, au dé­tri­ment donc de notre sou­ve­rai­ne­té ter­ri­to­riale et ma­ri­time in­alié­nable.

In fine, c’est donc un dis­cours royal par­ti­cu­liè­re­ment clair et non équi­voque qui a été adres­sé le mar­di 6 novembre 2018, non seule­ment au peuple ma­ro­cain, mais à l’en­vi­ron­ne­ment proche, ré­gio­nal et in­ter­na­tio­nal du Royaume.

Main ten­due sin­cère et gé­né­reuse à l’Al­gé­rie, ses di­ri­geants et son peuple, fer­me­té sur nos prin­cipes et droits sa­crés d’uni­té na­tio­nale, af­fir­ma­tion de nos en­ga­ge­ments en­vers nos frères africains, rap­pel de nos constantes sou­ve­raines à l’Eu­rope, mais aus­si ré­af­fir­ma­tion de l’en­ga­ge­ment royal de pour­suivre dans les ré­formes et po­li­tiques des­ti­nés à sa­tis­faire les lé­gi­times as­pi­ra­tions des dif­fé­rentes ca­té­go­ries so­ciales du peuple ma­ro­cain.

L’Al­gé­rie sau­ra-t-elle sai­sir cette oc­ca­sion, cette offre et cette op­por­tu­ni­té de mettre fin à quatre dé­cen­nies de mé­sen­tente avec le Ma­roc ?

Newspapers in French

Newspapers from Morocco

© PressReader. All rights reserved.