La Nouvelle Tribune

Blan­chi­ment d'ar­gent, les an­nonces de Be­nab­del­ka­der

- Crime · World Finances · Finance · Business · Casablanca · Morocco · Rabat · Marrakesh · Money laundering · Assembly of Representatives of Morocco · Fez · Oujda

Le nombre d'af­faires en rap­port avec le blan­chi­ment d'ar­gent et le fi­nan­ce­ment du ter­ro­risme a at­teint 390, au titre de 2019-2020, a an­non­cé, mar­di à Ca­sa­blan­ca, le mi­nistre de la Jus­tice, Mo­ha­med Be­nab­del­ka­der. In­ter­ve­nant lors d'une ren­contre de com­mu­ni­ca­tion, or­ga­ni­sée en par­te­na­riat avec le mi­nis­tère de la jus­tice et le bar­reau de Ca­sa­blan­ca sur "le rôle de l'avo­cat dans la lutte contre le blan­chi­ment d'ar­gent et le fi­nan­ce­ment du ter­ro­risme", il a pré­ci­sé que ce nombre d'af­faires est ré­par­ti entre 229 en 2019 et 161 en 2020 qui sont en cours d'in­ves­ti­ga­tion ou de ju­ge­ment. Le mi­nistre a ajou­té que les crimes de blan­chi­ment d'ar­gent et de fi­nan­ce­ment du ter­ro­risme sont des plus com­plexes et plus dan­ge­reux qui bé­né­fi­cient d'un in­té­rêt par­ti­cu­lier à tra­vers le monde.

C'est pour­quoi, a-t-il dit, un cadre ju­ri­dique in­ter­na­tio­nal com­plé­men­taire a été ins­ti­tué ral­liant entre les ap­proches de la pré­ven­tion et de la lutte pour la construc­tion de sys­tèmes ju­ri­diques ins­ti­tu­tion­nels na­tio­naux, y com­pris au Ma­roc, à tra­vers plu­sieurs ini­tia­tives vi­sant le ren­for­ce­ment de son sys­tème ju­ri­dique na­tio­nal et la pro­mul­ga­tion en 2007 de la loi n° 43.05 re­la­tive à la lutte contre le blan­chi­ment des ca­pi­taux.

Le mi­nis­tère de la jus­tice, at-il rap­pe­lé, a éga­le­ment in­tro­duit d'autres amen­de­ments à un pro­jet de loi sou­mis ac­tuel­le­ment à la Com­mis­sion de jus­tice, de lé­gis­la­tion et des droits de l'homme à la chambre des re­pré­sen­tants pour adop­tion, des amen­de­ments de na­ture à ren­for­cer no­tam­ment les me­sures pré­ven­tives et ré­pres­sives. M. Be­nab­del­ka­der a aus­si rap­pe­lé la créa­tion en 2009 d'une Uni­té de trai­te­ment du ren­sei­gne­ment fi­nan­cier (UTRF), pour la co­or­di­na­tion na­tio­nale en ma­tière de blan­chi­ment d'ar­gent et de fi­nan­ce­ment du ter­ro­risme, et la dé­si­gna­tion des tri­bu­naux de Ra­bat pour le ju­ge­ment des per­sonnes im­pli­quées dans ce genre d'af­faires, outre le ren­for­ce­ment des or­ga­nismes d'en­quête et d'in­ves­ti­ga­tions, à tra­vers la créa­tion de bri­gades régionales spé­cia­li­sées de la po­lice ju­di­ciaire à Ra­bat, Ca­sa­blan­ca, Mar­ra­kech et Fès.

Dans le même ordre d'idées, il a fait sa­voir que son dé­par­te­ment oeuvre, en co­or­di­na­tion avec l'UTRF et les syn­di­cats des ordres des avo­cats, à la pro­gram­ma­tion d'autres rencontres de com­mu­ni­ca­tion pour faire con­naitre les en­ga­ge­ments pré­vus, en met­tant à dis­po­si­tion des guides scien­ti­fiques sim­pli­fiés au pro­fit des avo­cats. Le mi­nis­tère tra­vaille ac­tuel­le­ment, se­lon lui, sur un pro­jet qui se­ra pu­blié pro­chai­ne­ment au bul­le­tin of­fi­ciel, le­quel va dé­fi­nir les ma­nières d'adhé­sion des pro­fes­sions ju­ri­diques et ju­di­ciaires, avo­cats, no­taires et adouls, dans la lutte contre le blan­chi­ment d'ar­gent et le fi­nan­ce­ment du ter­ro­risme. De son cô­té, le bâ­ton­nier du bar­reau de Ca­sa­blan­ca, Has­san Bi­rouaine, a sou­li­gné que la pro­fes­sion d'avo­cat de­vra faire face ac­tuel­le­ment à d'im­por­tants dé­fis du pré­sent et de l'ave­nir.

Avec l'ap­pa­ri­tion de crimes de ter­ro­risme, de blan­chi­ment d'ar­gent, de crimes élec­tro­niques et de traite d'êtres hu­mains, et l'adop­tion de moyens al­ter­na­tifs pour le rè­gle­ment des li­tiges, le rôle de l'avo­cat est de­ve­nu dé­sor­mais plus ef­fi­cace pour le bon dé­rou­le­ment de la jus­tice, at-il re­le­vé.

Cette 5ème ren­contre de com­mu­ni­ca­tion fait suite à celles de Ra­bat, Sa­fi, Mek­nès et Ou­j­da, sa­chant que le nombre d'avo­cats à Ca­sa­blan­ca frôle les 4.228, soit près de 32,15% du nombre to­tal au Ma­roc (13.150).

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Morocco