A la ren­contre des vé­té­rans du tra­vail

En Suisse, 12% des per­sonnes de plus de 65 ans tra­vaillent en­core. A l’aube du vote sur la ré­forme de la pré­voyance vieillesse, qui veut re­tar­der le dé­part à la re­traite des femmes, des se­niors ac­tifs té­moignent

Le Temps - - La une - LT Once d’or/dol­lar

L’une des pierres d’achop­pe­ment de la ré­forme Pré­voyance vieillesse 2020, sou­mise à vo­ta­tion le 24 sep­tembre pro­chain, consiste dans l’élé­va­tion de l’âge de la re­traite des femmes à 65 ans. Au­jourd’hui en Suisse, par obli­ga­tion ou par choix, 12% des per­sonnes qui ont dé­pas­sé cet âge tra­vaillent en­core. «Le Temps» a ren­con­tré quelques-uns de ces in­dus­trieux se­niors

«J’ai envie de tra­vailler parce que j’aime mon mé­tier. Pour cer­taines per­sonnes qui n’ont pas exer­cé une pro­fes­sion qu’elles ap­pré­ciaient ou dans une mau­vaise am­biance, l’AVS est une dé­li­vrance.» Ma­ri­na, une Ge­ne­voise de 66 ans qui a pas­sé une bonne par­tie de sa vie pro­fes­sion­nelle dans le do­maine de la res­tau­ra­tion, ré­sume par­fai­te­ment les cri­tères du choix qui s’offre à toute tra­vailleuse ou à tout tra­vailleur ar­ri­vé(e) à l’âge de la re­traite. Conti­nuer ou non? Et si oui, pour­quoi? Au­jourd’hui, 12% des Suis­sesses et des Suisses par­ve­nus à l’âge de la re­traite tra­vaillent en­core – une pro­por­tion en hausse.

Pour An­dreas Tin­ner, 71 ans et cui­si­nier à Bad Zur­zach (AG), les rai­sons qui l’ont dé­ci­dé à conti­nuer de tra­vailler sont de plu­sieurs ordres: «La cui­sine est un hob­by que j’ai­me­rais en­core pra­ti­quer quelques an­nées, mais comme j’ai des la­cunes de pré­voyance du fait de mes voyages, mon em­ploi me per­met aus­si d’amé­lio­rer ma rente fu­ture», dé­clare-t-il.

La Suisse ne consti­tue pas l’exemple le plus ex­trême en ma­tière de tra­vail des se­niors. Aux Etats-Unis, les se­niors sont 18% à pour­suivre une ac­ti­vi­té pro­fes­sion­nelle. Dans le Kan­sas, un fi­dèle em­ployé de Wal­mart du nom de Lo­ren Wade a pris l’an pas­sé sa re­traite à l’âge res­pec­table de... 104 ans.

«La re­traite est un cap sou­vent dif­fi­cile à pas­ser»

MA­RI­NA, 66 ANS

Dans le pro­jet Pré­voyance 2020, sou­mis au vote po­pu­laire le 24 sep­tembre pro­chain, un point de la ré­forme at­tise par­ti­cu­liè­re­ment le dé­bat dans le grand pu­blic. C'est la pers­pec­tive d'un al­lon­ge­ment de l'âge de la re­traite pour les femmes de 64 à 65 ans. Un chan­ge­ment qui, par an­ti­ci­pa­tion, fait tout à coup réa­li­ser à ceux qui tra­vaillent au­jourd'hui que leur propre pas­sage à la re­traite a de bonnes chances d'être re­por­té. Dans le meilleur des cas.

Tra­vailler plus long­temps pour ne pas ga­gner moins? Cette porte ou­verte à la re­traite à 67, 68 et, pour­quoi pas, 70 ans en in­quiète cer­tains. Pour­tant, les chiffres sont sans am­bi­guï­té: par né­ces­si­té ou par envie de ne pas être mis à l'écart, les Suisses sont dé­jà de plus en plus nom­breux à pour­suivre une ac­ti­vi­té lu­cra­tive au-de­là de 65 ans.

Pour 100 ac­tifs en Suisse, il y a 34 per­sonnes de plus de 65 ans qui tra­vaillent, se­lon le der­nier poin­tage pu­blié par l'Of­fice fé­dé­ral de la sta­tis­tique (OFS). Il y a vingt ans, elles n'étaient que 29. Et de­puis l'an 2000, ce chiffre n'est plus pas­sé sous la barre des 30.

En 2016, tou­jours se­lon l'OFS, 12% des per­sonnes de plus de 65 ans tra­vaillaient à temps plein ou à temps par­tiel, contre 9,2% en 2010. Cette aug­men­ta­tion constante de­vrait se pour­suivre, puisque le taux de conver­sion (la trans­for­ma­tion de l'épargne re­traite en rente) se­ra abais­sé si Pré­voyance 2020 passe la rampe. Ce qui si­gni­fie qu'à co­ti­sa­tions égales, les rentes se­ront in­fé­rieures à celles per­çues au­jourd'hui.

Conser­ver un lien so­cial

La Suisse n'est pas une ex­cep­tion. Par­tout, dans les pays voi­sins, les se­niors sont tou­jours plus à tra­vailler après l'âge lé­gal de la re­traite, quoique dans une pro­por­tion gé­né­ra­le­ment moins im­por­tante. Aux Etats-Unis, les re­trai­tés tra­vailleurs sont en­core plus nom­breux, avec 18% des plus de 65 ans, soit près de 9 mil­lions de per­sonnes. Outre-At­lan­tique aus­si, la pro­gres­sion est constante de­puis les an­nées 2000. Mais quel que soit le pays ou le conti­nent, les mo­ti­va­tions de ces ac­tifs du troi­sième âge sont les mêmes: se main­te­nir sur le mar­ché du tra­vail, conser­ver un lien so­cial et, bien sûr mais pas tou­jours obli­ga­toi­re­ment, com­plé­ter les re­ve­nus qu'ils tirent de la rente qu'ils ont ac­cu­mu­lée du­rant leur vie ac­tive.

C'est ce que montrent les sta­tis­tiques. Mais c'est aus­si ce qui res­sort des té­moi­gnages et des his­toires per­son­nelles de ces tra­vailleurs qui au­ront pas­sé plus ou moins un de­mi-siècle à mé­ri­ter sa­laire.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.