CLAS­SIQUE DEUX RUS­SIE MU­SI­CALES AU VIC­TO­RIA HALL

Le Temps - - Culture - SYL­VIE BONIER @Syl­vieBo­nier

Evi­dem­ment, avec l’Or­chestre phil­har­mo­nique de Saint-Pé­ters­bourg et le chef Yu­ri Te­mir­ka­nov on ne peut ima­gi­ner un pro­gramme autre que russe. Jeu­di au Vic­to­ria Hall, il l’était à 100%, avec le 1er Con­cer­to pour pia­no de Tchaï­kovs­ki et les Ta­bleaux d’une ex­po­si­tion de Mous­sorg­ski dans l’or­ches­tra­tion de Ra­vel. L’af­fiche était donc al­lé­chante, avec deux com­po­si­teurs em­blé­ma­tiques, un grand dé­fen­seur du ré­per­toire na­tio­nal à la ba­guette, et un jeune pia­niste suisse à la re­nom­mée mon­tante au cla­vier. D’un cô­té, la for­ma­tion et le chef. Puis­sant, l’or­chestre puise son iden­ti­té so­nore aux sources d’une vaste terre, lourde d’his­toire. So­no­ri­tés pro­fondes, noir­ceur de traits dans les contours et épais­seur de la ma­tière, dy­na­mique vi­ru­lente et moi­rures ro­man­tiques dans le dé­rou­lé mé­lo­dique: l’ac­com­pa­gne­ment or­ches­tral dé­peint au­tant les ex­cès sen­ti­men­taux d’un homme bous­cu­lé par la vie ou la brillance de son lan­gage que l’en­ra­ci­ne­ment sans fond dans la culture d’un pays gi­gan­tesque.

Cas­cades et éclats di­gi­taux

De l’autre cô­té, le pia­niste. Jeu ré­flé­chi et vir­tuose, tech­nique étin­ce­lante et tou­cher af­fir­mé, Fran­ces­co Pie­mon­te­si se lance toutes voiles his­sées dans une in­ter­pré­ta­tion spec­ta­cu­laire. On ne peut sou­hai­ter vi­sion plus lisz­tienne que celle-là, tout en cas­cades et éclats di­gi­taux. Ce Tchaï­kovs­ki ex­tra­ver­ti et bouillon­nant, aux dou­ceurs bien dis­tri­buées, parle pour­tant un peu fort et ne se livre que peu, dans un cer­tain tran­chant so­nore qu’on ai­me­rait par­fois plus poé­tique.

Avec les Ta­bleaux d’une ex­po­si­tion, Yu­ri Te­mir­ka­nov et son or­chestre en­traînent l’au­di­toire dans un mael­ström mu­si­cal au­quel il est im­pos­sible de ré­sis­ter. La pâte so­nore épaisse, lourde et brû­lante, tient de la lave. Et l’in­ter­pré­ta­tion, de l’érup­tion vol­ca­nique. Ces Ta­bleaux baignent dans l’obs­cu­ri­té d’une ter­reur noc­turne ins­pi­rée par la Nuit sur le mont Chauve.

Et même si le Phil­har­mo­nique de Saint-Pé­ters­bourg ne sonne pas tou­jours en­semble et que quelques couacs au sein des vents écornent la lec­ture, on quitte ce mu­sée ima­gi­naire avec du feu dans la tête.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.