En­quête suisse sur le pa­tron du PSG

Le Mi­nis­tère pu­blic de la Con­fé­dé­ra­tion a ou­vert une pro­cé­dure pé­nale contre Nas­ser al-Khe­laï­fi dans le cadre de l’oc­troi de droits mé­dias pour les Coupes du monde de foot­ball. Jé­rôme Valcke, ex-se­cré­taire gé­né­ral de la FI­FA, est aus­si vi­sé

Le Temps - - La une - LISE BAILAT, BERNE, ET LAURENT FAVRE

Le Mi­nis­tère pu­blic de la Con­fé­dé­ra­tion (MPC) a an­non­cé jeu­di dans un com­mu­ni­qué qu’une en­quête in­ter­na­tio­nale était ou­verte de­puis le 20 mars 2017 à l’en­contre de trois per­son­na­li­tés du monde spor­tif: l’an­cien se­cré­taire gé­né­ral de la FI­FA Jé­rôme Valcke, le di­rec­teur de la so­cié­té BeIN Media Group Nas­ser al-Khe­laï­fi, plus connu pour ses fonc­tions de pré­sident du Pa­ris Saint-Ger­main, et d’«un homme d’af­faires ac­tif dans le do­maine des droits spor­tifs», sans plus de pré­ci­sion.

Ces trois hommes sont soup­çon­nés de «cor­rup­tion pri­vée», «ges­tion dé­loyale» et «faux dans les titres». Se­lon le com­mu­ni­qué, «Jé­rôme Valcke est soup­çon­né d’avoir ac­cep­té des avan­tages in­dus en lien avec l’oc­troi de droits mé­dias dans cer­tains pays, de la part d’un homme d’af­faires ac­tif dans le do­maine des droits spor­tifs en ce qui concerne les Coupes du monde de foot­ball de 2018, 2022, 2026 et 2030, et de la part de Nas­ser al-Khe­laï­fi en ce qui concerne les Coupes du monde 2026 et 2030».

D’après une source proche du dos­sier, Nas­ser al-Khe­laï­fi au­rait no­tam­ment mis à dis­po­si­tion de Jé­rôme Valcke et de sa fa­mille une somp­tueuse pro­prié­té en Sar­daigne. Se­lon Le Monde, le fils de Jé­rôme Valcke a éga­le­ment été sa­la­rié du Pa­ris Saint-Ger­main entre jan­vier et juillet 2013.

En­traide ju­di­ciaire

Peu avant la pu­bli­ca­tion du com­mu­ni­qué du Mi­nis­tère pu­blic, des per­qui­si­tions ont été me­nées si­mul­ta­né­ment en Espagne, en Ita­lie, en Grèce et en France. A Pa­ris, les bu­reaux de la chaîne de té­lé­vi­sion BeIN Sports ont re­çu la vi­site sur­prise de deux ma­gis­trats du Par­quet na­tio­nal fi­nan­cier (PNF), ac­com­pa­gnés d’en­quê­teurs an­ti­cor­rup­tion. Dans son com­mu­ni­qué, le Mi­nis­tère pu­blic sou­ligne que «ces ac­tions se sont dé­rou­lées dans le cadre de l’en­traide ju­di­ciaire, sur de­mande et en pré­sence du MPC».

Il y a plu­sieurs se­maines dé­jà que des ru­meurs s’échap­paient du Pa­lais fé­dé­ral. Des sources proches de l’am­bas­sade de Suisse au Qa­tar fai­saient état de nom­breuses de­mandes d’en­traide ju­di­ciaire for­mu­lées par le MPC. Sol­li­ci­té le 22 sep­tembre par Le Temps pour une in­ter­view, le bu­reau du pro­cu­reur gé­né­ral Mi­chael Lau­ber ré­pon­dait par la né­ga­tive le 4 oc­tobre, un dé­lai éton­nam­ment long. Le mo­ment n’était sans doute pas en­core ve­nu.

Un pé­plum ju­di­ciaire

Dé­jà sous le coup d’une pré­cé­dente pro­cé­dure pé­nale du MPC, Jé­rôme Valcke, qui re­cou­rait le 11 oc­tobre à Lau­sanne de­vant le TAS de sa sus­pen­sion de dix ans de la FI­FA pour une af­faire de re­vente de billets du Mon­dial 2014, a été au­di­tion­né jeu­di en qua­li­té de pré­ve­nu par des re­pré­sen­tants du MPC, in­dique le com­mu­ni­qué. Cette confron­ta­tion est sans doute ce qui a mo­ti­vé le dé­clen­che­ment des opé­ra­tions et la mé­dia­ti­sa­tion de l’af­faire.

En 2015, lors de la spec­ta­cu­laire des­cente de po­lice à l’hô­tel Baur au Lac de Zu­rich où sé­jour­naient plu­sieurs di­gni­taires de la FI­FA, la jus­tice suisse n’avait eu qu’un rôle su­bal­terne, en sou­tien des Etats-Unis. Cette fois, l’ini­tia­tive de cette opération d’en­ver­gure in­ter­na­tio­nale re­vient en­tiè­re­ment à Berne. Dans un com­mu­ni­qué pu­blié jeu­di après-mi­di, le Par­quet na­tio­nal fi­nan­cier (fran­çais) pré­ci­sait bien avoir agi «après avoir été sol­li­ci­té par la jus­tice suisse».

Celle-ci en­quête de­puis près de sept mois sur ce dos­sier. Un énorme tra­vail. Lor­gnant vers le pé­plum ju­di­ciaire, le com­mu­ni­qué du MPC livre quelques chiffres des­ti­nés à don­ner le tour­nis: 180 an­nonces MROS (des mes­sages au­to­ma­tiques d’alerte dé­li­vrés par les banques lorsque ap­pa­raissent des tran­sac­tions po­ten­tiel­le­ment sus­pectes), 25 en­quêtes liées au foot­ball me­nées en pa­ral­lèle, 19 té­ra­oc­tets de don­nées sé­ques­trées à ana­ly­ser.

La dé­ten­tion pré­ven­tive n’est pas re­quise

Mal­gré ce tra­vail consi­dé­rable, «au­cune per­sonne ne se trouve en dé­ten­tion pré­ven­tive. La pré­somp­tion d‘in­no­cence pré­vaut pour toutes les per­sonnes im­pli­quées», sou­ligne le com­mu­ni­qué. En mai 2015, six membres de la FI­FA avaient été im­mé­dia­te­ment pla­cés en dé­ten­tion pré­ven­tive. Cette fois, le MPC es­time soit ne pas avoir de preuves suf­fi­santes, soit que les risques de fuites sont trop faibles.

An­cien jour­na­liste de Ca­nal+ de­ve­nu bras droit de Sepp Blat­ter, Jé­rôme Valcke (57 ans) vit dé­sor­mais à Bar­ce­lone où il a mon­té une so­cié­té dans l’évé­ne­men­tiel. Mer­cre­di, à la sor­tie de son au­dience de­vant le TAS, il as­su­rait à l’AFP avoir «tou­jours fait [son] job de la meilleure ma­nière pos­sible» et n’avoir «ja­mais agi contre les in­té­rêts de la FI­FA». Il a pour­tant été li­mo­gé en jan­vier 2016 après avoir été mis en cause dans une af­faire de re­vente de billets du Mon­dial 2014 et ac­cu­sé d’avoir uti­li­sé des jets pri­vés à des fins per­son­nelles.

Le Qa­ta­ri Nas­ser al-Khe­laï­fi, 43 ans, fut un mo­deste joueur de ten­nis (995e mon­dial en 2002) avant de connaître une car­rière ful­gu­rante dans le sport bu­si­ness Des per­qui­si­tions ont été me­nées si­mul­ta­né­ment en Espagne, en Ita­lie, en Grèce et en France

La Com­mis­sion d’éthique de la FI­FA l’a éga­le­ment re­con­nu cou­pable d’avoir ten­té de com­mer­cia­li­ser des droits de re­trans­mis­sion à des prix in­fé­rieurs à leur va­leur et d’avoir dé­truit des preuves.

Nas­ser al-Khe­laï­fi, 43 ans, fut un mo­deste joueur de ten­nis (995e mon­dial en 2002) avant de connaître une car­rière ful­gu­rante dans le sport bu­si­ness, tout d’abord au sein de BeIN Sports, puis au PSG dont il de­vient le pré­sident en no­vembre 2011. Les trans­ferts cet été du Bré­si­lien Ney­mar et du Fran­çais Ky­lian Mbap­pé, pour un mon­tant to­tal re­cord de plus de 400 mil­lions d’eu­ros, l’ont pla­cé comme un ac­teur dé­sor­mais in­con­tour­nable.

Per­çu comme une me­nace par les grands clubs ins­ti­tu­tion­nels eu­ro­péens, «Nas­ser» est consi­dé­ré par la chaîne ESPN comme la sep­tième per­son­na­li­té la plus in­fluente du foot­ball ac­tuel. L’Equipe l’iden­ti­fie comme le vé­ri­table homme fort du foot­ball fran­çais.

(MUSTAFA YALCIN/ANADOLU AGENCY/GETTY IMAGES)

Nas­ser al-Khe­laï­fi, au centre, est de­ve­nu un ac­teur in­con­tour­nable du monde du sport. No­tam­ment grâce aux trans­ferts, l’été der­nier, du Bré­si­lien Ney­mar et du Fran­çais Ky­lian Mbap­pé.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.