«Jus­tice League», le re­tour conqué­rant des su­per­hé­ros

Le Temps - - La une - AN­TOINE DUPLAN @du­plan­toine

Lors­qu’un ex­tra­ter­restre at­taque la terre, Bat­man et Wonder Wo­man re­crutent quelques mu­tants et de­mi-dieux pour les as­sis­ter. «Jus­tice League» s’avère plus réus­si qu’on ne le crai­gnait

Thor: Ragnarok, en­core sur les écrans, est une farce. Jus­tice League, une tra­gé­die. Ce contraste de re­gistres ré­sume l'es­thé­tique des deux écu­ries de su­per­hé­ros, Mar­vel (Dis­ney) et DC Co­mics (War­ner), mo­no­po­li­sant les écrans du monde: la pre­mière, pop, fla­shy, est ha­bile dans le ma­nie­ment du se­cond de­gré; la se­conde pri­vi­lé­gie les am­biances fu­li­gi­neuses et la gran­di­lo­quence.

Des crêpes géants masquent l'Arc de triomphe et le To­wer Bridge: la Terre est en deuil, elle pleure son cham­pion, Su­per­man, mort lors d'un com­bat ti­ta­nesque contre un dé­mon kryp­to­nien à la fin de Bat­man v Su­per­man – L’Aube de la jus­tice (2016). La cri­mi­na­li­té ex­plose. La bande-son est au dia­pa­son de ce dé­sastre, c'est «Eve­ry­bo­dy Knows» de Leo­nard Co­hen – «Tout le monde sait que le ba­teau coule, que le ca­pi­taine a men­ti…»

Me­nace ef­froyable

Bruce Wayne/Bat­man (Ben Af­fleck) et Dia­na Prince/Wonder Wo­man (Gal Ga­dot) ne savent plus où don­ner de la tête pour faire ré­gner l'ordre et la jus­tice. Or des évé­ne­ments beau­coup plus graves se pré­parent: à la tête de ses lé­gions dam­nées qui se nour­rissent de la peur, l'in­fâme Step­pen­wolf, un Sau­ron ex­tra­ter­restre, vient ré­cu­pé­rer les trois boîtes mères dont l'éner­gie lui per­met­tra de ra­va­ger dé­fi­ni­ti­ve­ment la Terre.

Pour contrer l'ef­froyable me­nace, le Dark Knight et la fille de la Reine des Ama­zones re­crutent Flash (Ez­ra Miller), un che­na­pan plus ra­pide que son ombre, Aqua­man (Ja­son Mo­moa), le pa­tron bar­bu de l'At­lan­tide, et Cy­borg (Ray Fi­sher), un gar­çon aug­men­té dont les im­plants is­sus de la tech­no­lo­gie kryp­to­nienne tendent à l'au­to­no­mie. Cette Ligue de jus­tice d'Amé­rique mène une guerre sans mer­ci contre le su­per-vi­lain. C'est dif­fi­cile sans Su­per­man. Hé­las! le Man of Steel n'est plus de ce monde…

Dans le match Aven­gers - Jus­tice League, l'avan­tage va aux pre­miers. Pen­dant que Mar­vel mul­ti­plie les réus­sites ar­tis­tiques et com­mer­ciales, DC Co­mics cherche un se­cond souffle. Il y a eu le suc­cès de deux Bat­man de Tim Bur­ton au dé­but des an­nées 90, le triomphe de la tri­lo­gie Dark Knight de Ch­ris­to­pher No­lan dans les an­nées 2000, puis la soupe à la gri­mace. Relancée en 2013 avec un Man of Steel ef­froya­ble­ment laid, bête et bruyant, sui­vi d'un Bat­man v Su­per­man qui ne vaut guère mieux, la geste DC mar­quait le pas. L'em­bel­lie est ve­nue au prin­temps der­nier avec Wonder Wo­man, qui trou­vait le tem­po juste et la touche d'iro­nie sans la­quelle les su­per­hé­ros sombrent dans le ri­di­cule.

Pin­gouins ex­plo­sifs

Ce Jus­tice League dont on re­dou­tait l'em­phase et le mi­li­ta­risme sur­prend aus­si en bien. Les pro­duc­teurs ont exi­gé que le film ne dé­passe pas deux heures, ce qui est dé­jà long compte te­nu de l'éprou­vante ba­taille fi­nale en­ga­geant des mil­lions de Pa­ra­dé­mons, une ef­fer­ves­cence de su­per-pou­voirs, la Bat­mo­bile et des dé­rè­gle­ments chtho­niens. Par ailleurs, Zack Sny­der (300, Watchmen, Su­cker Punch et autres ob­jets ba­roques et fas­cis­toïdes), grand pla­ni­fi­ca­teur des of­fen­sives DC, a pris ses dis­tances à la suite du dé­cès de sa fille.

Joss Whe­don a été ap­pe­lé à la res­cousse pour la post­pro­duc­tion et le tour­nage de scènes ad­di­tion­nelles. Si l'or­fèvre des Aven­gers pré­serve l'at­mo­sphère char­bon­neuse de l'uni­vers DC, il a peut-être contri­bué à cla­ri­fier la pâ­tée en ra­jou­tant le fi­let d'humour sans le­quel les films de su­per­hé­ros sont im­bouf­fables. Le ma­jor­dome de Bat­man se ré­fère à l'époque bé­nie où les prin­ci­paux sou­cis consis­taient en pin­gouins ex­plo­sifs. Un en­fant de­mande à Su­per­man s'il s'est dé­jà bat­tu avec un hip­po­po­tame. Et l'homme chauve-sou­ris ré­vèle son su­per-pou­voir: il est riche…

Jus­tice League lorgne du cô­té de Mar­vel. En in­sé­rant deux bo­nus dans le gé­né­rique de fin. En éta­blis­sant des équi­va­lences: en ma­tière de dieux païens, l'At­lante Aqua­man et l'ama­zone Wonder Wo­man rem­placent Thor; Cy­borg, avec son ar­mure in­tel­li­gente, tient le rôle d'Iron Man; Flash est aus­si vif que le re­gret­té Quick­sil­ver… Les hordes de Step­pen­wolf, vo­mies par un vor­tex dé­bou­chant sur une autre di­men­sion, ont au­tant la haine que les Chi­tau­ri. Quant aux trois boîtes mères, elles ren­voient aus­si bien aux pierres d'in­fi­ni­té de Mar­vel qu'aux an­neaux de Tol­kien. Faute es­thé­tique: l'ar­mure de Bar­man, na­guère mé­tal­lique et pro­fi­lée, semble taillée dans le néo­prène et, sous sa ca­goule ca­ou­tchou­teuse, l'homme chauve-sou­ris, en mode hips­ter, ne prend plus la peine de se ra­ser…

«L'es­poir est comme une clé de voi­ture, on le perd fa­ci­le­ment, mais il n'est ja­mais loin», di­sait Su­per­man le sage. La Terre a re­trou­vé la foi et l'es­pé­rance, la paix est re­ve­nue, Lois Lane a sé­ché ses larmes. Bruce Wayne achète un ma­noir pour y ins­tal­ler une table ronde ou sié­ge­ront les membres de la Ligue de jus­tice.

Gad­gets high-tech

Ce rêve ar­thu­rien clôt un block­bus­ter in­té­grant les peurs de l'époque. Der­rière la cal­ci­na­tion de la Terre pro­mise par Step­pen­wolf se pro­file le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique, une réa­li­té dont Aqua­man se fiche: «Je ne crains pas l'élé­va­tion du ni­veau des mers.» Quand les choses se gâ­te­ront, il n'y au­ra per­sonne pour sau­ver le monde avec des gad­gets high-tech, des tech­no­lo­gies ex­tra­ter­restres et des sor­ti­lèges my­tho­lo­giques. En plus, Su­per­man est mort…

Jus­tice League, de Zack Sny­der (Etats-Unis, 2017), avec Ben Af­fleck, Gal Ga­dot, Ja­son Mo­moa, Hen­ry Ca­ville, Cia­ran Hinds, Ray Fi­sher, Ez­ra Miller, Jesse Ei­sen­berg. 2h01.

(FOX-WAR­NER)

Flash, Bat­man et Wonder Wo­man, réunis dans la Ligue de jus­tice pour contrer Step­pen­wolf, qui me­nace de cal­ci­ner la Terre.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.