Nou­veaux nuages sur la fis­ca­li­té des en­tre­prises

Pro­po­si­tion choc à Berne: une com­mis­sion du Conseil des Etats pro­pose une nou­velle com­pen­sa­tion so­ciale pour la ré­forme de l’im­po­si­tion des en­tre­prises. L’AVS de­vrait re­ce­voir 2,1 mil­liards de francs sup­plé­men­taires. Mais le ca­len­drier est très ser­ré

Le Temps - - La une - BER­NARD WUTHRICH, BERNE @BdWu­thrich

La ré­forme des im­pôts des mul­ti­na­tio­nales de­vrait être cou­plée avec l’in­jec­tion de 2 mil­liards par an pour l’AVS. Un pro­jet acro­ba­tique qu’il fau­drait bou­cler en six mois

Au­tre­fois havre de sta­bi­li­té fis­cale, la Suisse peine à trou­ver la bonne for­mule pour son nou­veau ré­gime d’im­po­si­tion des en­tre­prises. Sous pres­sion de l’Eu­rope et de l’OCDE, elle doit abo­lir d’ici à 2019 son sys­tème ac­tuel de taux pré­fé­ren­tiels pour les so­cié­tés ac­tives à l’étran­ger. Une pre­mière ré­forme, la RIE III, a été ba­layée par le peuple parce que trop gé­né­reuse en­vers les en­tre­prises. Une se­conde ré­forme, le Pro­jet fis­cal 17, est en cours d’éla­bo­ra­tion. Elle en­traî­ne­rait des pertes de quelque 2 mil­liards de francs par an pour les caisses fé­dé­rales et can­to­nales. Pour rendre le pro­jet plus po­pu­laire en cas de ré­fé­ren­dum, une coa­li­tion com­po­sée de la gauche, du PDC et des can­tons ro­mands pro­pose de ver­ser 2,1 mil­liards sup­plé­men­taires par an à l’AVS, no­tam­ment en aug­men­tant les pré­lè­ve­ments sur les sa­laires. Le pro­jet a été ap­prou­vé mer­cre­di par la Com­mis­sion de l’éco­no­mie du Conseil des Etats.

Com­bi­ner deux pro­jets per­dants de­vant le peuple (fis­ca­li­té des en­tre­prises et ré­forme de l’AVS) pour en faire un duo ga­gnant? L’idée laisse per­plexes cer­tains mi­lieux éco­no­miques. «Je re­grette l’amal­game pro­po­sé par cette com­mis­sion, ex­plique Blaise Mat­they, de la Fé­dé­ra­tion des en­tre­prises ro­mandes. C’est un gros mé­lange des genres.»

«Je re­grette l’amal­game pro­po­sé par cette com­mis­sion. C’est un gros mé­lange des genres»

BLAISE MAT­THEY, DI­REC­TEUR DE LA FÉ­DÉ­RA­TION DES EN­TRE­PRISES RO­MANDES

Com­pen­ser la to­ta­li­té des pertes fis­cales du Pro­jet fis­cal 17 (PF 17), né sur les cendres de la dé­funte ré­forme de l’im­po­si­tion des en­tre­prises (RIE III), dans l’AVS: la Com­mis­sion de l’éco­no­mie et des re­de­vances du Conseil des Etats (CER-E) crée la sur­prise. In­sa­tis­faite des com­pen­sa­tions so­ciales pro­po­sées par le Conseil fé­dé­ral, elle a dé­ci­dé, à l’una­ni­mi­té, d’aug­men­ter les moyens fi­nan­ciers al­loués à l’AVS. Le PF 17 pro­vo­que­ra un manque à ga­gner de 1,7 à 2,1 mil­liards pour la Confé­dé­ra­tion et les can­tons. Afin d’évi­ter un nou­vel échec de­vant le peuple, le Conseil fé­dé­ral et le par­le­ment sont convain­cus qu’un vo­let so­cial doit être glis­sé dans la nou­velle ré­forme.

Le gou­ver­ne­ment a pro­po­sé de re­le­ver de 30 francs les pres­crip­tions mi­ni­males en ma­tière d’al­lo­ca­tions fa­mi­liales. La CER-E a ce­pen­dant pris acte du fait que cette me­sure ne chan­ge­rait rien dans les can­tons qui ap­pliquent des mon­tants su­pé­rieurs aux autres. Il s’agit no­tam­ment de Vaud, Ge­nève, Fri­bourg, du Va­lais, du Ju­ra et de Berne. Et elle ne tou­che­rait que les fa­milles qui ont des en­fants à charge. «Nous sommes par­ve­nus à la conclu­sion que le re­lè­ve­ment pro­po­sé ne joue­rait pas le rôle so­cial qu’on at­tend de lui», ré­sume le pré­sident de la CER-E, Pir­min Bi­schof (PDC/SO). La com­mis­sion a cher­ché autre chose et pris en compte le fait que le mi­nistre de l’In­té­rieur Alain Ber­set était lui aus­si confron­té à la né­ces­si­té de re­pê­cher une ré­forme re­fu­sée par le peuple: celle de la pré­voyance vieillesse 2020 (PV 2020). Ce com­pro­mis porte l’em­preinte du PS, qui juge le «com­pro­mis ac­cep­table», et du PDC, qui s’est em­pres­sé de s’en at­tri­buer les mé­rites.

Hausse des co­ti­sa­tions pa­ri­taires

Alain Ber­set a fixé les pa­ra­mètres au dé­but de l’an­née. Il a sé­pa­ré la ré­forme de l’AVS de celle du deuxième pi­lier, en­vi­sa­gé d’aug­men­ter la TVA de 1,7 point pour fi­nan­cer la pre­mière et main­te­nu le re­lè­ve­ment de la re­traite des femmes à 65 ans, me­sure as­sor­tie de com­pen­sa­tions. Pour le fi­nan­ce­ment de ces com­pen­sa­tions, la hausse des co­ti­sa­tions pa­ri­taires a été mise en dis­cus­sion. C’est le point que re­tient la CER-E. Elle pro­pose de ver­ser à l’AVS le même mon­tant que les pertes fis­cales pro­vo­quées par PF 17, soit 2,1 mil­liards, étant don­né que, à terme, le PF 17 est cen­sé rap­por­ter da­van­tage de re­cettes aux col­lec­ti­vi­tés pu­bliques. Pour at­teindre cette somme, elle sou­haite aug­men­ter les co­ti­sa­tions pa­ri­taires de 0,3% (0,15% pour l’em­ployeur, 0,15% pour le sa­la­rié), at­tri­buer à l’AVS la to­ta­li­té du pourcent dé­mo­gra­phique de la TVA et re­le­ver la contri­bu­tion fé­dé­rale. La pre­mière me­sure rap­por­te­rait 1,2 mil­liard, la se­conde dé­tour­ne­rait 520 mil­lions de la caisse fé­dé­rale vers l’AVS et la troi­sième au­rait un coût de 385 mil­lions pour la Confé­dé­ra­tion. Au to­tal, le pa­quet fi­ce­lé par la CER-E coû­te­rait un peu plus de 1,5 mil­liard à la Confé­dé­ra­tion.

La fac­ture exacte dé­pen­dra de dé­ci­sions en­core à prendre pour le conte­nu dé­taillé du PF 17. La CER-E pro­pose d’im­po­ser les di­vi­dendes d’ac­tion­naires qua­li­fiés à 50% au mi­ni­mum sur le plan can­to­nal, mais une mi­no­ri­té pro­pose de re­le­ver le pla­fond à 70% comme l’avait pro­po­sé le Conseil fé­dé­ral. Elle sou­haite aus­si in­tro­duire une règle de rem­bour­se­ment pour l’ap­port de ca­pi­tal. Elle se dé­ter­mi­ne­ra en­core sur ce point pré­cis le 24 mai.

Op­po­si­tion pa­tro­nale

Pir­min Bi­schof veut croire aux chances de ce nou­veau pa­quet. Il se dit per­sua­dé que les com­pen­sa­tions pro­po­sées via l’AVS sont plus so­lides que la hausse des al­lo­ca­tions fa­mi­liales, à la­quelle l’Union suisse des arts et mé­tiers (USAM) s’est fer­me­ment op­po­sée. Mais l’ajout des re­traites ne com­pro­met­tra-t-il pas le ca­len­drier am­bi­tieux de PF 17, qui doit im­pé­ra­ti­ve­ment être sous toit cette an­née dans la me­sure où les pres­sions in­ter­na­tio­nales pour la sup­pres­sion des sta­tuts spé­ciaux pra­ti­qués par cer­tains can­tons res­tent fortes?

La stra­té­gie de la CER-E consis­tant à lier fis­ca­li­té des en­tre­prises et AVS ne fait pas l’una­ni­mi­té. Di­rec­teur de la Fé­dé­ra­tion des en­tre­prises ro­mandes (FER), Blaise Mat­they est per­plexe: «Le prin­cipe d’une com­pen­sa­tion so­ciale est re­con­nu, Vaud a dé­mon­tré que c’était né­ces­saire. Mais je re­grette l’amal­game pro­po­sé par cette com­mis­sion. Il est urgent de mettre le PF 17 sous toit et la ré­forme de l’AVS est aus­si ur­gente. Mais il ne faut pas mé­lan­ger les deux. D’un cô­té, on pré­voit de bais­ser l’im­po­si­tion des en­tre­prises et, de l’autre, on veut aug­men­ter les co­ti­sa­tions AVS. C’est un gros mé­lange des genres», cri­tique-t-il. L’USAM, eco­no­mie­suisse et l’Union pa­tro­nale suisse (UPS) sou­tiennent les cor­rec­tifs ap­por­tés au PF 17, mais doutent elles aus­si que le lien avec l’AVS soit ju­di­cieux. ▅

Le pré­sident de la com­mis­sion, Pir­min Bi­schof (PDC/SO), se dit per­sua­dé que les com­pen­sa­tions pro­po­sées via l’AVS sont plus so­lides que la hausse des al­lo­ca­tions fa­mi­liales.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.