Re­mon­tées mé­ca­niques: aides re­vues à la baisse

Le Temps - - Suisse - GRÉGOIRE BAUR

Le par­le­ment donne son feu vert pour l’aide aux re­mon­tées mé­ca­niques. Mais la nou­velle loi dif­fère gran­de­ment du pre­mier pro­jet, pré­sen­té en pleine cam­pagne élec­to­rale

«La pé­riode élec­to­rale a don­né le ton, il convien­dra d’ana­ly­ser plus rai­son­na­ble­ment la si­tua­tion.» En fé­vrier 2017, après la pre­mière lec­ture de la loi sur l’en­cou­ra­ge­ment des re­mon­tées mé­ca­niques, Ma­rianne Ma­ret, vice-pré­si­dente du PDC du Va­lais ro­mand, est con­vain­cue que cer­tains dé­pu­tés ont sou­te­nu le texte par pur vi­sée élec­to­rale. On est alors à quelques se­maines des élec­tions can­to­nales. Les mo­di­fi­ca­tions ap­por­tées à la loi, vo­tée ce jeu­di par le Grand Conseil, lui donnent raison.

Un nou­veau texte bien dif­fé­rent

Exit les 157 mil­lions de francs d’aides à fonds per­du sur dix ans pro­mis aux so­cié­tés de re­mon­tées mé­ca­niques. La nou­velle lé­gis­la­tion est beau­coup moins gé­né­reuse. Des sub­ven­tions jus­qu’à hauteur de 4 mil­lions de francs par pro­jet se­ront ac­cor­dées «pour la réa­li­sa­tion d’in­fra­struc­tures ex­cep­tion­nelles d’im­por­tance ré­gio­nale ou can­to­nale», par exemple une liai­son entre deux do­maines skiables ou entre la plaine et la mon­tagne.

Le texte pré­voit éga­le­ment un fonds can­to­nal, des prêts et des cau­tion­ne­ments. Mais toutes les so­cié­tés, au nombre de qua­rante-deux, ne pour­ront pas re­ce­voir ces aides. Seules les en­tre­prises viables – avec un bé­né­fice avant in­té­rêts, im­pôts et amor­tis­se­ments su­pé­rieur à 25% – sont concer­nées. «On n’est pas là pour faire plai­sir à tout le monde», a plai­dé le conseiller d’Etat en charge de l’éco­no­mie, Ch­ris­tophe Dar­bel­lay, qui qua­li­fie la nou­velle loi de «com­pro­mis équi­li­bré et ac­cep­table».

Des com­pro­mis

Pour y ar­ri­ver tout le monde a dû mettre de l’eau dans son vin. La ma­jo­ri­té de la com­mis­sion de deuxième lec­ture, op­po­sée aux aides à fonds per­du, a tout d’abord re­fu­sé d’en­trer en ma­tière. L’idée de pro­po­ser des sub­ven­tions uni­que­ment aux pro­jets ex­cep­tion­nels, ap­pa­rue en cours de dis­cus­sion, a fait pen­cher la ba­lance. «Si la loi ne com­pre­nait pas d’aides à fonds per­du, elle n’avait pas lieu d’être, ex­plique Ma­rianne Ma­ret. Les sub­ven­tions pro­po­sées jus­ti­fient la loi.»

Se­lon cer­tains dé­pu­tés, cette pro­po­si­tion vient de la faî­tière des re­mon­tées mé­ca­niques elle-même, qui crai­gnait de tout perdre. «C’est un tra­vail po­li­tique de la com­mis­sion, ré­torque le pré­sident des Re­mon­tées mé­ca­niques du Va­lais Ber­no Stof­fel. Mais nous avons fait un tra­vail de lob­bying pour conser­ver des aides à fonds per­du.» Et son sou­rire au mo­ment du vote fi­nal des dé­pu­tés en di­sait long.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.