Fa­vo­ri­ser l’éveil des en­fants

Plu­sieurs en­fants en bas âge, vi­vant dans des condi­tions dé­fa­vo­rables, n’ont pas les moyens d’in­té­grer une struc­ture d’éveil

La Presse (Tunisia) - - LA UNE - H.SAYADI

Quatre édu­ca­trices et une di­rec­trice se sont im­pli­quées à fond pour don­ner le meilleur d’elles-mêmes afin d’ai­der ces pe­tits bouts de chou à bien gran­dir, à pro­gres­ser, à évo­luer… Un lun­di ma­tin, à 9h00 dans un jar­din d’en­fants de la ban­lieue sud, les pe­tits en­fants ont dé­jà com­men­cé les pre­mières ac­ti­vi­tés de la jour­née et c’est sé­rieux ! La di­rec­trice de cet éta­blis- se­ment ne ba­dine pas, en ef­fet, avec le pro­gramme édu­ca­tif des­ti­né aux en­fants âgés entre trois et cinq ans, et dont les ac­ti­vi­tés sont des­ti­nées à fa­vo­ri­ser leur dé­ve­lop­pe­ment psy­cho­mo­teur. C’est gé­né­ra­le­ment avec une séance de co­lo­riage que dé­bute la jour­née…. L’ac­cueil des en­fants com­mence à par­tir de 7h00 dans cet éta­blis­se­ment.

Quatre édu­ca­trices et une di­rec­trice se sont im­pli­quées à fond pour don­ner le meilleur d’el­les­mêmes afin d’ai­der ces pe­tits bouts de choux à bien gran­dir, à pro­gres­ser, à évo­luer… Un lun­di ma­tin, à 9H00 dans un jar­din d’en­fants de la ban­lieue sud, les pe­tits en­fants ont dé­jà com­men­cé les pre­mières ac­ti­vi­tés de la jour­née et c’est sé­rieux ! La di­rec­trice de cet éta­blis­se­ment ne ba­dine pas, en ef­fet, avec le pro­gramme édu­ca­tif des­ti­né aux en­fants âgés entre trois et cinq ans, et dont les ac­ti­vi­tés sont des­ti­nées à fa­vo­ri­ser leur dé­ve­lop­pe­ment psy­cho­mo­teur. C’est gé­né­ra­le­ment avec une séance de co­lo­riage que dé­bute la jour­née…. L’ac­cueil des en­fants com­mence à par­tir de 7h00 dans cet éta­blis­se­ment. Un pe­tit tour dans ce jar­din d’en­fants suf­fit pour com­prendre que ces en­fants sont entre de bonnes mains. Là bas, on leur ap­prend à des­si­ner, à co­lo­rier… Chaque jour est une op­por­tu­ni­té pour pra­ti­quer de nou­velles ac­ti­vi­tés. L’éta­blis­se­ment est en­tou­ré d’un jar­din, où sur le ga­zon ar­ti­fi­ciel des ba­lan­çoires et des to­bog­gans ont été ins­tal­lés. Le rez-de-chaus­sée, quant à lui, com­prend une grande salle, équi­pée de pe­tites chaises et tables co­lo­rées, alors que les murs sont dé­co­rés avec goût. Une di­zaine d’en­fants bien ins­tal­lés sur leurs chaises étaient concen­trés à pra­ti­quer l’ac­ti­vi­té ma­ti­nale de co­lo­riage; et leur ins­ti­tu­trice ne rate pas l’oc­ca­sion pour leurs ap­prendre les bonnes ma­nières, car l’en­trée d’une per­sonne étran­gère ne peut pas pas­ser in­aper­çue ! Ces pe­tits en­fants ont illi­co ré­agi et n’ont pas hé­si­té à ex­pri­mer leur joie par des sou­rires et des gestes. En pas­sant dans les autres pièces, à l’in­té­rieur de cet éta­blis­se­ment, on trouve juste au fond une cui­sine bien équi­pée et ni­ckel. Juste à cô­té, il y a la salle de bains, équi­pée en « WC » pe­tits for­mats, adap­tés à la taille de ces en­fants et d’une douche. Une autre salle de cours se trouve juste à droite. Mais en des­cen­dant quelques marches, on dé­couvre un autre uni­vers ! Il s’agit d’un dor­toir, où 35 pe­tits lits, or­nés et dé­co­rés, ont été mis à la dis­po­si­tion de ces en­fants pour la sieste.

Ap­prendre grâce aux jeux édu­ca­tifs et jeux de so­cié­té

« Ici, les en­fants ont droit à des ac­ti­vi­tés di­verses, al­lant d’un club de Co­ran, à ce­lui de la mu­sique sans ou­blier les ac­ti­vi­tés spor­tives. On leur ap­prend à des­si­ner, à ac­qué­rir des no­tions de cal­cul, les cou­leurs, les formes en jouant à des jeux de so­cié­té qui les aident à bien gran­dir, à de­ve­nir plus ha­biles… Dans notre éta­blis­se­ment, on ac­cueille les en­fants à par­tir de 7h00 et nous pou­vons les gar­der jus­qu’à 18h15. Il faut payer 100 di­nars pour une garde com­plète, si­non juste 80 di­nars par mois si l’en­fant ne reste pas toute la jour­née. Pour les frais d’ins­crip­tion, ils sont fixés à 60 di­nars » , nous in­forme la di­rec­trice de l’éta­blis­se­ment qui a pas­sé plus d’une di­zaine d’an­nées à pra­ti­quer un mé­tier qui la pas­sionne énor­mé­ment. Cette der­nière n’hé­site pas à don­ner des conseils pour ai­der les pa­rents à mieux ac­com­pa­gner leurs en­fants dans leur ap­pren­tis­sage et leur dé­ve­lop­pe­ment. « Il ne faut sur­tout pas lais­ser un en­fant re­gar­der la té­lé­vi­sion, ou jouer sur l’or­di­na­teur ou la ta­blette. C’est très né­faste pour sa san­té men­tale » , conseille-t-elle. D’ail- leurs, cette di­rec­trice a pla­cé une ca­mé­ra de sur­veillance dans son bu­reau pour contrô­ler le dé­rou­le­ment des cours, le res­pect de l’hy­giène… Certes, la bonne am­biance qui règne dans ce jar­din ne laisse per­sonne in­dif­fé­rent, ces pe­tits fu­turs élèves res­pirent la joie et la pleine forme. Des salles rem­plies de jouets, des murs peints de cou­leurs gaies… Tout est là pour faire de leur uni­vers un pe­tit monde mer­veilleux… Mais si ces der­niers ont au moins eu la chance de se dé­ve­lop­per dans un uni­vers pa­reil, il y a, mal­heu­reu­se­ment, plu­sieurs autres en­fants vi­vant dans des condi­tions dé­fa­vo­rables et n’ayant pas les moyens d’in­té­grer un jar­din, pri­vés de ce monde « mer­veilleux ».

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.