Ya­men Ma­nai re­çoit le Prix des cinq conti­nents de la fran­co­pho­nie

Une fable po­li­tique et éco­lo­gique qui a énor­mé­ment plu au pré­sident d’hon­neur du Prix des cinq conti­nents de la fran­co­pho­nie, Jean-Ma­rie Gus­tave Le Clé­zio.

La Presse (Tunisia) - - CULTURE -

A la Foire du livre de Franc­fort, dont la France est cette an­née l’in­vi­tée d’hon­neur, a été dé­cer­né mer­cre­di 11 oc­tobre le Prix des cinq conti­nents de la fran­co­pho­nie. Le ju­ry, com­po­sé entre autres d’au­teurs ori­gi­naires du Li­ban, d’Haï­ti, du Bur­ki­na Fa­so et de l’île Mau­rice, a ré­com­pen­sé le jeune au­teur tu­ni­sien Ya­men Ma­nai pour son ro­man « L’Amas ar­dent » aux édi­tions Ely­zad. C’est l’his­toire d’un homme, un api­cul­teur, qui se bat pour sau­ver ses abeilles at­ta­quées par des fre­lons. C’est aus­si une fable po­li­tique et éco­lo­gique qui a énor­mé­ment plu au pré­sident d’hon­neur du Prix des cinq conti­nents de la fran­co­pho­nie, Jean-Ma­rie Gus­tave Le Clé­zio : « Parce que c’est l’aven­ture. Et la fran­co­pho­nie, c’est l’aven­ture, ex­plique Le Clé­zio les rai­sons de sa fa­veur pour ce livre de Ya­men Ma­nai, «L’Amas ar­dent». Ce livre est un livre aven­tu­reux. C’est un livre qui nous sort des sen­tiers bat­tus, qui nous sort d’une lit­té­ra­ture nar­cis­sique. C’est un livre qui nous parle de notre condi­tion hu­maine, à tous, pas seule­ment celle des Tu­ni­siens, mais à tous : la lutte de l’in­di­vi­du, un in­di­vi­du un peu obs­ti­né, mais qui adore ses filles, les abeilles, contre une so­cié­té qui veut dé­truire cette har­mo­nie et qui veut nous pri­ver de vie. C’est un livre pro­fond. Et c’est une al­lé­go­rie. » Est-ce un grand sym­bole que le Prix des cinq conti­nents de la fran­co­pho­nie soit re­mis au Sa­lon du livre de Franc­fort ? « Oui, parce que la fran­co­pho­nie est uni­ver­selle. L’Al­le­magne a une très bonne re­la­tion avec la lit­té­ra­ture fran­çaise, de langue fran­çaise. Donc, c’est très im­por­tant d’être ici à Franc­fort. En plus, c’est une très belle ville. » Il est à rap­pe­ler que Ya­men Ma­nai est né à Tu­nis et y fait toute sa sco­la­ri­té avant de par­tir faire ses études à Pa­ris. In­gé­nieur, il tra­vaille sur les nou­velles tech­no­lo­gies de l’in­for­ma­tion. Il pu­blie son pre­mier ro­man «La Marche de l’in­cer­ti­tude» en 2010. La marche de l’in­cer­ti­tude lui est ve­nue pen­dant un voyage à Bar­ce­lone et celle de son deuxième ro­man «La sé­ré­nade d’Ibra­him San­tos» au cours d’un sé­jour à Cu­ba. Au­jourd’hui sa vie se par­tage entre la France où il vit et tra­vaille et la Tu­ni­sie où il a sa fa­mille et où il re­tourne ré­gu­liè­re­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.