Il n’y a pas pé­ril en la de­meure

Son flair, son in­tel­li­gence et son cô­té im­pré­vi­sible dans le jeu lui sont propres. Pour le reste, les solutions de re­change existent.

La Presse (Tunisia) - - LA UNE - Wa­lid NALOUTI

Son flair, son in­tel­li­gence et son cô­té im­pré­vi­sible dans le jeu lui sont propres. Pour le reste, les solutions de re­change existent.

Per­sonne n'ai­me­rait être à la place de Youssef Msakni. A 27 ans, le joueur est à l'apo­gée de sa car­rière. Il est si ta­len­tueux qu'on parle vo­lon­tiers du phé­no­mène Youssef Msakni. C'est qu'il a tout sim­ple­ment un don du ciel, un ta­lent fou qui lui est propre. Sauf qu'en op­tant pour le cham­pion­nat qa­ta­ri en 2013 lors­qu'il s'est en­ga­gé avec Le­kh­wiya SC, re­bap­ti­sé Al-Du­hail SC, le joueur a op­té plu­tôt pour l'ar­gent que pour un pro­jet spor­tif alors que tous les spé­cia­listes s'ac­cordent à dire qu'il a les qua­li­tés re­quises pour s'ex­pa­trier en Eu­rope. La Coupe du monde de Rus­sie au­rait été pour lui une belle vi­trine, une op­por­tu­ni­té de rec­ti­fier le tir et de le voir fran­chir un pa­lier su­pé­rieur, ce­lui d'évo­luer dans l'un des cham­pion­nats eu­ro­péens. Mais en­core une fois, Youssef Msakni a pri­vi­lé­gié l'ar­gent. Il a te­nu à conti­nuer à jouer, sans doute pour ter­mi­ner meilleur bu­teur du cham­pion­nat avec le pac­tole qui va avec, et ce, au dé­tri­ment de sa san­té. S'il avait écou­té son en­traî­neur et quit­té le ter­rain, la bles­sure au­rait été moins grave et les li­ga­ments au­raient été évi­tés. C'est bien dom­mage pour lui et… pour la sélection na­tio­nale.

Et si Khe­li­fa re­joi­gnait le groupe !

Mi­lieu of­fen­sif, at­ta­quant ou ai­lier gauche : Youssef Msakni est un avant po­ly­va­lent. Tou­te­fois, il existe des at­ta­quants qui peuvent évo­luer dans son re­gistre, no­tam­ment sur le cou­loir gauche. Sur ce po­si­tion­ne­ment, Sa­ber Khé­li­fa a les qua­li­tés re­quises pour rem­pla­cer Youssef Msakni, même s'il au­rait dû être dans la sélection de­puis un bon mo­ment dé­jà. Joueur ex­pé­ri­men­té et ca­pi­taine de son équipe, le Club Afri­cain, Sa­ber Khé­li­fa est un lea­der, un bu­teur pa­ten­té et, sur­tout, un at­ta­quant qui peut créer le dan­ger à tout mo­ment en se fau­fi­lant le cou­loir gauche. Il consti­tue donc une bonne al­ter­na­tive pour sup­pléer Youssef Msakni. Il n'y a pas que Khe­li­fa qui peut faire le bou­lot de Msakni. Le nou­veau ve­nu, Sei­fed­dine Khaoui, est aus­si un joueur po­ly­va­lent. Fort sur les balles ar­rê­tées, c'est un mi­lieu of­fen­sif qui sait ap­por­ter son concours à la dé­fense en phase de ré­cu­pé­ra­tion. Il est éga­le­ment ef­fi­cace dans la relance du jeu, no­tam­ment quand il s'agit d'al­ler de­vant et opé­rer un pres­sing sur la dé­fense ad­verse. Dans le groupe dé­jà en place de­puis un bon mo­ment, les solutions de re­change existent aus­si. Wah­bi Khaz­ri qui évo­lue dans le même re­gistre que Youssef Msakni, Bas­sem Srar­fi qui a fait cette sai­son un saut qua­li­ta­tif à Nice et Anis Ba­dri un joueur ra­pide et dé­ci­sif dans les der­nières passes, sont au­tant d'at­ta­quants qui peuvent faire le bou­lot. Youssef Msakni au­rait sans doute ap­por­té sa pierre à l'édi­fice, mais sa bles­sure ne doit pas être vé­cue comme une fa­ta­li­té.

Sa­ber Khe­li­fa, Khaz­ri, Srar­fi et Khaoui et pour at­té­nuer le contre­coup de la bles­sure de Msakni

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.