Quand met­tra-t-on fin au test rec­tal ?

Avec l’ap­pui de l’Ins­ti­tut fran­çais de Tunis (IFT), les as­so­cia­tions Maw­jou­dine, Chouf, Shams, Damj, Ad­li et l’As­so­cia­tion tu­ni­sienne de pré­ven­tion plus ont or­ga­ni­sé les 13 et les 14 avril des jour­nées pour la dé­pé­na­li­sa­tion de l’ho­mo­sexua­li­té

La Presse (Tunisia) - - ACTUALITÉS - Ol­fa BELHASSINE

Ces jour­nées ont été bap­ti­sées «Couleurs d’avril». Elles ont mê­lé les dé­bats sur le test anal ou la ter­mi­no­lo­gie LGBTQI++, à des ac­ti­vi­tés plus ré­créa­tives : mu­sique, chant, danse, théâtre, pro­jec­tions ci­né­ma­to­gra­phiques… Ces jour­nées ont re­pré­sen­té éga­le­ment une op­por­tu­ni­té pour pré­sen­ter l’état des lieux de la si­tua­tion des per­sonnes LGBTQI++ en Tu­ni­sie et pré­pa­rer une cam­pagne de plai­doyer pour abro­ger l’ar­ticle 230 du Code pé­nal in­cri­mi­nant l’ho­mo­sexua­li­té. En 2017, l’ar­ticle 230 a fait des ra­vages, les seuls cas de per­sonnes ju­gées, do­cu­men­tés par les as­so­cia­tions mi­li­tant pour les li­ber­tés in­di­vi­duelles et les droits des per­sonnes LGBTQI++, ou évo­qués par les mé­dias at­teignent le nombre de 70. « Ce chiffre n’in­clut pas les cas de per­sonnes in­ter­pel­lées et re­lâ­chées avant de com­pa­raître de­vant le juge, ni même le nombre réel des per­sonnes ju­gées sur la base de l`ar­ticle 230. En ef­fet, en l’ab­sence de re­cen­sion et de pu­bli­ca­tion sys­té­ma­tique des ar­res­ta­tions et ju­ge­ments fon­dés sur l’ar­ticle 230, tous nos chiffres de­meurent illus­tra­tifs », af­firment les as­so­cia­tions dé­fen­dant les minorités sexuelles. Cet ar­ticle en­traîne, se­lon les mi­li­tants de la cause LGBT, des at­teintes graves à la di­gni­té et au corps des per­sonnes ac­cu­sées qui se voient contraintes de su­bir des exa­mens mé­di­caux (le test anal) qua­li­fiés d’actes de tor­ture par le Co­mi­té in­ter­na­tio­nal de lutte contre la tor­ture.

Suc­cès et ré­sis­tances

Les pres­sions par la so­cié­té ci­vile ont com­men­cé à por­ter leurs pre­miers fruits le mois de mai 2017 lors de la dis­cus­sion du Rap­port de la Tu­ni­sie de­vant le Con­seil des droits de l’Homme à Ge­nève. Si la Tu­ni­sie qui a été épin­glée à ce mo­ment là par les NU pour conti­nuer à je­ter en pri­son les per­sonnes ac­cu­sées d’ho­mo­sexua­li­té, elle a ac­cep­té de mettre un terme au test anal non consen­ti et de mettre en ap­pli­ca­tion deux des qua­torze re­com­man­da­tions des NU tou­chant aux minorités LGBTQI++. Un ac­quis im­por­tant même si la Tu­ni­sie a conti­nué à ap­pli­quer le test anal après l’exa­men de son Rap­port. D’autre part, le 3 avril, le Con­seil na­tio­nal de l’Ordre des mé­de­cins a condam­né le test anal. Dans un com­mu­ni­qué ren­du pu­blic, le Con­seil a rap­pe­lé que le mé­de­cin doit res­pec­ter la di­gni­té des per­sonnes exa­mi­nées confor­mé­ment à l’ar­ticle 23 de la Consti­tu­tion de 2014 et aux ar­ticles 7 et 74 du Code dé­on­to­lo­gique pré­ci­sant que « l’Ordre des mé­de­cins condamne fer­me­ment tout exa­men mé­di­cal non jus­ti­fié et /ou tou­chant à la di­gni­té phy­sique ou men­tale de la per­sonne exa­mi­née et consi­dère la pratique d’un exa­men gé­ni­tal ou anal pour vé­ri­fier ou confir­mer la na­ture des pra­tiques sexuelles d’une per­sonne sans son consen­te­ment libre et éclai­ré comme une at­teinte à sa di­gni­té ». Ce com­mu­ni­qué est-il un pre­mier pas pour sou­mettre les mé­de­cins lé­gistes usant de ce test à des me­sures dis­ci­pli­naires ? Une lueur qui laisse poindre de l’es­poir du cô­té de la com­mu­nau­té ho­mo­sexuelle. « Nous sommes le maillon faible dans cette af­faire. Ces per­sonnes ne doivent pas at­ter­rir chez nous, qui sommes des auxi­liaires de jus­tice et sommes obli­gés d’ap­pli­quer les ré­qui­si­toires du juge. De­puis 2016, beau­coup d’entre nous font tout pour ex­pli­quer aux pa­tients qu’ils ont le droit de re­fu­ser le test. Mais par­fois ce sont les pa­tients eux-mêmes qui nous le de­mandent comme lorsque des pri­son­niers ou des en­fants veulent prou­ver qu’ils ont su­bi un viol », ré­plique le mé­de­cin lé­giste Ahmed Ba­nasr.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.