Ap­pel de L’UMSL à col­la­bo­rer avec les au­to­ri­tés of­fi­cielles

Le Temps (Tunisia) - - Proximité -

La sec­tion d’anes­thé­sie -Réa­ni­ma­tion re­le­vant de l’union des mé­de­cins spé­cia­listes li­bé­raux (UMSL) a ap­pe­lé, hier, les par­ties qui sont en me­sure de dé­te­nir des in­for­ma­tions re­la­tives au dos­sier «des pro­duits anes­thé­siques dé­fec­tueux» à les com­mu­ni­quer par voie of­fi­cielle aux au­to­ri­tés de tu­telle afin d’en te­nir compte et d’agir en consé­quence. Dans un com­mu­ni­qué dont l’agence TAP a re­çu une co­pie, L’UMSL pré­cise que la Phar­ma­cie Cen­trale de Tu­ni­sie dé­tient le mo­no­pole des pro­duits anes­thé­siques ache­tés au­près de four­nis­seurs tu­ni­siens et étran­gers et as­sure la tra­ça­bi­li­té de ces pro­duits qui passent par des cir­cuits par­fai­te­ment contrô­lés. L’UMSL men­tionne, par ailleurs, que la conser­va­tion et le sto­ckage au ni­veau des éta­blis­se­ments pri­vés et pu­blics re­lèvent des res­pon­sables des phar­ma­cies in­ternes de ces éta­blis­se­ments qui, à leur tour, as­surent la per­ma­nence des contrôles. «Le mé­de­cin anes­thé­siste et son équipe consti­tuent un ver­rou de sé­cu­ri­té sup­plé­men­taire lors de l’uti­li­sa­tion fi­nale des pro­duits anes­thé­siques.» sou­ligne la même source. Concer­nant l’af­faire «des pro­duits anes­thé­siques dé­fec­tueux», L’UMSL rap­pelle que «le centre na­tio­nal de phar­ma­co­vi­gi­lance a as­su­ré qu’il n’y avait pas de re­cru­des­cence ré­cente d’évé­ne­ments in­dé­si­rables liés à l’usage de pro­duits anes­thé­siques», es­ti­mant que «la forme po­lé­mique» avec la­quelle le su­jet a été abor­dé ne peut que nuire à la re­la­tion de confiance qui lie le ma­lade à son mé­de­cin. Cette «po­lé­mique» a créé ain­si un cli­mat de mé­fiance et de sus­pi­cion comme en té­moignent l’aug­men­ta­tion des ré­ti­cences pour l’ac­cep­ta­tion d’actes mé­di­caux cou­rants pou­vant en­gen­drer des re­tards thé­ra­peu­tiques pré­ju­di­ciables aux pa­tients, lit-on dans le même com­mu­ni­qué. Rap­pe­lons que l’af­faire «des pro­duits anes­thé­siques dé­fec­tueux» s’est dé­clen­chée dans un nombre de cli­niques pri­vées et hô­pi­taux pu­blics suite à la mort d’un nombre de pa­tients en dé­cembre 2014. Une en­quête a été ou­verte au­près du tri­bu­nal de pre­mière ins­tance de Tu­nis ré­vé­lant que la mort n’est pas liée à une er­reur hu­maine mais d’une pos­sible ano­ma­lie dans la com­po­si­tion de l’anes­thé­siant. Suite aux pre­miers ré­sul­tats de l’en­quête, le pro­duit anes­thé­siant a été re­ti­ré des hô­pi­taux.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.