Mer­kel fait son au­to­cri­tique

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Al­le­magne- crise des ré­fu­giés

An­ge­la Mer­kel es­time que l'al­le­magne ain­si que d'autres pays eu­ro­péens ont igno­ré, pen­dant trop long­temps, le pro­blème de la crise des ré­fu­giés. Elle re­con­naît des er­reurs qui ont blo­qué "la né­ces­si­té de trou­ver une so­lu­tion pan eu­ro­péenne".

Un an après avoir lan­cé sa large po­li­tique d'ac­cueil des ré­fu­giés et pro­non­cé sa cé­lèbre phrase ""Wir schaf­fen das" ("Nous y ar­ri­ve­rons"), la chan­ce­lière dresse un pre­mier bi­lan, cri­tique, de son ac­tion dans une in­ter­view au quo­ti­dien al­le­mand Süd­deutsche Zei­tung. "L'al­le­magne et d'autres pays eu­ro­péens sont res­tés trop long­temps aveugles à la crise des ré­fu­giés qui gran­dis­sait à leurs fron­tières", a-t-elle af­fir­mé. L'al­le­magne a ac­cueilli en 2015 1,1 mil­lion de mi­grants et s'at­tend à ac­cueillir cette an­née jus­qu'à 300 000 de­man­deurs d'asile. "Nous ne nous sommes pas at­ta­qués au pro­blème de ma­nière ap­pro­priée", re­grette la chan­ce­lière en fai­sant ré­fé­rence au re­fus al­le­mand d'un sys­tème de ré­par­ti­tion pro­por­tion­nel des ré­fu­giés. "Ce­la vaut aus­si pour la pro­tec­tion des fron­tières ex­té­rieures de l'es­pace Schen­gen", pour­suit-elle. La di­ri­geante al­le­mande se pro­nonce en outre pour une co­opé­ra­tion et une aide au dé­ve­lop­pe­ment ac­crue de l'union eu­ro­péenne en Afrique, ain­si qu'avec la Tur­quie et les zones de conflits.

C'est pour­tant sa po­li­tique d'ac­cueil et la ges­tion de l'ar­ri­vée des mi­grants que ciblent ses dé­trac­teurs, de plus en plus nom­breux se­lon les son­dages al­le­mands. Son par­ti, l'union chré­tienne-dé­mo­crate (CDU), est no­tam­ment sus­cep­tible de su­bir un im­por­tant re­vers lors de deux scru­tins régionaux, les 4 et 18 sep­tembre pro­chains.

"L'al­le­magne res­te­ra l'al­le­magne", dé­clare-t-elle. La chan­ce­lière veut aus­si ras­su­rer, en af­fir­mant que mal­gré des cen­taines de mil­liers de mi­grants ac­cueilli, l'al­le­magne "ne chan­ge­ra pas". Et ap­pelle la classe po­li­tique al­le­mande à la mo­dé­ra­tion dans les pro­pos afin d'évi­ter une rhé­to­rique alar­miste ali­men­tant un ra­cisme mon­tant de­puis un an, juge-t-elle. "Il est faux de dire que le ter­ro­risme est ar­ri­vé seule­ment avec les ré­fu­giés. Il était dé­jà là sous des my­riades de formes dif­fé­rentes", af­firme-t-elle.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.