Ali Bon­go réé­lu, l'op­po­si­tion crie à la fraude

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Gabon

Le pré­sident ga­bo­nais Ali Bon­go a été réé­lu avec 49,80% des voix, se­lon les ré­sul­tats dé­fi­ni­tifs de l'élec­tion de sa­me­di va­li­dés par la com­mis­sion élec­to­rale et four­nis mer­cre­di à Reu­ters par un com­mis­saire.

Les re­pré­sen­tants de l'op­po­si­tion au sein de la com­mis­sion élec­to­rale ont contes­té ce ré­sul­tat et l'un d'eux, Paul Ma­rie Gond­jout, re­pré­sen­tant de Jean Ping, le prin­ci­pal ad­ver­saire d'ali Bon­go, a dé­non­cé une élec­tion "vo­lée".

Mar­di, l'an­cien mi­nistre des Af­faires étran­gères Jean Ping s'était dit as­su­ré d'être élu en to­ta­li­sant près de 60% des voix après le dé­compte de huit des neuf pro­vinces. Les ré­sul­tats de la com­mis­sion élec­to­rale le cré­ditent de 48,23% des suf­frages.

La com­mis­sion de­vait ini­tia­le­ment pro­cla­mer les ré­sul­tats of­fi­ciels mar­di soir mais elle était tou­jours réunie à huis clos mer­cre­di à la mi-jour­née. A l'an­nonce de pre­miers ré­sul­tats of­fi­cieux qui at­tri­buaient 49,85% des voix à Ali Bon­go, le re­pré­sen­tant de Jean Ping au sein de la com­mis­sion, Paul Ma­rie Gond­jout, avait dé­jà dé­non­cé une "mas­ca­rade". L'op­po­si­tion a ré­cla­mé un nou­veau dé­compte dans la pro­vince na­tale du chef de l'etat sor­tant, le Haut-ogooué, où le taux de par­ti­ci­pa­tion a at­teint 99,98%, contre moins de 60% dans l'en­semble du pays, avait-il ajou­té. De son cô­té, l'union eu­ro­péenne a de­man­dé à la com­mis­sion élec­to­rale de rendre pu­blics "les ré­sul­tats dé­taillés" de chaque bu­reau de vote et ap­pe­lé les pro­ta­go­nistes à main­te­nir le calme dans le pays. Le par­ti de Jean Ping avait dé­cla­ré mar­di que son can­di­dat était en tête du scru­tin avec 59% des voix contre 38% à Ali Bon­go alors qu'il ne man­quait plus que les ré­sul­tats d'une pro­vince sur neuf, celle du Haut-ogooué. Cette an­nonce avait aus­si­tôt été qua­li­fiée de "ten­ta­tive de dé­sta­bi­li­sa­tion" par le pou­voir. Le gou­ver­ne­ment avait pa­ral­lè­le­ment rap­pe­lé à de mul­tiples re­prises que dif­fu­ser d'autres dé­comptes que ce­lui de la com­mis­sion élec­to­rale était "illé­gal". Les au­to­ri­tés de Li­bre­ville ont aus­si dé­non­cé une "in­gé­rence étran­gère", après que, en France, le Par­ti so­cia­liste et deux avo­cats eurent dé­cla­ré pu­bli­que­ment que Jean Ping était vain­queur du scru­tin. Une vic­toire de Jean Ping, qui a été un temps pré­sident de l'as­sem­blée gé­né­rale des Na­tions unies, mais aus­si de la com­mis­sion de l'union afri­caine (UA), au­rait mis fin à un de­mi-siècle de pou­voir exer­cé par la fa­mille Bon­go.

Le pré­sident ga­bo­nais Ali Bon­go

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.