Un pro­fit de 7 mil­lions de di­nars pour les « Noir et Blanc »

Le Temps (Tunisia) - - Sports -

Re­cru­té lors du mer­ca­to d’été de l’an­née 2012 alors qu’il n’était âgé que 18 ans et quelques miettes seule­ment, l’in­ter­na­tio­nal mi­lieu du ter­rain ga­bo­nais Ibra­hi­ma Ndong, ne tar­da pas à s’illus­trer dans l’en­tre­jeu sfaxien. Un com­par­ti­ment, pour­tant, où les places étaient par­ti­cu­liè­re­ment chères du fait de la pré­sence de plu­sieurs joueurs de qua­li­té par­mi les­quels fi­gu­raient no­tam­ment Mo­ha­med Ali Mon­cer et Fer­ja­ni Sas­si. Ndong « je suis re­con­nais­sant au CSS » Tou­jours est-il que le Ga­bo­nais, par son talent, ne tar­da pas à at­ti­rer l’at­ten­tion de bon nombre de clubs de l’hexa­gone et fi­nit par at­ter­rir au cours de l’été 2014 à Lo­rient pour le mon­tant de 950 mille eu­ros, soit un peu plus de deux mil­lions de di­nars sur la base du taux d’échange de l’époque. Mais, ce que l’on sait le moins c’est que le CSS n’a dé­bour­sé pour l’ac­qui­si­tion du Ga­bo­nais que 5OOO dol­lars seule­ment et ce chiffre nous le te­nons du pré­sident du club, Lot­fi Ab­den­nadher, en per­sonne.

Des for­tunes di­verses entre les joueurs tu­ni­siens et les étran­gers

Dans le contrat du trans­fert de Ibra­hi­ma Ndonh, il est men­tion­né qu’en cas de son trans­fert par Lo­rient vers un autre club, 15% du mon­tant du trans­fert, dé­duit des 950 mille eu­ros dé­bour­sés au CSS pour l’achat du joueur, de­vaient re­ve­nir à ce der­nier. Hier, et à quelques heures seule­ment de la fer­me­ture du mer­ca­to es­ti­val en Eu­rope, Ndong an­non­cé dans un pre­mier temps à Sun­der­land, dé­bar­qua fi­na­le­ment dans un grand club du Pre­mier League, l’ar­se­nal en l’oc­cur­rence. Le coût du trans­fert se­rait de 20 mil­lions eu­ros, soit à peu près 50 mil­lions de di­nars ce qui don­ne­rait au club « Noir et Blanc » des gains de l’ordre de sept mil­lions de di­nars. Un vé­ri­table pac­tole !

En conclu­sion et pour la pe­tite histoire, il n’y a qu’à com­pa­rer l’iti­né­raire du Ga­bo­nais avec ce­lui de ses deux ex co­équi­piers du CSS, Fer­ja­ni Sas­si et Fa­kh­red­dine Ben Yous­sef et po­sons-nous la ques­tion pour­quoi les joueurs tu­ni­siens, contrai­re­ment à leurs ho­mo­logues étran­gers, sont voué la plu­part du temps, à l’échec quand il s’agit de ten­ter une aven­ture pro­fes­sion­nelle hors de nos fron­tières.

A.K.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.