ILS ONT DIT:

Le Temps (Tunisia) - - Proximité -

«Les ins­ti­tu­tions de l’etat se­raient in­fil­trées, sur­tout avec la pré­di­lec­tion, en terme de re­cru­te­ment, par les membres ayant pro­fi­té de l’am­nis­tie lé­gis­la­tive gé­né­rale, et éga­le­ment avec la dé­si­gna­tion des membres ayant par­ti­ci­pé ac­ti­ve­ment à l’opé­ra­tion de So­li­man, au sein des ins­ti­tu­tions de l’etat. L’at­taque ter­ro­riste au mont Sem­ma­ma, com­porte des mes­sages adres­sés au nou­veau gou­ver­ne­ment ain­si qu’au peuple tu­ni­sien.

Du­rant la pé­riode pré­cé­dente, l’étau s’est res­ser­ré, sur les ter­ro­ristes qui se sont re­trou­vés dans l’obli­ga­tion d’hi­ber­ner, de se li­mi­ter à l’ob­ser­va­tion et de pas­ser à l’acte quand ce­la est pos­sible!.» Ali Ze­ram­di­ni (Ex­pert en sé­cu­ri­té stra­té­gique)

«L’etat doit trou­ver des so­lu­tions al­ter­na­tives qui par­vien­dront à évi­ter l’al­ter­na­tive d’une po­li­tique d’aus­té­ri­té. Tou­jours est-il, qu’il faut mette l’ac­cent, en toute ur­gence, sur la né­ces­si­té d’aug­men­ter le pou­voir d’achat des ci­toyens en fai­sant pres­sion sur les prix et de re­voir en temps né­ces­saire la po­li­tique d’exportation.» Ab­del­la­tif Chaï­bi (Ex­pert fi­nan­cier et ban­caire)

«Ma mis­sion prin­ci­pale est d’as­su­rer la sé­cu­ri­té des Fran­çais qui se trouvent en Tu­ni­sie. Il y a 30.000 res­sor­tis­sants, presque 15.000 jeunes dans des ly­cées fran­çais. Ce sont des cibles. Il faut pou­voir les pro­té­ger, no­tam­ment dans les pays comme la Tu­ni­sie dont on sait qu’ils sont four­nis­seurs de ji­ha­distes».

Sur un autre plan j’ai pour mis­sion de faire per­du­rer les re­la­tions in­croyables que la France et la Tu­ni­sie en­tre­tiennent, sa­chant que plus de 700.000 Tu­ni­siens vivent en France. Il y a un en­jeu dé­mo­cra­tique. Si ce nou­veau gou­ver­ne­ment tient le coup, c’est tout l’en­semble du Magh­reb qui pour­ra al­ler vers des cieux fa­vo­rables. En d’autres termes, la Tu­ni­sie je l’ai au coeur, et au mo­ment de par­tir, je vou­drais que l’on dise que j’y ai ap­por­té une va­leur ajou­tée.» Oli­vier Poivre d’ar­vor (Ecri­vain et fu­tur am­bas­sa­deur de France en Tu­ni­sie)

«La prio­ri­té pour vous, Mon­sieur le Pre­mier mi­nistre, est de ré­ta­blir la confiance et d’ap­pe­ler un chat un chat. On nous parle beau­coup de cor­rup­tion mais ja­mais un res­pon­sable n’ira nom­mer le cou­pable. L’af­faire du conte­neur du Belge et la ma­nière dont elle a été ré­so­lue n’a rien fait pour aug­men­ter la confiance. On nous parle beau­coup d’hommes d’af­faires vé­reux, de ca­pi­taines d’in­dus­tries sans foi ni loi, de ma­fias in­tou­chables, pour­tant le com­merce pa­ral­lèle et la contre­bande conti­nuent de plus belle avec pho­tos et vi­déos à l’ap­pui.

Pour ré­ta­blir cette confiance, il suf­fit d’avoir quelques scan­dales. Un ou deux fe­ront l’af­faire. Dé­mas­quez ceux-là qui sont der­rière les actes de cor­rup­tion. Pra­ti­quez ce que vous prê­chez, com­bat­tez la cor­rup­tion de front, comme d’autres ailleurs l’ont fait avec la ma­fia, ré­créez une an­ti­ma­fia tu­ni­sienne.» Mo­ha­med Loua­di (Pro­fes­seur à l’ins­ti­tut Su­pé­rieur de Ges­tion) Ces dé­cla­ra­tions ont été ac­cor­dées à dif­fé­rents mé­dias

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.