En te­nues noires, la pro­chaine sai­son !

Le Temps (Tunisia) - - La Une -

* Ab­sent, lors de la pré­cé­dente jour­née, comment as-tu re­trou­vé l’en­semble ac­tuel ?

- J’avoue que l’équipe se porte bien en ce mo­ment. L’am­biance est ex­cel­lente et le groupe tra­vaille dans une par­faite har­mo­nie, nous sommes tous conscients de l’en­jeu de ce match puisque nous jouons notre qua­li­fi­ca­tion. Donc, pas ques­tion de ra­ter notre exa­men de pas­sage à la phase fi­nale au Ga­bon en 2017.Et pour ce faire, nous de­vons ga­gner notre match au­jourd’hui. N’ou­bliez pas que l’on a une re­vanche à prendre sur l’ad­ver­saire. * Quelle ap­pré­cia­tion fais-tu de votre pré­pa­ra­tion pour cet im­por­tant ren­dez­vous ?

- A plus d’un titre. Certes six séances ce n’est ja­mais as­sez, mais quand on connait la va­leur des élé­ments convo­qués on me­sure tout le po­ten­tiel du groupe. Outre la qua­li­té d’am­biance qui a ré­gné du­rant le stage, nous no­tons éga­le­ment la qua­li­té de tra­vail du staff ef­fec­tué sous l’égide d’un en­trai­neur qui connait très bien le foot­ball tu­ni­sien voire même afri­cain. C’est un homme qui vé­hi­cule une grande ex­pé­rience. Par ailleurs sur le plan pu­re­ment spor­tif et tech­nique, et même si la plu­part des joueurs sont presque prêt puis­qu’on sort d’une pré­pa­ra­tion de dé­but de sai­son, nous avons eu droit à un pro­gramme de re­mise en train pour trou­ver un peu plus de frai­cheur phy­sique. Par contre les trois der­nières séances ont por­té da­van­tage sur le plan tac­tique. A tra­vers quelques exer­cices le staff a vou­lu peau­fi­ner les mé­ca­nismes entre les groupes. * Toutes vos cartes sont en règles, donc ? - Comme un seul homme. En tous les cas, tout ce tra­vail tech­ni­co-tac­tique a été ap­puyé par un ac­com­pa­gne­ment men­tal pour don­ner un peu plus de confiance à cer­tains joueurs. Ce qui compte pour nous c’est de sa­voir bien en­ta­mer le match et sur­tout bien le né­go­cier du­rant les 90 mi­nutes. La vi­gi­lance doit être, en ef­fet, de ri­gueur no­tam­ment sur le plan dé­fen­sif pour évi­ter les mau­vaises sur­prises, éga­le­ment nos avants doivent se mon­trer lu­cides et ef­fi­caces face à la cage ad­verse. N’ou­blions pas que l’ad­ver­saire n’est pas ve­nu en vic­time et ce n’est pas le 4 à 2 que lui a in­fli­gé la sé­lec­tion ma­ro­caine qui va nous contre­dire. Donc, pas ques­tion de lui cé­der du ter­rain, la so­li­da­ri­té dans l’ef­fort et le bon po­si­tion­ne­ment sur le ter­rain et sur­tout en phase de tran­si­tion. * Un mot au pu­blic ! - Mo­nas­tir nous a tou­jours por­té chance, fai­sons en sorte que ce­la conti­nue en­core, il nous ap­par­tient en tant qu’ac­teurs de bien jouer notre par­ti­tion. Seule la vic­toire compte.

Pro­pos re­cueillis par SS

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.