Slim Ria­hi res­te­ra, res­te­ra pas ?

Le Temps (Tunisia) - - Sports - Mou­rad AYARI

Le club sub­mer­gé par les dettes…

Comme pré­vu, l’as­sem­blée gé­né­rale élec­tive du Club Afri­cain a été an­nu­lée. En outre, et en l’ab­sence de can­di­da­tures pour la pré­si­dence du club, la com­mis­sion char­gée des élec­tions a dé­ci­dé avant-hier de mettre fin à son man­dat. Et c’est dé­sor­mais à Slim Ria­hi de s’ex­pri­mer et de dé­voi­ler ses in­ten­tions au large pu­blic clu­biste. A-t-il l’in­ten­tion de pour­suivre sa mis­sion à la tête du club ou compte-t-il se re­ti­rer pour se consa­crer com­plè­te­ment à la po­li­tique et à son Par­ti ?

Slim Ria­hi se doit d’être franc et clair avec les sup­por­ters « Rouge et Blanc ». Nous ne sommes plus qu’à quelques jours de la pre­mière jour­née du cham­pion­nat et l’heure n’est plus aux ter­gi­ver­sa­tions.

On sait que dans l’état ac­tuel des choses, il fau­drait une sacré dose de cou­rage pour lui suc­cé­der après les sen­tences émises à l’en­contre du club de Bab-je­did par la FI­FA. Entre San­chez, Ezé­chiel, Le club de Bra­him Che­ni­hi et bien d’autres joueurs, le Club Afri­cain doit dé­bour­ser un peu plus de trois mil­liards de nos mil­limes. Une belle somme qui fe­rait le bon­heur de n’im­porte quelle as­so­cia­tion spor­tive. Ceux qu’on a tendance à consi­dé­rer comme étant les sages du Club Afri­cain n’ont pas, jusque là, bou­gé le pe­tit doigt. Ils se sont conten­tés de se réunir et de quelques com­mu­ni­qués sans grands in­té­rêts. Avec une dette pa­reille, il n’est pas éton­nant de les voir se conten­ter d’ob­ser­ver. On est même ten­té de dire qu’ils ne fe­ront rien pour dé­lo­ger Slim Ria­hi en at­ten­dant de voir ce der­nier s’ac­quit­ter de cer­taines dettes après les sen­tences de la FI­FA car il doit obli­ga­toi­re­ment payer ceux qui se sont plaints au­près de la plus haute ins­tance foot­bal­lis­tique sous peine de voir le club Afri­cain com­men­cer le cham­pion­nat avec six points en moins. En somme, une at­ti­tude lo­gique de la part des sages qui ne man­que­ront pas de se ma­ni­fes­ter à nou­veau une fois la si­tua­tion fi­nan­cière lé­gè­re­ment as­sai­nie… La com­mis­sion des li­tiges poin­tée

du doigt Ceux qui s’oc­cupent des li­tiges qui op­posent le club aux joueurs et aux tech­ni­ciens sont les vrais res­pon­sables de cette si­tua­tion ca­tas­tro­phique. De quoi s’agit-il exac­te­ment ? D’in­com­pé­tence ou de non­cha­lance ? Dans les deux cas, ils sont cou­pables d’avoir plon­gé le club dans une crise fi­nan­cière pro­fonde et d’avoir fait perdre le club beau­coup de temps et sur­tout beau­coup d’argent. Sans nom­mer qui que ce soit, on se conten­te­ra de dire que ceux qui n’ont pas su gé­rer les af­faires du club comme il se doit, de­vrait cé­der la place à ceux qui en sont ca­pables…

Chan­ge­ments en vue Sur le plan foot­bal­lis­tique, le Club Afri­cain en­ta­me­ra la pre­mière jour­née du cham­pion­nat à Ham­mam-lif. Après la dé­faite concé­dée face à l’es­pé­rance , il faut s’at­tendre à de grands chan­ge­ments au sein de la for­ma­tion qui se­ra ali­gnée par Kaïs Yâa­kou­bi. Il y au­ra cer­tai­ne­ment l’al­gé­rien Bel­khi­ther qui est dé­sor­mais qua­li­fié. Il faut s’at­tende éga­le­ment à voir le tech­ni­cien clu­biste chan­ger bien des choses dans l’en­tre­jeu. Ghan­dri et Oued­her­fi at­tendent leurs chances et il n’est pas ex­clu de les voir à l’oeuvre face au CSHL. Même le sché­ma tac­tique pour­rait être mo­di­fié…

Les sages trop sages !

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.