Un pro­blème de so­cié­té en constante aug­men­ta­tion de­puis la ré­vo­lu­tion

Le Temps (Tunisia) - - Proximité -

Les com­por­te­ments sui­ci­daires en Tu­ni­sie consti­tuent un pro­blème de so­cié­té qui touche en par­ti­cu­lier les jeunes de moins de 30 ans, a sou­li­gné la pré­si­dente du co­mi­té tech­nique de lutte contre le sui­cide, Fat­ma Char­fi lors d’une jour­née scien­ti­fique or­ga­ni­sée hier à Beit al Hik­ma, sur «la lutte contre le sui­cide: un dé­fi à re­le­ver».

Cette ren­contre s’est te­nue à l’ini­tia­tive du co­mi­té tech­nique de lutte contre le sui­cide en par­te­na­riat avec la so­cié­té tu­ni­sienne de psy­chia­trie et la so­cié­té tu­ni­sienne de psy­chia­trie de l’en­fant et de l’ado­les­cent à l’oc­ca­sion de la jour­née in­ter­na­tio­nale de lutte contre le sui­cide. Char­fi a ajou­té que, de­puis 2011, une aug­men­ta­tion des moyens sui­ci­daires vio­lents telle que l’im­mo­la­tion a été en­re­gis­trée, sou­li­gnant que les com­por­te­ments sui­ci­daires sont un phé­no­mène com­plexe dé­ter­mi­né par plu­sieurs fac­teurs tels que les pro­blèmes de san­té men­tale, les évè­ne­ments de vie né­ga­tifs, les dé­ter­mi­nants so­cio-éco­no­miques, les chan­ge­ments so­cié­taux et po­li­tiques... L’aug­men­ta­tion de l’in­ci­dence du sui­cide et l’im­pé­ra­tif de mettre en oeuvre un pro­gramme de pré­ven­tion ont été à l’ori­gine de la créa­tion, en fé­vrier 2015, du co­mi­té tech­nique de lutte contre le sui­cide au sein du mi­nis­tère de la San­té, a-t-elle fait sa­voir.

Un re­gistre na­tio­nal du sui­cide et des ten­ta­tives de sui­cide est en cours d’éla­bo­ra­tion par le co­mi­té, a-t-elle an­non­cé, pré­ci­sant que l’in­ci­dence du sui­cide pour l’an­née 2015 est de 3,3/100000 ha­bi­tants. De son cô­té, Meh­di Ben Khe­lil, as­sis­tant hos­pi­ta­lo-uni­ver­si­taire en mé­de­cine lé­gale, a dres­sé un bi­lan du phé­no­mène du sui­cide, cinq ans après la ré­vo­lu­tion, in­di­quant, à cet égard, qu’une aug­men­ta­tion no­table du nombre des sui­cides qui est pas­sé d’une moyenne de 1,8/100000 ha­bi­tants avant la ré­vo­lu­tion à 3,15/100000 ha­bi­tants, après la ré­vo­lu­tion. On re­lève, a-t-il dit, une pré­do­mi­nance mas­cu­line dans les cas de sui­cide (70,2% avant 2011 et 73% après 2011), ajou­tant que le taux des jeunes sui­ci­dés (âgés de 20 à 39 ans) était de 36% avant la ré­vo­lu­tion et s’élève, au­jourd’hui, à 38%. Le nombre des sui­cides par­mi les per­sonnes âgées entre 60 et 65 ans a tri­plé après la ré­vo­lu­tion, a-t-il fait re­mar­quer. D’après Dr. Khe­lil, ce phé­no­mène de sui­cide touche plus les sans em­plois (61%) et les ou­vriers (16%). Pour sa part, Amen Al­lah Mes­sa­di, pro­fes­seur en ré­ani­ma­tion mé­di­cale, a fait le point de l’épi­dé­mio­lo­gie de l’im­mo­la­tion en Tu­ni­sie à tra­vers quatre dé­cen­nies, pré­ci­sant que le nombre des ten­ta­tives de sui­cide par le feu s’est mul­ti­plié par 20 de­puis 2011.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.