Les nou­veaux ac­qué­reurs s’en­gagent à re­struc­tu­rer l’en­tre­prise

Le Temps (Tunisia) - - Économie & Finances - Khou­loud AMRAOUI

Com­mu­ni­ca­tion fi­nan­cière de la MIP

La so­cié­té Magh­reb In­ter­na­tio­nal Pu­bli­ci­té (MIP) a te­nu avant-hier au siège de la bourse de Tu­nis une com­mu­ni­ca­tion fi­nan­cière. Cette com­mu­ni­ca­tion fi­nan­cière vient après la ces­sion des Parts de la fa­mille CHERIHA dé­ten­trice de 66% du ca­pi­tal de la MIP et suite à l’au­to­ri­sa­tion du Con­seil du Mar­ché Fi­nan­cier (CMF) de sou­mettre à l’offre Pu­blique d’achat por­tant sur le reste du ca­pi­tal.

Les so­cié­tés Yel­low Spi­rit et Law­hat Tu­ni­sie dé­tiennent dé­sor­mais res­pec­ti­ve­ment 38.65% et 27.71 % du ca­pi­tal de la so­cié­té MIP. Les di­ri­geants de ces deux so­cié­tés par­ti­ci­paient à cette com­mu­ni­ca­tion : le nou­veau pré­sident Di­rec­teur Gé­né­ral, Ma­her Ben Sa­lem et le CEO du groupe Yel­low Spi­rit, An­to­nio Vin­cen­ti. La com­mu­ni­ca­tion a por­té sur les réa­li­sa­tions ré­centes et les pers­pec­tives de la so­cié­té après son ac­qui­si­tion. Les nou­veaux ma­na­gers et ac­qué­reurs de la so­cié­té ont mis l’ac­cent sur les dif­fi­cul­tés fi­nan­cières et conjonc­tu­relles ren­con­trées par la MIP no­tam­ment après la Ré­vo­lu­tion. Ma­her Ben Sa­lem, PDG de la MIP a pré­ci­sé que le mar­ché de l’af­fi­chage a beau­coup chan­gé après la ré­vo­lu­tion faute du non res­pect de la ré­gle­men­ta­tion.

Chiffres à l’ap­pui, les in­di­ca­teurs fi­nan­ciers ar­rê­tés au 30 juin 2016 de la so­cié­té font état d’un ré­sul­tat net en baisse de 1.7 mil­lions de di­nars. « Les pro­duits d’ex­ploi­ta­tion sont pas­sés de 3.8 MD en juin 2015 à 2 MD en juin 2016, soit une di­mi­nu­tion de 45 % », a ajou­té le PDG.

Outre la conjonc­ture dif­fi­cile, Ma­her Ben Sa­lem a mis l’ac­cent sur l’opé­ra­tion de ces­sion, la­quelle a pris plus de temps que pré­vu. L’opé­ra­tion a été réa­li­sée en août 2016 alors que les ac­qué­reurs ont ache­vé la pro­cé­dure de­puis le mois de fé­vrier 2016. Par consé­quent, l’im­pact sur la MIP a été énorme. Les parts de mar­ché ont res­pec­ti­ve­ment bais­sé.

Le nou­veau PGD de la MIP a pré­ci­sé que la tâche prin­ci­pale de la nou­velle di­rec­tion ré­side à faire sor­tir la so­cié­té du cercle vi­cieux d’en­det­te­ment. Les dettes ban­caires ont at­teint 11 Mil­lions de di­nars outre les dettes d’ex­ploi­ta­tion. Les pertes se chiffrent en mil­lions de di­nars. Dans le même sillage, Mr. Ben Sa­lem a in­sis­té sur la prio­ri­té d’ar­rê­ter l’hé­mor­ra­gie dont souffre la so­cié­té MIP. Le PDG a dé­cla­ré que la so­cié­té MIP a fait l’ob­jet d’un contrôle fis­cal « ri­gou­reux et très ap­pro­fon­di » des pé­riodes al­lant du 1 jan­vier 2012 au 31 dé­cembre 2014. La so­cié­té cu­mule une taxe de 465.243 di­nars et en pé­na­li­té pour un mon­tant de 340.706 di­nars. Il a ajou­té aus­si que la re­de­vance mu­ni­ci­pale est pas­sée de 250 di­nars le m2 à 500 di­nars le m2. Une nou­velle stra­té­gie d’in­ves­tis­se­ment Mr. An­to­nio Vin­cen­ti a dé­cla­ré que con­cer­nant le sau­ve­tage de MIP, Yel­low Spi­rit et Law­hat es­timent qu’un pro­gramme de re­struc­tu­ra­tion s’im­pose tout en éla­bo­rant une nou­velle stra­té­gie d’in­ves­tis­se­ment. Il a ajou­té que pour re­con­qué­rir les mar­chés per­dus, la so­cié­té de­vra ga­ran­tir la qua­li­té, ré­duire les prix et re­ga­gner la confiance des an­non­ceurs et des pu­bli­ci­taires. Les deux res­pon­sables ont af­fir­mé que la re­struc­tu­ra­tion de la so­cié­té MIP né­ces­site en­core quelques an­nées et il ap­par­tient aux ac­tion­naires de faire un choix s’ils veulent res­ter ou pas. Mr An­to­nio a pré­ci­sé qu’il faut être cré­dible dire la vé­ri­té rien que la vé­ri­té et ce par res­pect en­vers les ac­tion­naires. Il y a en­core du che­min à par­cou­rir et les nou­veaux ma­na­gers de la MIP ont du pain sur la planche.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.