Cher­cher re­fuge

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

À l’échelle mon­diale, près de 50 mil­lions d’en­fants ont été dé­ra­ci­nés par la vio­lence, l’in­sé­cu­ri­té ou les chan­ge­ments cli­ma­tiques, af­firme L’UNI­CEF, le Fonds des Na­tions unies pour l’en­fance, dans un rap­port pré­sen­té mer­cre­di comme l’en­quête la plus com­plète réa­li­sée à ce jour à ce su­jet. Dans un cri d’alarme qui n’est pas pour au­tant le pre­mier, étouf­fé par le bruit des bombes, le rap­port sou­ligne que, dans les dix der­nières an­nées, le nombre d’en­fants pla­cés sous la pro­tec­tion du Haut Com­mis­sa­riat pour les ré­fu­giés (HCR) a plus que dou­blé. Et que la si­tua­tion ne fait que s’ag­gra­ver pour cause, sur­tout mais pas ex­clu­si­ve­ment, de guerres in­ter­mi­nables en Sy­rie et en Af­gha­nis­tan.

Mi­grants, dé­pla­cés in­té­rieurs, ré­fu­giés… Cin­quante mil­lions d’en­fants en dé­tresse dont l’en­fance et l’ave­nir sont tor­pillés. C’est aus­si un drame dont il est im­por­tant de rap­pe­ler que son am­pleur est pla­né­taire : si les yeux ont été bra­qués de­puis plus d’un an sur l’eu­rope, il se trouve que des crises mi­gra­toires de grande am­pleur, in­duites par les fac­teurs croi­sés que sont la pau­vre­té, la sé­che­resse et la vio­lence des gangs, sont éga­le­ment vé­cues au sein des po­pu­la­tions d’asie, d’afrique et d’amé­rique cen­trale. Et qu’en consé­quence, c’est un en­jeu qui nous concerne tous. La guerre qui dé­chire la Sy­rie fait à l’heure ac­tuelle que 16 mil­lions de per­sonnes, dont près de la moi­tié sont des en­fants, ont un be­soin criant d’aide hu­ma­ni­taire et de pro­tec­tion, in­di­quait L’UNI­CEF dans un rap­port pré­cé­dent, en pré­ve­nant que la crise en Eu­rope al­lait em­pi­rer si les be­soins hu­ma­ni­taires n’étaient pas « ra­di­ca­le­ment ren­for­cés » en amont. En Sy­rie même, plus de la moi­tié des hô­pi­taux pu­blics ne fonc­tionnent que par­tiel­le­ment ou sont to­ta­le­ment fer­més, se­lon l’or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té. Mer­cre­di en­core, des ONG eu­ro­péennes fai­saient état d’une dé­té­rio­ra­tion ac­cé­lé­rée de l’ac­cès à l’eau po­table, uti­li­sée comme arme de guerre. Pen­dant ce temps, le ré­gime sy­rien de Ba­char al-as­sad a lar­gué sur Alep des ba­rils qui conte­naient vrai­sem­bla­ble­ment du gaz au chlore. Pen­dant ce temps, la « com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale » reste pour ain­si dire les bras croi­sés. L’ho­ri­zon se trouve au­jourd’hui d’au­tant plus blo­qué que c’est à un vé­ri­table aveu d’im­puis­sance hu­ma­ni­taire que s’est li­vré lun­di le pré­sident Ba­rack Oba­ma, au terme du som­met du G20 qui se te­nait dans la ville chi­noise de Hangz­hou, en dé­cla­rant qu’un« manque de confiance » (« gaps of trust ») em­pê­chait tou­jours les États-unis et la Rus­sie de par­ve­nir à un ac­cord de ces­sez-le-feu en Sy­rie. Où, de­vant pa­reille dé­mis­sion in­ter­na­tio­nale, trou­ver re­fuge ?

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.