Les ré­seaux so­ciaux peuvent aus­si faire chan­ger les choses !

Ou­til re­dou­table aus­si in­té­res­sant que ma­lé­fique

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Rym BENAROUS

Qui a dit que les ré­seaux so­ciaux n’avaient rien de bon? Jus­qu’à hier en­core, ces nou­veaux ca­naux de com­mu­ni­ca­tion n’ont ces­sé de prou­vé leur re­dou­table et in­croyable pou­voir de faire chan­ger les choses et d’in­fluen­cer les dé­ci­sions.

Après l’épi­sode des fian­çailles de la jeune fille mi­neure, âgée seule­ment de 12 ans et qui a dé­frayé la chro­nique grâce à un poste pu­blié sur Fa­ce­book, lun­di ma­tin, un nou­veau séisme se­coue les ré­seaux so­ciaux et oblige les au­to­ri­tés à agir en consé­quence.

Qui a dit que les ré­seaux so­ciaux n’avaient rien de bon? Jus­qu’à hier en­core, ces nou­veaux ca­naux de com­mu­ni­ca­tion n’ont ces­sé de prou­vé leur re­dou­table et in­croyable pou­voir de faire chan­ger les choses et d’in­fluen­cer les dé­ci­sions. Après l’épi­sode des fian­çailles de la jeune fille mi­neure, âgée seule­ment de 12 ans et qui a dé­frayé la chro­nique grâce à un poste pu­blié sur Fa­ce­book, lun­di ma­tin, un nou­veau séisme se­coue les ré­seaux so­ciaux et oblige les au­to­ri­tés à agir en consé­quence. Tout com­mence lors­qu’une dame, de pas­sage par l’une des ar­tères de la vieille Aria­na, filme une scène dé­chi­rante et poste la vi­déo sur Fa­ce­book. Les Tu­ni­siens y dé­couvrent une porte fer­mée der­rière la­quelle la pe­tite voix d’un gar­çon­net im­plore les pas­sants de le lais­ser sor­tir. Le buzz est énorme à tel point que le dé­lé­gué à la pro­tec­tion de l’en­fance à l’aria­na se rend ma­nu-mi­li­ta­ri au do­mi­cile en ques­tion et pro­cède à l’éva­cua­tion de l’en­fant.

A la sur­prise gé­né­rale, les res­pon­sables dé­couvrent éga­le­ment un nour­ris­son de sexe fé­mi­nin, âgé de 8 mois dans l’une des pièces. Les deux en­fants ont de­puis été confiés aux ser­vices so­ciaux. Se­lon les pre­miers élé­ments de l’en­quête, leurs pa­rents les en­fer­maient quo­ti­dien­ne­ment seuls du ma­tin au soir en cours de se­maine pour al­ler au tra­vail.

Vi­vant dans des condi­tions dif­fi­ciles, ils man­quaient de res­sources fi­nan­cières pour les ins­crire dans une crèche et un jar­din d’en­fant. Hier, la di­rec­trice d’un éta­blis­se­ment d’ac­cueil de la pe­tite en­fance a dé­cla­ré être dis­po­sée à les ac­cueillir et à en prendre soin en jour­née pour per­mettre aux pa­rents de tra­vailler sans ex­po­ser leurs en­fants au dan­ger.

Nom d’un pla­teau !

Autre lieu, autre contexte. Il s’agit du pla­teau re­pas d’un étu­diant dans un res­tau­rant uni­ver­si­taire de Sfax. Cir­cu­lant sur les ré­seaux so­ciaux dès lun­di mi­di et pu­bliée no­tam­ment sur la page du très in­fluent fa­ce­boo­keur au pa­tro­nyme dé­ca­lé « Ali Chouer­reb », la pho­to de ce piètre re­pas, com­po­sé d’une sauce sans viande ni lé­gumes, d’un yaourt et d’un pe­tit pa­quet de gau­frettes a été vue par plus de 2 mil­lions d’in­ter­nautes en Tu­ni­sie et ailleurs, pro­vo­quant une mul­ti­tude de ré­ac­tions al­lant du dé­goût à la co­lère en pas­sant par la mo­que­rie. En ef­fet, nom­breux sont ceux qui ont iro­ni­sé sur la four­chette four­nie avec ce pla­teau re­pas et se sont de­man­dés quel usage pou­vaient en faire les étu­diants s’ils n’avaient rien à man­ger avec. Mi­racle, Ô mi­racle! Suite à la pu­bli­ca­tion de la pho­to lun­di et de l’in­croyable buzz qu’elle a sus­ci­té, hier, les mêmes étu­diants ont eu droit à un vé­ri­table fes­tin com­po­sé entre autres d’un plat de pâtes blanches, d’une belle dau­rade, d’un bon mor­ceau de pain et d’une eau ga­zeuse. Pour­vu que ça dure !

Les rois du monde

En­core une fois, les ré­seaux so­ciaux prouvent leur su­pré­ma­tie en tant que re­lais de l’in­for­ma­tion éclairs et in­fluents.

Sans bar­rières, sans ta­bous, sans filtres et ac­ces­sibles à tous, ils in­forment, dé­forment, re­forment, font et dé­font les car­rières et les ré­pu­ta­tions, hissent au som­met de la gloire cer­tains et brisent d’autres se­lon la ten­dance du jour et du mo­ment.

Les marques in­ter­na­tio­nales leur ac­cordent un bud­get pu­bli­ci­taire monstre, les ré­dac­tions y piochent des bribes d’in­for­ma­tion ou en­core dé­nichent des pistes d’in­ves­ti­ga­tion, les so­cio­logues et les psy­cho­logues y dé­couvrent les nou­veaux modes de vivre et de pen­ser des ter­riens du 21ème siècle et même les po­li­ti­ciens y livrent d’im­pi­toyables ba­tailles à leurs ad­ver­saires. Les ré­seaux so­ciaux, le nou­vel opium des peuples, un ou­til aus­si in­té­res­sant que ma­lé­fique qui panse cer­tains plaies et en crée de nou­velles chaque jour.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.