Douze films ré­cents au Ciné-vog

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Ha­tem BOURIAL

Pour leur se­conde édi­tion, les Jour­nées du ci­né­ma ita­lien pro­posent de dé­cou­vrir une nou­velle vague de ci­néastes en douze films ré­par­tis entre fic­tions et do­cu­men­taires. Quatre jours de pro­jec­tions pour re­trou­ver hu­mour, en­ga­ge­ment, drames hu­mains et échos des grands ci­néastes de la pé­nin­sule. Les Jour­nées du ci­né­ma ita­lien au­ront lieu au Ci­né­vog du 6 au 9 oc­tobre, avec un pro­gramme des plus al­lé­chants.

Pour leur se­conde édi­tion, les Jour­nées du ci­né­ma ita­lien pro­posent de dé­cou­vrir une nou­velle vague de ci­néastes en douze films ré­par­tis entre fic­tions et do­cu­men­taires. Quatre jours de pro­jec­tions pour re­trou­ver hu­mour, en­ga­ge­ment, drames hu­mains et échos des grands ci­néastes de la pé­nin­sule.

Les Jour­nées du ci­né­ma ita­lien au­ront lieu au Ciné-vog du 6 au 9 oc­tobre, avec un pro­gramme des plus al­lé­chants. Or­ga­ni­sé par Med­film et l'ins­ti­tut cultu­rel ita­lien, ce ren­dez­vous se tient pour la se­conde fois en Tu­ni­sie et pro­pose de dé­cou­vrir des oeuvres ré­centes de la ci­né­ma­to­gra­phie italienne.

Le Ciné-vog re­noue avec son his­toire italienne

En ef­fet, tous les films au pro­gramme - au nombre de douze - ont été pro­duits en 2015 et 2016 et se­ront pré­sen­tés en ver­sion ori­gi­nale sous­ti­trée en fran­çais. A tout sei­gneur, tout hon­neur, la salle du Ciné-vog, ré­cem­ment ré­no­vée par le ci­néaste Mon­cef Dhouib, re­trou­ve­ra des cou­leurs ita­liennes et se sou­vien­dra des Lom­bar­do, fon­da­teurs en 1948 de ce ci­né­ma qui a fait les beaux jours du Kram et ef­fec­tue un re­tour re­mar­qué à la vie cultu­relle. Ain­si après avoir ac­cueilli la pre­mière de "Zi­zou" de Fé­rid Bou­ghe­dir, c'est au tour du cycle des Jour­nées du ci­né­ma ita­lien de trou­ver le che­min du Ciné-vog. Les douze oeuvres qui se­ront au me­nu de ces jour­nées re­cèlent une grande di­ver­si­té. Le pu­blic pour­ra voir en soi­rée à par­tir de 19h quatre films de fiction. Quant aux ma­ti­nées, elles dé­bu­te­ront à 15h30 et se­ront consa­crées à des longs mé­trages do­cu­men­taires, pré­cé­dés par la pro­jec­tion de courts mé­trages de quelques mi­nutes.

L'im­mi­gra­tion, un thème de­ve­nu cen­tral

Ce qui re­tient l'at­ten­tion dans le pro­gramme de ces jour­nées, c'est l'in­ten­si­té hu­maine des films sé­lec­tion­nés. Drames mi­gra­toires, drames de la vie et mé­ta­phores sur le pou­voir struc­turent ces oeuvres que le pu­blic pour­ra dé­cou­vrir la se­maine pro­chaine.

Le trai­te­ment des ques­tions liées à l'im­mi­gra­tion par le ci­né­ma ita­lien contem­po­rain de­vrait re­te­nir l'at­ten­tion des ci­né­philes. En ef­fet, quatre oeuvres sont ins­tal­lées dans cette vaste pro­blé­ma­tique. "Me­di­ter­ra­nea" de Jo­nas Car­pi­gna­no re­vient sur la ré­volte des im­mi­grés à Ro­sar­no et sa ré­pres­sion. Ce film qui est la pre­mière oeuvre de Car­pi­gna­no - un ci­néaste is­su de la nou­velle di­ver­si­té italienne - suit l'odys­sée de deux frères qui quittent le Bur­ki­na Fa­so et échouent au camp de Ro­sar­no. Cette oeuvre poi­gnante et cruel­le­ment vraie avait été très ap­plau­die à l'ou­ver­ture du Med Film Fes­ti­val l'an­née der­nière.

Trois do­cu­men­taires traitent aus­si de ques­tions liées à la mi­gra­tion, un thème dé­sor­mais ré­cur­rent dans l'en­semble du ci­né­ma eu­ro­péen. "Dus­tur" de Mar­co San­to­rel­li suit un groupe de dé­te­nus mu­sul­mans dans la pri­son de Bo­logne alors qu'ils sont en cours d'ini­tia­tion à la consti­tu­tion italienne. Pour sa part, "Del­ta Park" de Ma­rio Bren­la re­vient sur le quo­ti­dien d'un hô­tel dans le del­ta du Pô qui évite la faillite en se trans­for­mant en centre d'hé­ber­ge­ment pour mi­grants. En­fin "Sponde" de Irene Dio­ni­sio met en va­leur l'ami­tié qui lie un sculp­teur tu­ni­sien et un fos­soyeur ita­lien. Ce duo im­pro­bable réuni par les drames de l'émi­gra­tion dé­cli­ne­ra actes et idées sur la mar­gi­na­li­té et la di­gni­té.

Un ci­né­ma créa­tif, vi­brant et en­ga­gé

Seul le qua­trième et der­nier do­cu­men­taire au pro­gramme rend compte d'autres réa­li­tés. Il s'agit de "Ma­tri­mo­nio" de Pao­la Sa­ler­no qui pose sa ca­mé­ra dans une fa­mille ca­la­braise en pleins pré­pa­ra­tifs de ma­riage. Ce se­ront alors les der­niers jours de cé­li­bat de Chec­co et ses noces qui se­ront res­ti­tués par la ca­mé­ra de sa propre soeur. Quant aux trois autres oeuvres de fiction au pro­gramme, elles sont

au­tant re­pré­sen­ta­tives du nou­veau ci­né­ma ita­lien que des liens des au­teurs de la nou­velle gé­né­ra­tion avec les grands réa­li­sa­teurs d'hier. Ain­si, "Non es­sere cat­ti­vo" de Clau­dio Ca­li­ga­ri ré­pond à un dis­po­si­tif très pa­so­li­nien en met­tant en scène Vit­to­rio et Ce­sare, deux mar­gi­naux en pleine ré­demp­tion grâce aux fi­gures fé­mi­nines et sal­va­trices de Lin­da et Vi­via­na. Ce film a été sé­lec­tion­né pour les os­cars 2016 au nom de l'ita­lie et se ca­rac­té­rise par un re­gard d'une grande lu­ci­di­té sur les mar­gi­naux et les lais­sés pour compte de la so­cié­té mo­derne. "Le confes­sio­ni" de Ro­ber­to An­do évoque à sa ma­nière le ci­né­ma vi­brant et en­ga­gé de Elio Pe­tri en pro­po­sant une sin­gu­lière mé­ta­phore au­tour du pou­voir. Dans ce film, des mi­nistres de l'eco­no­mie sont réunis avec le di­rec­teur du FMI pour prendre des dé­ci­sions vi­tales. La réunion se­ra tou­te­fois sus­pen­due à cause d'un évé­ne­ment tra­gique. Dans ce huis-clos, An­do met face à face les dé­ci­deurs avec un moine, une rock star et un écri­vain pour en­fants...

Bien­tôt, la se­maine de la langue italienne

En­fin "Per amor vos­tro" de Giu­seppe Gau­di­no se dé­roule dans une ville de Naples su­bli­mée par les images de ce réa­li­sa­teur qui en est à sa deuxième oeuvre de fiction. Le film suit le par­cours d'une femme de cin­quante ans, An­na, en proie à des dif­fi­cul­tés de tous ordres. Alors qu'elle broie du noir et sur­vit avec ses trois en­fants, elle dé­croche un poste de souf­fleuse dans une pro­duc­tion et se­ra sé­duite par un co­mé­dien. Là en­core, la sub­ti­li­té du réa­li­sa­teur et les tex­tures hu­maines de cette oeuvre re­nouent avec cer­tains clas­siques de la co­mé­die italienne et des grands té­nors que furent Di­no Ri­si ou Lui­gi Co­men­ci­ni.

Créa­tif, ac­tuel et en­ga­gé, le ci­né­ma ita­lien fait sa ren­trée en Tu­ni­sie et de­vrait mo­bi­li­ser un pu­blic de ci­né­philes et d'ita­lia­no­phones. Une belle en­trée en ma­tière pour l'ins­ti­tu­to ita­lia­no di Cul­tu­ra qui met ac­tuel­le­ment la der­nière main aux pré­pa­ra­tifs de la se­maine de la langue italienne...

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.