Hus­sein Je­nayeh ci­té pour la suc­ces­sion de Rid­ha Char­fed­dine

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Sa­dok SLIMANE

L’an­nonce de la dé­mis­sion de ses fonc­tions par Rid­ha Char­fed­dine a consti­tué un séisme au sein des struc­tures du club. La pre­mière ré­ac­tion est ve­nue du di­rec­teur exé­cu­tif Hus­sein Je­nayeh qui laisse en­tendre qu’il est so­li­daire du pré­sident Char­fed­dine puis­qu’il en­vi­sage sa dé­mis­sion juste après la ren­contre ESS-USBG. Ce n’est pas que re­mise avec le re­port de cette ren­contre de mise à jour de la 2ième jour­née de la Ligue 1. Mais une ques­tion po­sée avec per­sis­tance à Sousse, le fait d’être so­li­daire de Rid­ha Char­fed­dine em­pêche-t-il Hus­sein Je­nayeh d’être can­di­dat à sa suc­ces­sion ? L’ave­nir nous le di­ra.

Ben­zar­ti et l’après-char­fed­dine En­fin troi­sième consé­quence de ce « pe­tit séisme » dé­clen­ché par la dé­mis­sion de Rid­ha Char­fed­dine, c’est que le coach en per­sonne Faou­zi Ben­zar­ti a lais­sé en­tendre que le dé­part de Rid­ha Char­fed­dine risque éga­le­ment de l’ame­ner à consi­dé­rer sa po­si­tion au sein du staff tech­nique de l’etoile. Bref, un séisme de fortes am­pli­tudes qui semble tou­cher les struc­tures mêmes du club sa­hé­lien. Réelle so­li­da­ri­té ou sim­ple­ment le dé­part du bien­fai­teur du club qui fait craindre l’ave­nir à cer­tains ? Une chose est sûre : Le pu­blic de l’etoile est bien re­mon­té contre cer­taines di­ri­geants : Hus­sein Je­nayeh (di­rec­teur exé­cu­tif), Zied Ja­zi­ri (Di­rec­teur spor­tif) et Faou­zi Ben­zar­ti ( l’en­trai­neur de l’équipe).

En at­ten­dant d’en sa­voir plus, il y a lieu de sou­li­gner les mou­ve­ments en­tre­pris par cer­tains proches du pré­sident dé­mis­sion­naire afin de le dis­sua­der à re­ve­nir sur sa dé­ci­sion dans une pé­riode dif­fi­cile, où le club connait quelques sou­cis fi­nan­ciers. « Ma dé­ci­sion est mû­re­ment ré­flé­chie » ne cesse de ré­pé­ter pour le mo­ment Rid­ha Char­fed­dine. Peut-on dés lors en­vi­sa­ger dés main­te­nant l’après Char­fed­dine ? C’est à l’ac­tuel co­mi­té di­rec­teur de po­ser les bonnes ques­tions et d’ap­por­ter, il va sans dire, éga­le­ment les bonnes ré­ponses. Lors de la der­nière réunion du bu­reau di­rec­teur convo­quée par le pré­sident dé­mis­sion­naire de L’ESS, Rid­ha Char­fed­dine, il a été dé­ci­dé de te­nir une as­sem­blée gé­né­rale or­di­naire sui­vie du coup par une autre as­sem­blée ex­tra­or­di­naire en vue de pro­cé­der au rem­pla­ce­ment du pré­sident par­tant.

Ban­gou­ra et Acos­ta chez les « Elites ». La se­conde ré­ac­tion est ve­nue du cô­té de la di­rec­tion spor­tive de L’ESS où Zied Ja­zi­ri en ac­cord avec le staff tech­nique, et après éva­lua­tion, a es­ti­mé que le gui­néen Al Kha­ly Ban­gou­ra et le Bré­si­lien Dio­go Acos­ta dont le ren­de­ment n’est pas à la hau­teur de ce qui est at­ten­du, sont priés comme sanc­tions d’al­ler jouer avec les « Elites ». En vé­ri­té ces deux joueurs, n’ont ces­sé de ré­cla­mer leurs dus (primes et ar­rié­rés de sa­laires), ce qui est lé­gi­time, ce qui l’est moins en re­vanche, c’est qu’on a avan­cé cet ar­gu­ment pour jus­ti­fier la sanc­tion dé­ci­dée à leur en­contre et ne pas in­clure d’autres joueurs du groupe, après tout en baisse ma­ni­feste de ren­de­ment. La po­li­tique de deux poids deux me­sures pra­ti­quée par la di­rec­tion spor­tive de L’ESS dé­note au de­meu­rant du manque de dis­cer­ne­ment à bien gé­rer les phases d’in­ter-cycles que vivent en gé­né­ral les clubs. C’est une ques­tion de clair­voyance.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.