L’of­fen­sive à Alep de plus en plus in­ten­sive

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

L’ar­mée russe a en­voyé plu­sieurs bom­bar­diers sup­plé­men­taires en Sy­rie, ont rap­por­té les Iz­ves­tia, mal­gré le tol­lé sou­le­vé par l’of­fen­sive mi­li­taire en cours à Alep, qui a fait 338 morts en une se­maine, se­lon L’OMS. Les forces sy­riennes ap­puyées par l’avia­tion russe ont lan­cé une vaste of­fen­sive dans les quar­tiers est d’alep aux mains des in­sur­gés après l’ex­pi­ra­tion, le 19 sep­tembre, du bref ces­sez-le-feu né­go­cié par Mos­cou et Wa­shing­ton. Le pré­sident Ba­rack Oba­ma et la chan­ce­lière al­le­mande An­ge­la Mer­kel ont condam­né «les frappes aé­riennes bar­bares de la Rus­sie et du ré­gime sy­rien dans l’est d’alep», lors d’un en­tre­tien té­lé­pho­nique jeu­di. Pour les puis­sances oc­ci­den­tales, qui parlent de crimes de guerre, les forces russes ont de­puis la fin de la trêve dé­li­bé­ré­ment bom­bar­dé cibles ci­viles, hô­pi­taux et convois hu­ma­ni­taires pour bri­ser la ré­sis­tance des 250.000 ha­bi­tants de la zone as­sié­gée, le der­nier grand centre ur­bain te­nu par les in­sur­gés.

Dès ses pre­miers raids en Sy­rie, il y a un an jour pour jour, l’ar­mée russe «a frap­pé des zones ci­viles et elle uti­lise de plus en plus d’armes aveugles, y com­pris des bombes à sous mu­ni­tions et des bombes in­cen­diaires», s’est in­di­gné Ga­reth Bay­ley, re­pré­sen­tant spé­cial de la Grande-bre­tagne pour la Sy­rie.

«La réa­li­té au­jourd’hui en Sy­rie est un cau­che­mar. Alep est à nou­veau as­sié­gée, des cen­taines de mil­liers de per­sonnes sont à court de pro­duits vi­taux comme l’eau, le car­bu­rant et les mé­di­ca­ments. Des in­fra­struc­tures ci­viles telles que des écoles et des hô­pi­taux sont pris pour cible...» Les ha­bi­tants parlent de bom­bar­de­ments d’une in­ten­si­té sans pré­cé­dent et d’armes à fort pou­voir de pé­né­tra­tion qui dé­truisent en­tiè­re­ment les construc­tions. De vio­lents com­bats ont écla­té dans le centre et au nord de la ville, où l’ar­mée a re­pris le camp de ré­fu­giés pa­les­ti­niens d’han­da­rat pour la deuxième fois de­puis le dé­but de l’of­fen­sive. Les forces gou­ver­ne­men­tales disent avoir pris po­si­tion au­tour de l’hô­pi­tal de Kin­di, voi­sin du camp, ce que les re­belles contestent. L’état-ma­jor fait état en outre de suc­cès dans le quar­tier de Sou­lei­man al Ha­la­bi, au centre-ville, mais les in­sur­gés disent avoir re­pous­sé l’as­saut.

Dans l’est, une sta­tion de dis­tri­bu­tion d’eau a été dé­truite, rap­porte L’OSDH, qui en im­pute la res­pon­sa­bi­li­té à l’ar­mée. De source mi­li­taire sy­rienne, on as­sure qu’elle a été plas­ti­quée par les re­belles, qui s’ap­prêtent à battre en re­traite. A Mos­cou comme à Da­mas, on jure ne rien vi­ser d’autre que les po­si­tions de «mou­ve­ments ter­ro­ristes». Les com­bat­tants is­la­mistes se se­raient ren­dus maîtres de la ca­pi­tale, Da­mas, si la Rus­sie n’était pas in­ter­ve­nue au cô­té du gou­ver­ne­ment sy­rien, a du reste af­fir­mé Dmi­tri Pes­kov, porte-pa­role du Krem­lin.

Se­lon les Iz­ves­tia, qui citent une source mi­li­taire russe, un es­ca­drille com­po­sée de bom­bar­diers Su-24 et Su-34 est ar­ri­vée sur la base sy­rienne de Hmey­mime. «S’il le faut, l’ar­mée de l’air se­ra en­core ren­for­cée en l’es­pace de deux, trois jours. Des avions d’at­taque au sol Su-25 ont été sé­lec­tion­nés pour être en­voyés à Hmey­mime et les équi­pages at­tendent les ordres de leurs com­man­dants», a-t-on ajou­té, pour­suit le quo­ti­dien. Le Su-25, un bi­réac­teur blin­dé qui peut être uti­li­sé comme bom­bar­dier, s’est illus­tré dans les an­nées 80 en Af­gha­nis­tan. Le mi­nistre russe des Af­faires étran­gères, Ser­gueï La­vrov, a es­ti­mé que les termes de l’ac­cord de «ces­sa­tion des hos­ti­li­tés» conclu le 9 sep­tembre avec les Etats-unis te­naient tou­jours. Lors d’un en­tre­tien té­lé­pho­nique avec le se­cré­taire d’etat amé­ri­cain, John Ker­ry, il a as­su­ré que Mos­cou était dis­po­sée à conti­nuer à tra­vailler avec les Etats-unis en vue d’une so­lu­tion au conflit sy­rien. «La Rus­sie ré­af­firme sa vo­lon­té de conti­nuer à cher­cher des so­lu­tions sup­plé­men­taires, en­semble avec ses par­te­naires amé­ri­cains, sur la nor­ma­li­sa­tion de la si­tua­tion à Alep», dit un com­mu­ni­qué du mi­nis­tère russe des Af­faires étran­gères. Le texte pré­cise que Ser­gueï La­vrov a ac­cu­sé des groupes re­belles de l’est d’alep «di­ri­gés par (l’ex-) Front al Nos­ra» d’avoir vio­lé à de mul­tiples re­prises l’ac­cord de ces­sez-le-feu qui avait été conclu par Wa­shing­ton et Mos­cou. L’in­ca­pa­ci­té des Etats-unis à opé­rer, dit-il, la dis­tinc­tion entre «ter­ro­ristes» et «op­po­si­tion mo­dé­rée» a per­mis aux dji­ha­distes d’al Nos­ra «de se ca­cher der­rière des groupes de l’op­po­si­tion ar­mée avec les­quels Wa­shing­ton co­opère, bien que nombre d’entre eux n’aient pas ac­cep­té l’ac­cord de ces­sez-le-feu rus­soa­mé­ri­cain». De son cô­té, le dé­par­te­ment d’etat a re­con­nu qu’au­cun pro­grès n’avait été en­re­gis­tré lors de l’en­tre­tien té­lé­pho­nique entre John Ker­ry et Ser­gueï La­vrov et que les Etats-unis étaient «au bord» d’une rup­ture des contacts bi­la­té­raux avec la Rus­sie sur le conflit sy­rien. Fi­lant une mé­ta­phore mé­di­cale, le porte-pa­role Mark To­ner a es­ti­mé que le pro­ces­sus di­plo­ma­tique amé­ri­ca­no-russe était «main­te­nu en vie ar­ti­fi­ciel­le­ment bien qu’il ne soit pas en­core mort». Af­fir­mant que «les dis­cus­sions se pour­suivent», Mark To­ner a ex­pli­qué qu’il de­meu­rait en­core as­sez de su­jets de com­pro­mis entre Wa­shing­ton et Mos­cou pour ne pas re­non­cer au pro­ces­sus di­plo­ma­tique pour l’ins­tant. Ces su­jets de com­pro­mis ap­pa­raissent ce­pen­dant de plus en plus ré­duits. Le vice-mi­nistre russe des Af­faires étran­gères, Mi­khaïl Bo­gna­dov, a dé­cla­ré ven­dre­di que les «al­lé­ga­tions amé­ri­caines» se­lon les­quelles Mos­cou bom­bar­de­rait des po­si­tions de l’op­po­si­tion mo­dé­rée sont «sans fon­de­ment», se­lon des pro­pos rap­por­tés par l’agence de presse Ria.

Le di­plo­mate russe a par ailleurs es­ti­mé qu’une hy­po­thé­tique li­vrai­son par les Etats-unis de mis­siles sol-air por­ta­tifs à la ré­bel­lion sy­rienne se­rait «ab­so­lu­ment contre­pro­duc­tive».

Quar­tier de Ka­la­seh, te­nu par les re­belles, à Alep

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.