L’en­jeu cru­cial du dé­mi­nage

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Les pré­pa­ra­tifs de la ba­taille de Mos­soul touchent à leur fin, et les forces ira­kiennes et kurdes comme la coa­li­tion in­ter­na­tio­nale étu­dient dès main­te­nant la place qui se­ra ré­ser­vée à cette grande ville du nord, dans l’irak de l’aprè­se­tat Is­la­mique (EI). La ba­taille qui s’an­nonce se­ra ex­trê­me­ment vio­lente. En ef­fet il y a fort à pa­rier que L’EI, qui a su­bi plu­sieurs re­vers mi­li­taires de­puis le prin­temps et est pra­ti­que­ment as­sié­gé dans sa ca­pi­tale ira­kienne, ré­sis­te­ra de toutes ses forces, en uti­li­sant de sur­croît les ci­vils comme bou­cliers hu­mains.

Mais les opé­ra­tions mi­li­taires ne doivent pas faire ou­blier deux en­jeux de taille. D’abord, la ba­taille de Mos­soul va gé­né­rer de nou­velles vagues de po­pu­la­tions dé­pla­cées, très pro­ba­ble­ment vers le Kur­dis­tan ira­kien. D’autre part, quand Mos­soul et les vil­lages avoi­si­nants se­ront re­pris à l’etat is­la­mique, c’est la vague de toutes les po­pu­la­tions dé­jà ré­fu­giées au Kur­dis­tan ira­kien de­puis plus de deux ans qui sou­hai­te­ra, sans doute à courte échéance, ren­trer chez elle. C’est ce der­nier en­jeu qui m’in­quiète.

L’etat Is­la­mique pra­tique en re­cu­lant une po­li­tique de la terre brû­lée qua­si-sys­té­ma­tique dans les vil­lages ha­bi­tés par des mi­no­ri­tés de la zone. Il a soi­gneu­se­ment pié­gé routes, mai­sons et champs, afin de dis­sua­der les po­pu­la­tions ci­viles de ren­trer chez elles. Dans cer­tains vil­lages, de ma­nière aléa­toire, une poi­gnée de porte, un ro­bi­net d’eau, un meuble ou une marche d’es­ca­lier peut tuer. De­puis la fin du mois de mai et la re­prise d’un cer­tain nombre de vil­lages ka­kaïs à l’est de Mos­soul par l’ar­mée kurde, pas moins de 12 Ka­kaïs ont ain­si trou­vé la mort en se ren­dant sur place pour consta­ter les dé­gâts cau­sés par l’en­ne­mi à leurs mai­sons ou à leurs champs. Or, la li­bé­ra­tion com­plète de la plaine de Ni­nive, qui s’achè­ve­ra par la re­prise de Mos­soul, va créer un im­por­tant ap­pel d’air, quand des po­pu­la­tions ex­té­nuées d’avoir pas­sé deux ans dans des camps de for­tune loin de chez elles sou­hai­te­ront re­voir leurs mai­sons et re­prendre une vie nor­male. Il est à craindre que ces mou­ve­ments de po­pu­la­tion se fe­ront en ordre dis­per­sé ou peu co­or­don­né. Par­mi les vic­times de l’etat is­la­mique, 120.000 chré­tiens, des di­zaines de mil­liers de Ka­kaïs, Yé­zi­dis et autres mi­no­ri­tés re­li­gieuses sont me­na­cés par la pré­sence D’IED (en­gins ex­plo­sifs im­pro­vi­sés) pla­cés aléa­toi­re­ment par les com­bat­tants de l’etat is­la­mique. Pre­nons la me­sure du dé­fi qui s’an­nonce et mo­bi­li­sons­nous dès à pré­sent pour évi­ter un drame si­mi­laire. L’as­so­cia­tion Fra­ter­ni­té en Irak a dé­ci­dé d’agir dans ce contexte, consciente de la res­pon­sa­bi­li­té qui nous in­combe, à nous qui avons eu la chance de gran­dir dans une Eu­rope où l’on ne risque pas de mou­rir en mar­chant sur une mine. Notre ac­tion porte au­jourd’hui sur le dé­mi­nage de plu­sieurs vil­lages au nord-est de Mos­soul et sur la for­ma­tion d’équipes de dé­mi­neurs is­sus des mi­no­ri­tés lo­cales, en lien avec des or­ga­nismes spé­cia­li­sés et le mi­nis­tère fran­çais des Af­faires étran­gères et du dé­ve­lop­pe­ment in­ter­na­tio­nal. La tâche est consi­dé­rable et les be­soins fi­nan­ciers im­menses, mais nous ren­drons l’es­poir à ces mi­no­ri­tés, qui ont pu être vic­times de la fo­lie dji­ha­diste, de vivre à nou­veau chez elles.

Ne lais­sons pas l’irak se vi­der de ses mi­no­ri­tés. La ré­gion est une mo­saïque de peuples vi­vant dans un équilibre qu’il s’agit de pré­ser­ver. Pour ce­la, il faut pré­pa­rer toutes les condi­tions per­met­tant leur re­tour. Sans dé­mi­nage, pas de re­cons­truc­tion pos­sible. Sans re­cons­truc­tion, pas de re­tour des mi­no­ri­tés. Dé­mi­nons au­jourd’hui la plaine de Ni­nive.

Fra­ter­ni­té en Irak est une as­so­cia­tion loi 1901 qui a pour but d’ai­der les mi­no­ri­tés re­li­gieuses d’irak à vivre di­gne­ment dans leur pays. Pour ce­la, elle met en oeuvre des pro­jets de dé­ve­lop­pe­ment dans le do­maine de la san­té et de l’édu­ca­tion. Elle mène aus­si des ac­tions d’ur­gence pour ai­der les vic­times de conflits. L’ac­tion de Fra­ter­ni­té en Irak a été ci­tée dans le rap­port par­le­men­taire re­mis au Pre­mier Mi­nistre sur “La Si­tua­tion des Com­mu­nau­tés Chré­tiennes d’orient” le 29 fé­vrier 2012 par le sé­na­teur Adrien Gou­tey­ron.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.