Conci­lier entre l’in­té­rêt du com­mer­çant et ce­lui du consom­ma­teur

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Ah­med NEMLAGHI

Les prix sur le mar­ché ré­pondent en gé­né­ral à la loi de l’offre et de la de­mande. Tou­te­fois, il y a cer­tains pro­duits dont les prix sont ho­mo­lo­gués sui­vant une étude préa­lable par le mi­nis­tère du com­merce. Pour d’autres pro­duits les prix sont libres et il y a une sorte d’ac­cord ta­cite ente les com­mer­çants pour le prix qui se­ra pra­ti­qué sur le mar­ché.

Le ci­toyen est de toutes les fa­çons ti­raillé, voire pau­mé car il ne sait plus à quel saint se vouer. Il n’a pas en tous les cas les moyens de vé­ri­fier si le com­mer­çant a gon­flé le prix de tel ou tel pro­duit, et il se fait avoir en gé­né­ral, sur­tout lors­qu’il se trouve dans l’obli­ga­tion de s’adres­ser à un com­mer­çant qui vend au prix fort, car il ne trouve pas ailleurs ce dont il a be­soin. Pre­nez n’im­porte quel pro­duit sur le mar­ché, vous vous ren­drez compte que la spé­cu­la­tion est mon­naie cou­rante, même concer­nant les pro­duits de base tels que le lait par exemple. Il en va de même pour les pro­duits sous mo­no­poles, tels que les ci­ga­rettes. Le consom­ma­teur est ac­cu­lé à ache­ter au prix fort, car cer­tains dé­bits de ta­bac écoulent leurs mar­chan­dises aux re­ven­deurs. Ce­la ne peut avoir qu’une in­ci­dence né­ga­tive sur le pou­voir d’achat. Entre la li­ber­té du com­merce, qui est au nombre des li­ber­tés pu­bliques re­con­nues par la loi, et l’in­té­rêt du consom­ma­teur, il y a ce di­lemme qui a tou­jours eu une in­ci­dence sur les prix et la concur­rence. La loi sur la concur­rence et les prix adop­tée en 2015 par L’ARP, a pour ob­jet de conci­lier entre ces deux fac­teurs, en es­sayant d’amé­lio­rer la concur­rence.

Pour ce­la il est né­ces­saire de do­ter l’ad­mi­nis­tra­tion de meilleurs moyens de contrôle afin de pro­té­ger le ci­toyen contre la spé­cu­la­tion. La loi ac­corde ain­si un pou­voir plus ac­cru au Con­seil de la concur­rence qui peut dé­sor­mais in­ter­ve­nir, de lui-même, et sans qu’il y ait de plainte préa­lable par le consom­ma­teur, pour sé­vir contre toute forme de concur­rence dé­loyale. Celle-ci doit être éta­blie même, dans le cas de pra­tique de très bas prix, quand bien même ce­la puisse ar­ran­ger le consom­ma­teur.

Quelles sanc­tions, contre la concur­rence dé­loyale et la hausse des prix ?

Les agents de l’ad­mi­nis­tra­tion se dé­ploient pour exer­cer un contrôle sur les prix pra­ti­qués par les com­mer­çants, dont ceux qui com­mettent des abus ou des in­frac­tions sont ver­ba­li­sés et sanc­tion­nés, par de lourdes amendes. Ils peuvent même se re­trou­ver de­vant le tri­bu­nal pour des in­frac­tions telles que le re­fus de vente ou la spé­cu­la­tion en ven­dant à des prix exor­bi­tants.

La fixa­tion de marges bé­né­fi­ciaires pour la vente de cer­tain pro­duits ali­men­taires, au ni­veau de dif­fé­rents cir­cuits de dis­tri­bu­tion, en concer­ta­tion avec la pro­fes­sion, est dé­sor­mais dé­ci­dée par le mi­nis­tère du com­merce prise, après concer­ta­tion avec toutes les par­ties pre­nantes dans le sys­tème de pro­duc­tion et de dis­tri­bu­tion et les re­pré­sen­tants de la so­cié­té ci­vile.

D’autres me­sures sont prises, pour le sui­vi des prix, afin de lut­ter contre l’en­ché­ris­se­ment de cer­tains pro­duits de consom­ma­tion.

Mais c’est une ac­tion col­lec­tive qui doit être me­née aus­si bien par l’ad­mi­nis­tra­tion que par les ci­toyens, dans l’in­té­rêt gé­né­ral.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.