Bas­ta… Le pays n’en peut plus !

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Par Kha­led GUEZMIR

A lire les com­mu­ni­qués de presse de cer­taines ins­tances tu­ni­siennes, on croît rê­ver ! « L'UGTT et L'UTICA ap­pellent les par­te­naires eu­ro­péens à sou­te­nir la Tu­ni­sie » … ! Quoi de plus nor­mal, mais il faut voir la suite des comptes-ren­dus du « Work­shop » de la con­fé­rence mi­nis­té­rielle de la ré­gion « Me­na » pour la crois­sance in­clu­sive et l'in­té­gra­tion éco­no­mique, pour bien se frot­ter les yeux et les oreilles et se dire comme les Ita­liens « Mam­ma-mia … Ces Tu­ni­siens dis­jonctent de toutes parts » !

A lire les com­mu­ni­qués de presse de cer­taines ins­tances tu­ni­siennes, on croît rê­ver ! « L’UGTT et L’UTICA ap­pellent les par­te­naires eu­ro­péens à sou­te­nir la Tu­ni­sie » … ! Quoi de plus nor­mal, mais il faut voir la suite des comptes-ren­dus du « Work­shop » de la con­fé­rence mi­nis­té­rielle de la ré­gion « Me­na » pour la crois­sance in­clu­sive et l’in­té­gra­tion éco­no­mique, pour bien se frot­ter les yeux et les oreilles et se dire comme les Ita­liens « Mam­ma-mia … Ces Tu­ni­siens dis­jonctent de toutes parts » ! C’est ain­si que M. Has­sine Abas­si, le puis­sant se­cré­taire gé­né­ral de la cen­trale syn­di­cale his­to­rique, te­nez-vous bien, « ap­pelle les par­te­naires eu­ro­péens à ap­puyer la Tu­ni­sie dans sa tran­si­tion dé­mo­cra­tique et lui ac­cor­der plus d’op­por­tu­ni­tés en fa­ci­li­tant l’ex­por­ta­tion du pro­duit tu­ni­sien et en ré­dui­sant les me­sures frei­nant l’éco­no­mie du pays », et M. Abas­si d’ajou­ter : « La sé­cu­ri­té du monde reste tri­bu­taire de la paix so­ciale, rap­pe­lant que la Tu­ni­sie fait face tou­jours à un dé­fi sé­cu­ri­taire ma­jeur dans sa lutte contre le ter­ro­risme » !

Par consé­quent, il faut se fé­li­ci­ter que le pa­tron des tra­vailleurs soit si re­gar­dant et conscient de la me­nace ter­ro­riste qui pèse en­core sur la Tu­ni­sie, d’une part et de sa vo­lon­té de voir le pro­duit tu­ni­sien com­mer­cia­li­sé plus fa­ci­le­ment en Eu­rope. Ve­nons-en, main­te­nant, aux pa­trons des pa­trons. Là aus­si, il faut aug­men­ter le vo­lume-ra­dio, pour bien en­tendre les ap­pels de M. Hi­chem El­lou­mi, vice-pré­sident de L’UTICA, toute aus­si puis­sante sur le pa­pier que L’UGTT, et qui de­mande à nos par­te­naires eu­ro­péens à « ai­der la Tu­ni­sie, en contri­buant à construire une image po­si­tive du pays afin d’en­cou­ra­ger l’in­ves­tis­se­ment étran­ger » (fin de citation) !

Alors, ré­su­mons-le tout, et si j’ai bien com­pris, c’est à l’eu­rope d’as­su­rer la paix so­ciale en Tu­ni­sie, pour pou­voir lut­ter et éra­di­quer la me­nace ter­ro­riste d’un cô­té, et de faire la pro­mo­tion d’une nou­velle image po­si­tive de la Tu­ni­sie, pour en­cou­ra­ger les in­ves­tis­se­ments étran­gers à fran­chir la Mé­di­ter­ra­née pour at­ter­rir à Car­thage, de l’autre ! Mais, tant qu’on y est, pour­quoi ne pas de­man­der aux syn­di­cats fran­çais (Oh… ceux-là, comme ils nous res­semblent), aux syn­di­cats al­le­mands, bri­tan­niques, ita­liens, belges, es­pa­gnols et hol­lan­dais, de dé­cré­ter la fin des grèves, des sit-in et des ar­rêts de tra­vail, en Tu­ni­sie ! Puis, dans la même fou­lée, pour­quoi ne pas de­man­der aux syn­di­cats des pa­trons eu­ro­péens de faire la cam­pagne de pro­mo­tion des pro­duits tu­ni­siens au ni­veau de la qua­li­té de ces pro­duits, de l’em­bal­lage et du trans­port ra­pide, bien loin de l’achar­ne­ment bu­reau­cra­tique tu­ni­sien, pre­mier prix dans le monde ! Al­lons, donc, Mes­sieurs, Dames, re­ve­nons sur terre, et fai­sons de l’adage uni­ver­sel : « Aide-toi… le ciel t’ai­de­ra », notre cul­ture de pré­di­lec­tion. Ce­ci dit, il est bien vrai que l’eu­rope et l’oc­ci­dent dans leur en­semble ont lâ­ché la Tu­ni­sie post­ré­vo­lu­tion­naire, et aban­don­né cette nou­velle dé­mo­cra­tique nais­sante et fra­gile à son sort, alors, que des pays comme la Tur­quie, et bien d’autres, comme Is­raël, bé­né­fi­cient de très grandes lar­gesses et sou­tiens oc­ci­den­taux, pour des rai­sons évi­dentes aus­si bien stra­té­giques que de faire face aux vagues d’im­mi­grés par mil­lions qui tra­versent le Bos­phore et se dé­versent en Eu­rope. Mais, au-de­là de ces né­gli­gences ma­jeures de nos par­te­naires eu­ro­péens à sou­la­ger un pays proche et tou­jours co­opé­ra­tif avec le Vieux Conti­nent, la res­pon­sa­bi­li­té tu­ni­sienne dans le ma­rasme ac­tuel est évi­dente et sans ap­pel ! Quand plus de 1000 en­tre­prises font leurs va­lises pour le Ma­roc et l’asie du Su­dest et dé­lo­ca­lisent de Tu­ni­sie, quand le phos­phate et dé­ri­vés est si­nis­tré par une grève à ré­pé­ti­tion de­puis cinq ans, avec des pertes es­ti­més à plus de 1000 mil­liards, l’an, et quand l’an­née 2015 a en­re­gis­tré le triste re­cord ab­so­lu du nombre de grèves dans le pays, on ne peut re­pro­cher quoi que ce soit aux Eu­ro­péens. Main­te­nant, que le mal est fait… que faire ? Simple comme, bon­jour, si vrai­ment il y a la vo­lon­té de don­ner jus­te­ment la bonne image de la Tu­ni­sie, après cette réus­site non né­gli­geable sur le plan sé­cu­ri­taire. Je m’adresse à M. Has­sine Abas­si et ses proches col­la­bo­ra­teurs et à Mme Wi­ded Bou­cha­maoui et ses proches col­la­bo­ra­teurs, pour ob­ser­ver un vé­ri­table « contrat so­cial », nou­veau qui dé­crè­te­rait une paix so­ciale ferme pour la dé­cen­nie, avec un ar­rêt de toutes les grèves pen­dant cinq ans. De mon­trer aux Tu­ni­siennes et aux Tu­ni­siens, ain­si qu’au Monde en­tier, leur so­li­da­ri­té et leur en­tente ac­tives. De mettre en sour­dine les am­bi­tions de leurs bases en­thou­sias­mées par des luttes des­truc­trices de l’éco­no­mie et du pays tout en­tier. Alors, l’eu­rope, l’amé­rique, la Chine, la Rus­sie et tous les amis, nom­breux de la Tu­ni­sie, de par le monde, vien­dront au se­cours de la Tu­ni­sie… Parce que la Tu­ni­sie sans grèves est viable et vi­vable. Ar­rê­tez les an­nonces de grèves presque quo­ti­diennes et don­nez un peu de ré­pit à ce pays sub­mer­gé et as­som­mé par les exi­gences ir­réa­listes de ceux qui veulent le nau­frage de ce pays… sans rien don­ner, en contre­par­tie, au ni­veau de la com­pé­ti­ti­vi­té et du ren­de­ment qua­li­ta­tif. Ça fait six ans que les dé­ma­gogues de gros ca­libres et des pré­da­teurs as­soif­fés de haine et de dis­cordes so­ciales ont pris pos­ses­sion de cette Tu­ni­sie des mer­veilles, pour noir­cir sa terre verte et son ciel bleu ! Bas­ta !

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.