Rid­ha Char­fed­dine sur le point de re­ve­nir à de meilleurs sen­ti­ments !

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Sa­dok SLIMANE

En stage à Ta­bar­ka de­puis, l’équipe pre­mière de L’ESS sous la conduite de l’en­trai­neur Faou­zi Ben­zar­ti est sou­mise à un pro­gramme de pré­pa­ra­tion riche. En ef­fet, à rai­son de trois séances quo­ti­diennes le staff tech­nique étoi­lé en­tend re­mettre le groupe d’aplomb en vue de la re­prise de la com­pé­ti­tion de la Ligue 1. La pre­mière séance dé­bute à 6h du ma­tin est consa­crée au foo­ting et au stret­ching ma­ti­nal. Après le pe­tit dé­jeu­ner, vers 10h en­suite les joueurs se di­rigent vers la salle de mus­cu­la­tion pour en­tre­te­nir leur phy­sique et conso­li­der leur mus­cu­la­ture. En­fin dans l’après-mi­di (16h) un tra­vail tech­ni­co-tac­tique in­tense se­ra ac­com­pli.

Quid de la pré­si­dence? Après avoir an­non­cé sa dé­mis­sion de la pré­si­dence du club avec toutes les consé­quences qui en dé­coulent de cette décision, Rid­ha Char­fed­dine, en at­ten­dant l’as­sem­blée gé­né­rale pré­vue dans les se­maines qui suivent, conti­nue de rem­plir sa mis­sion avec toute la loyau­té et la fer­veur qui sied à un homme qui a beau­coup don­né à son club. En ef­fet, même si le pré­sident dé­mis­sion­naire ne s’est pas ren­du au lo­cal de L’ESS, de­puis mer­cre­di der­nier , il de­meure en contact per­ma­nent avec le se­cré­taire gé­né­ral et les membres de son bu­reau di­rec­teur. Par ailleurs, conti­nuant à re­ce­voir beau­coup à son bu­reau pro­fes­sion­nel, l’homme est sous la pres­sion de ceux qui en­tendent le faire plier sur sa décision. Pour toute ré­ponse, Char­fed­dine se conten­te­ra de ré­pondre « Il n’est pas dans mes tra­di­tions de lais­ser tom­ber le club à un mo­ment cri­tique, même si par ailleurs, ma décision de dé­part tient tou­jours ». Il faut lire entre les lignes.

Acos­ta avec le groupe : Oui, mais ! Il n’y a pas que le pré­sident du club Rid­ha Char­fe­dine qui en­tend rendre le ta­blier, le bré­si­lien Dio­go Acos­ta, non content du trai­te­ment que lui ré­serve la di­rec­tion spor­tive en lui in­fli­geant une sanc­tion consis­tant à s’en­trai­ner avec les « Elites », le joueur quoique fai­sant par­tie des joueurs se trou­vant ac­tuel­le­ment en stage à Ta­bar­ka, ne semble pas re­ve­nir à de meilleurs sen­ti­ments. En ef­fet, sen­tant le vent tour­ner au sein de l’ad­mi­nis­tra­tion du club sa­hé­lien, pré­fère prendre les de­vants en chan­geant d’ho­ri­zons, est-ce la rai­son pour la­quelle il a évo­qué ré­cem­ment sa vo­lon­té de quit­ter le club en ré­si­liant son contrat. Faut-il rap­pe­ler que le joueur qui a été l’ob­jet de beau­coup de cri­tiques de la part du pu­blic n’a pas bien di­gé­ré la sanc­tion qui a concer­né cu­rieu­se­ment les étran­gers et guère les na­tio­naux. Est-ce à dire que la baisse de ren­de­ment im­pu­tée à Acos­ta et Ban­gou­ra se li­mi­tait réel­le­ment à ces deux joueurs ? En at­ten­dant, le joueur bré­si­lien, bien dis­ci­pli­né, s’en­traine avec le groupe.

Ban­gou­ra avec la Gui­née à Mo­nas­tir Quoique sus­pen­du en com­pé­ti­tion in­ter­na­tio­nale en rai­son d’un car­ton rouge qu’il a éco­pé lors de la der­nière sor­tie de la sé­lec­tion gui­néenne, Al-kha­ly Ban­gou­ra, qui n’a pas été convo­qué par Kan­fo­ry Lap­pé Ban­gou­ra, le sé­lec­tion­neur na­tio­nal de la Gui­née, et de sur­croit sous le coup d’une sanc­tion dis­ci­pli­naire dans son club l’etoile du Sa­hel, se trouve ac­tuel­le­ment avec la sé­lec­tion na­tio­nale de son pays. En ef­fet, le sé­lec­tion­neur de la Gui­née a te­nu à ce que le joueur, com­bien même non-opé­ra­tion­nel, fasse par­tie du groupe des 21 in­ter­na­tio­naux gui­néens pré­sent à Mo­nas­tir.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.