La ba­taille de Mos­soul se pré­pare contre Daech

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

La ba­taille de Mos­soul se pré­pare ac­ti­ve­ment. A quelques ki­lo­mètres de la ca­pi­tale du Kur­dis­tan ira­kien, sur la ligne de front la plus proche, la guerre est quo­ti­dienne en ce dé­but oc­tobre. Sur une col­line, des pe­tits bun­kers sont en­tou­rés de sacs de sable, une lé­gère ou­ver­ture laisse en­tre­voir les ca­nons kurdes. La guerre est de­ve­nue une rou­tine pour Ra­der, un com­bat­tant kurde qui com­bat ici de­puis des mois. Il montre du doigt : «Ça, c’est Mos­soul. Daech bom­barde juste de­vant nous, avec des mor­tiers, et der­rière nous il y a les chars turcs qui nous aident sur le front et qui bom­bardent Daech. Ce que nous en­ten­dons ce sont les ca­nons des Turcs qui tirent sur Daech et Daech qui nous tire des­sus.» Sou­dain, une énorme dé­to­na­tion, la terre ocre se sou­lève, en­traî­nant un grand nuage de pous­sière. Les ji­ha­distes viennent de ti­rer à moins de 100 mètres du poste. Ac­crou­pi der­rière un mur, Res­kard, caque blanc sur la tête, ob­serve la si­tua­tion : «C’est tom­bé juste là, mais je ne sais pas s’ils ont ti­ré au mor­tier ou à la mi­trailleuse lourde, la dou­ch­ka… Les ji­ha­distes sont à moins de quatre à cinq ki­lo­mètres de nous. Pour eux, ce sont les der­niers pré­pa­ra­tifs avant la ba­taille de Mos­soul. Ils sont af­fai­blis et moins nom­breux, ils ne peuvent pas prendre nos po­si­tions, alors ils nous har­cèlent, frappent puis re­culent. « Un peu plus loin, dans le camp de com­man­de­ment, près d’une am­bu­lance prête à éva­cuer des bles­sés, un tal­kie-wal­kie dif­fuse les dis­cus­sions des ji­ha­distes. Des dis­cu­tions que les Kurdes ont réus­si à in­ter­cep­ter. Ba­ran Dos­ki est le gé­né­ral des pesh­mer­gas, les com­bat­tants kurdes : «Ça fait plus d’une se­maine qu’ils nous lancent des mor­tiers et que les échanges de tirs s’in­ten­si­fient. Ce soir, par exemple, une ving­taine de voi­tures du groupe Etat is­la­mique est ve­nue dans notre di­rec­tion. Pour la ba­taille de Mos­soul, on va jouer un rôle très im­por­tant. L’idée est d’ou­vrir un cor­ri­dor vers le centre de Mos­soul et d’ai­der les ci­vils à fuir, il y a des réunions en ce mo­ment avec l’ar­mée ira­kienne pour qu’ils viennent par­ti­ci­per.»

Les forces ira­kiennes, elles, sont sur un autre front, à Al-qayya­rah, à 60 ki­lo­mètres au sud de Mos­soul. A proxi­mi­té, la coa­li­tion mi­li­taire di­ri­gée par les Etats-unis est là pour les ap­puyer.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.