Pou­voir et op­po­si­tion tentent de ré­gler leurs dif­fé­rends

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

Le pré­sident co­lom­bien, Juan Ma­nuel San­tos, et le chef de file de l’op­po­si­tion Al­va­ro Uribe se sont ren­con­trés mer­cre­di en vue de ré­gler leurs dif­fé­rends sur l’ac­cord de paix avec les re­belles des Farc, re­je­té di­manche par une courte ma­jo­ri­té de Co­lom­biens. Les deux hommes, qui ne s’étaient pas ren­con­trés de­puis 2010, se sont en­ga­gés à mettre fin au conflit ar­mé qui a tué plus de 220.000 per­sonnes en 52 ans.

A l’is­sue d’un en­tre­tien de plus de trois heures, l’an­cien pré­sident Al­va­ro Uribe a sou­li­gné la né­ces­si­té d’»ajus­te­ments et de pro­po­si­tions qui doivent être in­tro­duites (...) pour re­cher­cher un nou­vel ac­cord de paix qui in­clu­ra tous les Co­lom­biens». Le pré­sident San­tos s’est mon­tré dis­po­sé à ap­por­ter des chan­ge­ments à l’ac­cord, a-t-il ajou­té, sans évo­quer de pro­po­si­tion pré­cise. «Nous avons iden­ti­fié que nombre de leurs in­quié­tudes viennent de points qui né­ces­sitent des cla­ri­fi­ca­tions ou des pré­ci­sions. Au­jourd’hui nous com­men­çons à tra­vailler avec eux pour ren­for­cer ces points et le­ver leurs doutes», a dit pour sa part le pré­sident co­lom­bien dans un bref com­mu­ni­qué. L’ave­nir du pacte semble dé­sor­mais dé­pendre de la ca­pa­ci­té des Farc à ac­cep­ter des condi­tions de dé­mo­bi­li­sa­tion plus sé­vères ain­si que d’un as­sou­plis­se­ment des de­mandes d’uribe. A La Ha­vane, les né­go­cia­teurs du gou­ver­ne­ment ont re­trou­vé mar­di ceux des re­belles mar­xistes, qui ont pro­mis de res­ter «fi­dèles» au pacte.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.