«Dans le groupe A, la qua­li­fi­ca­tion se joue­ra entre la Tu­ni­sie et la RDC !»

Le Temps (Tunisia) - - Sports -

Le point de vue de Mad­jer sur les éli­mi­na­toires du Mon­dial :

Ra­bah Mad­jer, qui a joué deux Coupes du monde en 1982 et 1986 et qui a per­mis au FC Por­to d’être sa­cré cham­pion d’eu­rope en 1987 avec no­tam­ment la fa­meuse ta­lon­nade de­ve­nue une marque dé­po­sée, ana­lyse toutes les ren­contres de la pre­mière jour­née des éli­mi­na­toires de la Coupe du monde, Rus­sie 2018 pour la zone Afrique, au mi­cro de ca­fon­line.com. -Les éli­mi­na­toires de la Coupe du monde 2018, zone Afrique com­men­ce­ront ce week-end, avec no­tam­ment un al­lé­chant Al­gé­rie-ca­me­roun, à Bli­da… -In­con­tes­ta­ble­ment, c’est l’af­fiche de cette pre­mière jour­née des éli­mi­na­toires. Elle va op­po­ser deux grands té­nors, deux gros mor­ceaux du foot­ball afri­cain. L’al­gé­rie doit im­pé­ra­ti­ve­ment s’im­po­ser face au Ca­me­roun. Ce der­nier doit évi­ter la dé­faite. Les Fen­necs doivent s’im­po­ser car en dé­pla­ce­ment ils risquent d’avoir des pro­blèmes, no­tam­ment l’adap­ta­tion aux condi­tions cli­ma­tiques. Ce se­ra un match très dif­fi­cile. Mais, l’al­gé­rie au­ra l’avan­tage du ter­rain et du pu­blic. Il ne faut pas ou­blier aus­si que les Fen­necs n’ont ja­mais per­du au stade de Bli­da. C’est ce qui me laisse op­ti­miste (rire). -La clé du match à votre avis ? -Tout dé­pen­dra de l’état de forme des joueurs. En plus, un tel match risque de se jouer sur un pe­tit dé­tail. Ça va être ser­ré. Pour l’al­gé­rie, je pense qu’il faut im­pé­ra­ti­ve­ment l’em­por­ter et pour ce­la, il fau­dra être of­fen­sif sur le ter­rain tout en étant vi­gilent der­rière, face à une at­taque ca­me­rou­naise ra­pide. L’al­gé­rie pos­sède une très bonne ligne d’at­taque avec les Sli­ma­ni, Fe­ghou­li, Mah­rez et Bra­hi­mi. -Dans le même groupe, il y’au­ra à Ndo­la une ren­contre entre la Zam­bie et le Ni­gé­ria…

Le Ni­gé­ria n’est plus à pré­sen­ter. C’est une équipe ré­pu­tée co­riace, mal­gré le pas­sage à vide qu’elle tra­verse et qui lui a coû­té une éli­mi­na­tion de la CAN 2017. Mais, c’est une équipe qui a des tra­di­tions. Elle ré­pond tou­jours pré­sente dans les grands évé­ne­ments. Avec cette éli­mi­na­tion à la CAN, les Su­per Eagles vont se don­ner à fond pour se qua­li­fier au mon­dial russe, tout comme la Zam­bie qui est presque dans la même si­tua­tion. A mon avis, ce se­ra un match ou­vert. -Lors de la se­conde jour­née des éli­mi­na­toires pré­vue en No­vembre, l’al­gé­rie se dé­pla­ce­ra au Ni­ge­ria. Ce se­ra un autre choc pour l’al­gé­rie. Oui, mais je pense que l’al­gé­rie est la bête noire du Ni­ge­ria. On leur a sou­vent créé des pro­blèmes. Ce se­ra un bon test pour les Fen­necs après le Ca­me­roun parce que jusque-là, on n’a pas en­core af­fron­té une grande équipe. On s’est conten­té uni­que­ment du Le­so­tho, du Ma­la­wi, des Seychelles, de l’ethio­pie et d’autres équipes. Ce se­ra un bon test pour l’al­gé­rie sur­tout que la CAN 2017 ap­proche. -Le Gha­na, une des meilleures équipes du conti­nent ces der­nières an­nées ac­cueille quant à lui l’ou­gan­da. C’est une mis­sion à la por­tée des Gha­néens. -Sur le pa­pier le Gha­na est lar­ge­ment fa­vo­ri. C’est une des meilleures équipes du conti­nent, fi­na­liste mal­heu­reuse de la pré­cé­dente édi­tion de la CAN en Gui­née Equa­to­riale. Le Gha­na pos­sède aus­si une très bonne gé­né­ra­tion de joueurs. Mais, le foot­ball n’est pas une science exacte. Ils doivent être vi­gilent car l’ou­gan­da adopte un jeu phy­sique ba­sé sur l’en­ga­ge­ment et le bloc. -Dans le même groupe, l’egypte se dé­place à Braz­za­ville pour af­fron­ter les Diables Rouges du Con­go.

-Dif­fi­cile pour les Pha­raons parce qu’ils af­fron­te­ront une équipe du Con­go qui a réa­li­sé une très bonne pro­gres­sion sur le plan du jeu. Sin­cè­re­ment, j’ai vu le Con­go il n’y a pas si long­temps et j’ai consta­té que c’est une équipe qui peut me­ner la vie dure aux grands. L’egypte a tra­ver­sé des mo­ments dif­fi­ciles ces der­nières an­nées en ra­tant trois édi­tions de suite de la CAN, ce qui n’est pas nor­mal pour une des plus grandes na­tions du foot­ball. Néan­moins, l’egypte a des avan­tages. Le groupe de joueurs com­po­sé es­sen­tiel­le­ment de lo­caux est un grand plus. Il per­met à la sé­lec­tion d’être en re­grou­pe­ment en per­ma­nence. Ce sont aus­si des joueurs ve­nus es­sen­tiel­le­ment d’al Ah­ly, du Za­ma­lek et d’is­maï­li donc ils connaissent par­fai­te­ment l’afrique à tra­vers les par­ti­ci­pa­tions de ces clubs aux com­pé­ti­tions in­ter­clubs de la CAF. L’egypte pos­sède aus­si des in­di­vi­dua­li­tés, comme le joueur de L’AS Ro­ma, Mo­ha­med Sa­lah. C’est un joueur qui brille ces der­nières se­maines. -Un autre choc au­ra lieu dans un stade où vous avez dé­jà joué, à sa­voir Boua­ké et op­po­se­ra la Côte d’ivoire et le Ma­li. Là aus­si ce se­ra très chaud… -Je grade de bons sou­ve­nirs de Boua­ké à l’oc­ca­sion de la CAN 1984. Bref, ce match est aus­si un choc, à l’ins­tar d’al­gé­rie-ca­me­roun. Deux équipes so­lides vont se ren­con­trer. Ce se­ra dif­fi­cile et je pense même que ça se joue­ra sur un pe­tit dé­tail car au­cune des deux équipes ne vou­dra perdre. -La Côte d’ivoire se­ra amoin­drie de sa pièce maî­tresse pen­dant des an­nées, Yaya Tou­ré…

-Vrai­ment, je re­grette cette dé­ci­sion car elle nous pri­ve­ra lors de la CAN de voir un joueur tel que Yaya Tou­ré. Ce n’est pas fa­cile de rem­por­ter le Bal­lon d’or afri­cain, quatre fois consé­cu­ti­ve­ment. Il laisse un grand vide au mi­lieu de ter­rain. -Les Lions de l’at­las vont se rendre pour le compte du même groupe, au Ga­bon pour af­fron­ter les Pan­thères ? -Sin­cè­re­ment, la tâche des voi­sins ma­ro­cains s’an­nonce très dé­li­cate. Je crains beau­coup pour cette équipe ma­ro­caine qui va af­fron­ter le Ga­bon chez lui, avec toute son ar­ma­da à com­men­cer par Au­ba­meyang qui est un des meilleurs buteurs de tous les cham­pion­nats eu­ro­péens. Pour le Ma­roc, le Ga­bon se­ra la clé d’un par­cours dans ces éli­mi­na­toires car les deux autres dé­pla­ce­ments au Ma­li et en Côte d’ivoire se­ront pleins de dan­gers et plus dif­fi­ciles que ce­lui du Ga­bon. Dans ce genre de com­pé­ti­tion, il faut rem­por­ter tous les matchs à do­mi­cile et es­sayer des grat­ter quelques points en dé­pla­ce­ment. -Dans le groupe A, la Tu­ni­sie ac­cueille la Gui­née tan­dis que la RDC ac­cueille la Li­bye. Que pou­vez-vous dire sur ce groupe ? -Pour moi, la qua­li­fi­ca­tion se joue­ra entre la Tu­ni­sie et la RDC es­sen­tiel­le­ment. Ce sont les deux meilleures équipes, mais il faut at­tendre les ré­sul­tats de la pre­mière jour­née pour pou­voir ap­por­ter une cri­tique ob­jec­tive. La Gui­née est en pleine re­cons­truc­tion ac­tuel­le­ment, alors que la Li­bye tra­verse des mo­ments dif­fi­ciles mais elle reste une équipe so­lide qui peut im­po­ser son im­pact phy­sique sur le ter­rain. -Un autre match in­té­res­sant à suivre met­tra aux prises le Sé­né­gal à son voi­sin cap­ver­dien… -Ce match res­semble à un der­by car les deux équipes se connaissent par­fai­te­ment. Mais, en vé­ri­té, le Sé­né­gal est net­te­ment su­pé­rieur au Cap Vert. J’ai eu l’oc­ca­sion de suivre les deux équipes et les Lions de la Te­ran­ga m’ont vrai­ment im­pres­sion­né. Le sé­lec­tion­neur Aliou Cis­sé a su pour­suivre le tra­vail qui a été en­ta­mé. C’est une équipe qui est en très nette pro­gres­sion et je ne vous le cache pas, je la vois bien faire par­tie des cinq Afri­cains qui nous re­pré­sen­te­ront à Rus­sie 2018. -L’autre match du groupe op­po­se­ra le Bur­ki­na Fa­so à l’afrique du Sud. Les Eta­lons se­ront sans doute fa­vo­ris car ils jouent à do­mi­cile ?

-Oui, mais ça reste un match très ou­vert. Le Bur­ki­na Fa­so a beau­coup ré­gres­sé. Ce n’est plus la même équipe que celle qu’on avait vu en 2013. L’afrique du Sud pos­sède un très bon groupe de joueurs mais qui doit tra­vailler en­core pour pro­gres­ser. Il n’a pas en­core at­teint sa ma­tu­ri­té.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.