L'es­pa­don de Mé­di­ter­ra­née en voie d'ex­tinc­tion

Le Temps (Tunisia) - - La Une -

Ocea­na tire le si­gnal d’alarme: soit la mise en place d’un plan de ré­ta­blis­se­ment im­mé­diat, soit l’ar­rêt de la pêche de l’es­pa­don mé­di­ter­ra­néen pour as­su­rer la sur­vie de l’es­pèce. La po­pu­la­tion d’es­pa­don de Mé­di­ter­ra­née a chu­té de 70 % en 30 ans en rai­son de la sur­pêche. Ocea­na sou­tient plei­ne­ment l’ap­pel à un plan d’ac­tion urgent et im­mé­diat pour re­cons­ti­tuer la po­pu­la­tion d’es­pa­don sur les fonds ro­cheux de Mé­di­ter­ra­née, afin de sau­ve­gar­der son ave­nir dans la ré­gion.

Ocea­na tire le si­gnal d’alarme: soit la mise en place d’un plan de ré­ta­blis­se­ment im­mé­diat, soit l’ar­rêt de la pêche de l’es­pa­don mé­di­ter­ra­néen pour as­su­rer la sur­vie de l’es­pèce. La po­pu­la­tion d’es­pa­don de Mé­di­ter­ra­née a chu­té de 70 % en 30 ans en rai­son de la sur­pêche. Ocea­na sou­tient plei­ne­ment l’ap­pel à un plan d’ac­tion urgent et im­mé­diat pour re­cons­ti­tuer la po­pu­la­tion d’es­pa­don sur les fonds ro­cheux de Mé­di­ter­ra­née, afin de sau­ve­gar­der son ave­nir dans la ré­gion. En l’ab­sence d’une telle me­sure, la seule so­lu­tion se­rait de stop­per to­ta­le­ment la pêche de l’es­pa­don dans la ré­gion pour que L’UE conserve la pos­si­bi­li­té d’at­teindre ses ob­jec­tifs de ré­ta­blis­se­ment du­rable des stocks de pois­sons d’ici 2020. Le stock d’es­pa­don a été ré­duit à un tiers seule­ment de son vo­lume de­puis les an­nées 1980 en rai­son de la sur­pêche gé­né­ra­li­sée et des ter­gi­ver­sa­tions po­li­tiques.

Cet ap­pel à l’ac­tion ré­sulte d’une réunion in­ter­na­tio­nale sur les pê­che­ries te­nue cette se­maine à Ma­drid, du­rant la­quelle les scien­ti­fiques ont sou­li­gné l’ur­gence cri­tique de la si­tua­tion dans la­quelle se trouve l’un des pois­sons les plus em­blé­ma­tiques des pê­che­ries com­mer­ciales mé­di­ter­ra­néennes. La sur­pêche de l’es­pa­don de Mé­di­ter­ra­née est ar­ri­vée à un tel point qu’il est né­ces­saire que tous les pays qui pêchent en Mé­di­ter­ra­née doivent lan­cer un plan afin de ré­ta­blir les stocks d’es­pa­don à un ni­veau du­rable et de re­mé­dier aux dom­mages à long terme cau­sés à cette pê­che­rie. » « L’es­pa­don de Mé­di­ter­ra­née a be­soin d’un plan de ré­ta­blis­se­ment dès main­te­nant. L’UE pêche plus de 75 % des stocks de cette es­pèce et c’est à elle qu’in­combe la res­pon­sa­bi­li­té d’as­su­rer son ré­ta­blis­se­ment com­plet. Le main­tien de la com­plai­sance et des com­pro­mis po­li­tiques n’est pas la so­lu­tion, » a dé­cla­ré Lasse Gus­tavs­son, di­rec­teur exé­cu­tif d’ocea­na en Eu­rope. Sur les 30 stocks de pois­sons gé­rés par la Com­mis­sion in­ter­na­tio­nale pour la conser­va­tion des tho­ni­dés de l’at­lan­tique (ICCAT) – l’or­ga­nisme res­pon­sable de la conser­va­tion des thons et des es­pèces ap­pa­ren­tées dans l’océan At­lan­tique et la Mé­di­ter­ra­née – c’est l’es­pa­don de Mé­di­ter­ra­née qui a le plus souf­fert. Trois dé­cen­nies de sur­pêche constante, igno­rant les avis scien­ti­fiques, conju­gués à l’ab­sence to­tale de cadre po­li­tique pour une su­per­vi­sion adé­quate de la ges­tion des pê­che­ries, ont pro­vo­qué une di­mi­nu­tion de 70 % de la po­pu­la­tion d’es­pa­don de Mé­di­ter­ra­née. Dans les cas de l’es­pa­don de l’at­lan­tique et le thon rouge, qui ont tous deux connu des si­tua­tions si­mi­laires dans le pas­sé, des plans de ré­ta­blis­se­ment ont été éla­bo­rés et mis en place quand les pre­miers signes avant-cou­reurs sont ap­pa­rus et ont per­mis de­puis de ré­ta­blir des ni­veaux du­rables, éga­le­ment ap­pe­lés ren­de­ment maxi­mal du­rable (RMD). Si l’union eu­ro­péenne veut at­teindre l’ob­jec­tif de la Po­li­tique com­mune de la pêche en termes de RMD d’ici 2020, elle doit stop­per to­ta­le­ment la pêche de l’es­pa­don en Mé­di­ter­ra­née ou lan­cer un ap­pel aux pays membres de la CICTA pour dé­clen­cher un plan de ré­ta­blis­se­ment im­mé­diat. À me­sure que la crise mon­diale due à la sur­pêche s’am­pli­fie­ra, la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale at­ten­dra de L’UE qu’elle prenne les de­vants et agisse de ma­nière res­pon­sable. L’UE est un ac­teur clé de la pêche de l’es­pa­don en Mé­di­ter­ra­née, re­pré­sen­tant 75 % de toutes les prises d’es­pa­don, et l’éven­tua­li­té qu’elle ne par­vienne pas à rem­plir son obli­ga­tion lé­gale de ré­ta­blir ce stock à un ni­veau du­rable com­pro­met­trait sé­rieu­se­ment sa ca­pa­ci­té, son en­ga­ge­ment et sa vo­lon­té d’at­teindre l’ob­jec­tif de dé­ve­lop­pe­ment du­rable 14 éta­bli au ni­veau in­ter­na­tio­nal par les Na­tions Unies: Con­ser­ver et ex­ploi­ter de ma­nière du­rable les océans, les mers et les res­sources ma­rines.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.