Si­tua­tion «in­cer­taine» et «im­pré­cise»

Le Temps (Tunisia) - - La Une -

Quelques jours seule­ment nous sé­parent des pre­mières va­cances sco­laires alors que plu­sieurs écoles pri­maires des dif­fé­rentes ré­gions du pays en­re­gistrent à ce jour un manque d’en­sei­gnants, s’in­dignent des pa­rents d’élèves. «Les em­plois du temps sont en­core va­riables et au­cune dé­ci­sion dé­fi­ni­tive n’a en­core été prise concer­nant le concours de la sixième an­née alors que les cours par­ti­cu­liers ont bien dé­mar­ré», dé­non­cen­tils, in­quié­tés par une si­tua­tion «in­cer­taine» et «im­pré­cise». Se­lon le Se­cré­taire gé­né­ral du Syn­di­cat de l’en­sei­gne­ment pri­maire re­le­vant de l’union Gé­né­rale Tu­ni­sienne du Tra­vail (UGTT) Mas­tou­ri Gam­mou­di, il existe ac­tuel­le­ment en­vi­ron 10 mille postes va­cants sur l’en­semble du ter­ri­toire. «Il a été conve­nu avec le mi­nis­tère de l’edu­ca­tion d’af­fec­ter d’ici la fin du mois en cours 1000 en­sei­gnants en at­ten­dant le re­cru­te­ment du reste d’ins­ti­tu­teurs sur trois ans (2017-2018-2019)», a-t-il pré­ci­sé. La com­mis­sion tri­par­tite (Ugtt­mi­nis­tère de l’edu­ca­tion et l’ins­ti­tut Arabe des Droits de l’homme) char­gée du dia­logue sur la ré­forme du sys­tème édu­ca­tif n’a pas en­core tran­ché sur la ques­tion de la sixième an­née, a-t-il en­core in­di­qué. Con­crè­te­ment, il n’y a à ce jour au­cune cir­cu­laire ou note of­fi­cielle sti­pu­lant que le concours de la sixième an­née est obli­ga­toire pour tous les élèves.

Des pa­rents d’élèves de dif­fé­rentes écoles du Grand Tu­nis in­ter­ro­gés par l’agence TAP, ont dé­non­cé ce manque d’en­sei­gnants qui per­dure de­puis presque un mois, sur­tout pour les classes de la sixième an­née. La cir­cu­laire du mi­nis­tère de l’edu­ca­tion or­ga­ni­sant les cours par­ti­cu­liers dans les éta­blis­se­ments sco­laires énonce que ces cours sont fa­cul­ta­tifs et qu’il ne faut pas dé­pas­ser 15 élèves par groupe. «A cause des cours par­ti­cu­liers, les en­fants n’ont plus as­sez de temps pour s’épa­nouir et pour jouer», es­timent en­core les pa­rents. L’agence TAP a ten­té à plu­sieurs re­prises de contac­ter le mi­nis­tère de l’edu­ca­tion pour avoir des éclair­cis­se­ments sur la si­tua­tion, mais n’a eu au­cune ré­ponse à ce jour.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.