Une ligne de cré­dit pour faire face à l'en­det­te­ment des hô­te­liers ?

Des chiffres alar­mants : 300 hô­tels sont en­det­tés, 4 mil­liards de di­nars de dettes, des créances li­ti­gieuses de 1,4 mil­liard de di­nars

Le Temps (Tunisia) - - La Une - Ka­mel BOUAOUINA

« Si le mar­ché ne peut pas don­ner plus, si les gens boudent la des­ti­na­tion pour des rai­sons de mau­vaise qua­li­té, de sé­cu­ri­té où d'image né­ga­tive ça ne sert à rien de di­la­pi­der l'ar­gent en le don­nant aux TO. Il faut sou­te­nir les pro­fes­sion­nels tu­ni­siens pour cet hi­ver. »

L’en­det­te­ment du sec­teur hô­te­lier est res­té sans ré­ponse. Quelque 300 hô­tels sont au­jourd'hui en­det­tés, soit 1/3 de l'hô­tel­le­rie na­tio­nale. Le mon­tant est alar­mant: l’en­det­te­ment glo­bal du sec­teur de l’hô­tel­le­rie en Tu­ni­sie se­rait de 4 mil­liards de di­nars si l’on en croit les der­nières sta­tis­tiques de la BCT de l’an­née 2014. Le mon­tant des créances clas­sées s’élève, lui, à 2,3 mil­liards de di­nars, qu’il faut dis­so­cier des créances li­ti­gieuses es­ti­mées, elles, à 1,4 mil­liard de di­nars. Le taux de la dette du sec­teur de l’hô­tel­le­rie ne re­pré­sen­te­rait que 7,25% du to­tal des créances ban­caires. Autre taux avan­cé: l’en­det­te­ment du sec­teur hô­te­lier ne consti­tue­rait que 6% de la va­leur du pa­tri­moine hô­te­lier exis­tant. Ce­ci étant, le fon­cier au­rait per­du de sa va­leur, une ving­taine d’hô­tels ac­tuel­le­ment mis en vente n’au­raient pas trou­vé pre­neur. Si les banques at­tri­buent leurs dif­fi­cul­tés de li­qui­di­té à l'im­por­tance des créances im­payées du sec­teur tou­ris­tique, les hô­te­liers im­putent leurs en­det­te­ments à des pra­tiques ban­caires non conformes aux dis­po­si­tions ré­gle­men­taires au ni­veau du taux d'in­té­rêt ap­pli­qué aux hô­te­liers, aux mé­thodes de cal­cul et de per­cep­tion des in­té­rêts en­traî­nant des aug­men­ta­tions ex­po­nen­tielles ir­ré­gu­lières de leurs dettes. Du coup, de­puis quelque temps, de plus en plus de voix s’élèvent pour pro­tes­ter contre l’ab­sence de me­sures ef­fi­caces en fa­veur des hô­te­liers su­per en­det­tés) Dans une si­tua­tion mo­rose, la ren­ta­bi­li­té du sec­teur de l’hô­tel­le­rie reste né­ga­tive. Pire en­core, elle ne cesse de se dé­té­rio­rer de­puis quelques exer­cices. Cette si­tua­tion s’est ag­gra­vée par la hausse des charges d’in­té­rêts due à un en­det­te­ment im­por­tant.

Le mi­nis­tère du tou­risme de­vait faire face à ce pro­blème et s’at­ta­quer au gros pro­blème du sec­teur, à sa­voir l’en­det­te­ment. Une si­tua­tion qui de­vient in­sou­te­nable et qui mé­rite des ac­tions concrètes. La so­lu­tion pro­po­sée il y a quelques an­nées c’était la so­cié­té de Ges­tion d’ac­tifs ou AMC (As­sets Ma­na­ge­ment Com­pa­ny), mais cette so­lu­tion à la pro­blé­ma­tique de l’en­det­te­ment des hô­tels, est consi­dé­rée in­juste et in­op­por­tune pour les uns et ef­fi­cace pour d’autres. Jusque-là, les pro­fes­sion­nels ont eu gain de cause, puisque le pro­jet de loi por­tant sur sa créa­tion a été re­ti­ré et le pro­blème, au­jourd’hui en­core, de­meure en­tier. Ab­del­la­tif Ha­mam, di­rec­teur gé­né­ral de l'of­fice na­tio­nal du tou­risme tu­ni­sien qui était pré­sent à Paris pour L'IFTM Top Re­sa 2016 a dé­cla­ré au site fran­çais Tour­mag que « Les hô­te­liers se sont en­det­tés au­près du sec­teur ban­caire. Le pro­blème est que la crise pour le tou­risme tu­ni­sien dure, avec des to­na­li­tés dif­fé­rentes de­puis 2011. Nous n'avons ja­mais re­trou­vé les vo­lumes de fré­quen­ta­tion at­teints en 2010. Par consé­quent, le sec­teur a per­du confiance et les en­tre­prises ne sont pas en me­sure de res­pec­ter leurs en­ga­ge­ments pris avec les banques. Main­te­nant, comme l'ac­ti­vi­té com­mence à re­prendre, les hô­te­liers viennent voir les au­to­ri­tés en leur ex­pli­quant qu'ils ont be­soin d'ar­gent pour re­mettre leurs équi­pe­ments à ni­veau. Ce­la concerne au moins un bon tiers du sec­teur. C'est pour­quoi notre mi­nistre du Tou­risme et de l'ar­ti­sa­nat oeuvre ac­tuel­le­ment pour mettre à la dis­po­si­tion des hô­te­liers tu­ni­siens une ligne de cré­dit qui pour­rait être éven­tuel­le­ment fi­nan­cée par l'agence fran­çaise de dé­ve­lop­pe­ment ou un autre bailleur de fonds. Cet ar­gent de­vrait per­mettre aux hô­te­liers de ré­no­ver leur ou­til de pro­duc­tion dans des dé­lais rai­son­nables. Le tout en in­té­grant de nou­veaux ré­flexes liés no­tam­ment à l'éco­lo­gie et à la pré­ser­va­tion de l'en­vi­ron­ne­ment. C'est une chose à la­quelle les vi­si­teurs al­le­mands et fran­çais sont par­ti­cu­liè­re­ment sen­sibles. »

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.