L’ave­nir du Moyen-orient : Quel nou­vel ordre ?

Le Temps (Tunisia) - - Monde -

En­vi­sa­ger l’ave­nir du Moyen-orient de­vient une en­tre­prise pé­rilleuse. Les mul­tiples scé­na­rios qui se pré­sentent, qu’ils soient po­si¬tifs, né­ga­tifs ou mi­ti­gés, sont sur¬pre­nants quand il s’agit d’ima­gi­ner à quoi res­sem­ble­rait la ré­gion dans dix ans. La plu­part des ob­ser­va­teurs s’at­tendent à ce que la si­tua­tion prenne un cours dif­fé­rent de ce que l’on sou­hai­te­rait, re­la­ti­ve­ment à la conso­li­da­tion de la sé­cu­ri­té, de la sta­bi­li­té et du dé­ve­lop­pe­ment pour les peuples de la ré­gion. Ils se basent no­tam­ment sur la dé­rive qu’a prise le « Prin­temps arabe », deve¬nu « au­tomne is­la­miste », ayant en­traî­né des guerres ci­viles en Li­bye et en Syrie. Les es­poirs et les voeux pieux ne sont pas, bien en­ten­du, les meilleurs ou­tils de ré­flexion sur l’ave­nir du Moyen-orient. La connais­sance, le rai­son­ne­ment et l’ana­lyse sont des condi­tions né­ces­saires pour se pré¬mu­nir contre — ou du moins li­mi¬ter — les mau­vaises sur­prises. Sur­tout que le Moyen-orient res­te­ra pro­ba­ble­ment une zone de doutes et d’in­cer­ti­tudes. Des in­cer­ti­tudes qui ne jus­ti­fie­raient pas pour au­tant une at­ti­tude d’at­tente pas­sive. Les dé­ci¬sions po­li­tiques per­ti­nentes sont sus­cep­tibles d’amé­lio­rer les condi¬tions de vie et de ren­for­cer la sé­cu¬ri­té de mil­lions d’hu­mains. Même si cer­taines condi­tions échappent à notre contrôle, comme les change¬ments cli­ma­tiques et dé­mo­gra¬phiques, d’autres sont plus in­fluen¬çables, comme les re­la­tions entre les Etats et les peuples de la ré­gion. Une ré­gion des­ti­née à de­meu­rer pour une longue pé­riode à ve­nir un fac­teur dé­ter­mi­nant de la sé­cu­ri­té mon­diale, grâce à sa ri­chesse en res­sources éner­gé­tiques, son em­pla¬ce­ment au croi­se­ment d’im­por­tantes routes com­mer­ciales, mais aus­si sa ca­pa­ci­té à ex­por­ter le ter­ro­risme ré­sul­tant de ses guerres, de ses troubles po­li­tiques et de sa pau­vre­té in­té­rieure.

Néan­moins, il faut res­ter op­ti¬miste quant à l’ave­nir du Moyen-orient. Il se peut que cet op­ti­misme soit consi­dé­ré par cer­tains comme dé­pla­cé, vu les condi­tions dif­fi­ciles que connaît ac­tuel­le­ment la ré­gion : la pro­pa­ga­tion de la vio­lence, de l’ex­tré­misme et du ter­ro­risme, les guerres ci­viles en Li­bye, en Syrie, au Yé­men et en Iraq, la pos­ses­sion par Is­raël, et peu­têtre de­main par l’iran, d’armes de des­truc­tion mas¬sive, l’ac­crois­se­ment du nombre de ré­fu­giés et de mi­grants illé­gaux, et la crise du peuple pa­les­ti­nien qui per­dure. Ce­la dit, il reste pos­sible d’en­vi­sa­ger un ave­nir plus re­lui­sant pour cette ré­gion, à condi­tion de prendre au­jourd’hui les bonnes dé­ci­sions. Dans ce contexte, il faut sou­li­gner une fois de plus que le pes­si­misme, la pas­si­vi­té et la non¬cha­lance ne consti­tuent pas un choix. De­puis le dé­but de la co­lo­ni­sa­tion im­pé­ria­liste oc­ci­den­tale, le Moye­no­rient vit une époque de conflits et d’in­sta­bi­li­tés. La ré­gion souffre éga­le­ment de taux éle­vés de pau¬vre­té et d’in­éga­li­té dans la ré­par­ti¬tion des res­sources. Elle souffre aus­si, dans pas mal de cas, de la fra­gi­li­té des ins­ti­tu­tions po­li­tiques, don­nant comme ré­sul­tat des guerres ci­viles, la pé­ren­ni­sa­tion de ré­gimes op­pres­sifs, la cor­rup­tion, une hé­té¬ro­gé­néi­té eth­nique et ra­ciale, et l’ins­tru­men­ta­li­sa­tion de tout ce­la par des groupes ter­ro­ristes et ex­tré¬mistes comme Daech. A la lu­mière de ce qui pré­cède, de­meure une ques­tion per­sis­tante : comment, face à tous ces dé­fis, les peuples de cette ré­gion peuvent-ils tra­vailler en­semble pour dé­ci­der eux­mêmes de leur ave­nir et de ce­lui de leur ré­gion ?

Pour ré­pondre à cette ques­tion, il convient de rap­pe­ler l’ac­cord Sy­kes­pi­cot, si­gné en 1916 entre la Gran­de­bre­tagne et la France, qui créa les nou­velles fron­tières na­tio¬nales de la ré­gion, ré­par­tie en zones d’in­fluence. Cet ac­cord nous montre jus­te­ment ce qu’il faut évi­ter pour l’ave­nir du Moyen-orient : notre ré­gion n’a plus be­soin de nou­velles fron­tières ou de nou­veaux ter­rains de chasse pri­vés, mais plu­tôt d’etats forts, à même de te­nir face aux dé­fis éco­no­miques et so­ciaux, aux di­vi¬sions eth­niques et aux in­fluences étran­gères. Pour que les peuples du Moye­no­rient puissent trou­ver des so­lu¬tions aux dé­fis aux­quels ils font face, il est tout aus­si im­por­tant de trou­ver des com­pro­mis pour désa¬mor­cer les ten­sions qui per­sistent, d’abord à l’échelle in­ter­na­tio­nale entre les Etats-unis et la Rus­sie, en­suite à l’échelle ré­gio­nale entre l’egypte, l’iran, la Tur­quie, l’ara¬bie saou­dite et Is­raël. L’ob­jec­tif se­rait de par­ve­nir à un ac­cord col¬lec­tif te­nant compte des grandes ques­tions re­la­tives aux Pa­les­ti­niens, aux Kurdes et aux Frères mu­sul¬mans, et sus­cep­tible de créer des so­lu­tions pra­tiques en Li­bye, en Syrie et en Iraq. Parce que les guerres qui doivent se ter­mi­ner avec un vain­queur et un vain­cu se per­pé¬tuent à l’in­fi­ni. En­fin, construire un meilleur ave¬nir du Moyen-orient a be­soin pour se concré­ti­ser de la construc­tion d’une large al­liance à l’échelle ré­gio­nale voire, in­ter­na­tio­nale, d’in¬tel­lec­tuels, de po­li­tiques, d’hommes d’af­faires et D’ONG. En per­met­tant à des cen­taines de mil­lions de per¬sonnes de sor­tir de la pau­vre­té, et en fai­sant face aux dé­fis de la pé­nu­rie d’eau, de nour­ri­ture et d’éner­gie, ce ré­seau po­li­tique, éco­no­mique et in­tel­lec­tuel joue­ra dans le sens du dé­ve­lop­pe­ment et de la paix de cette ré­gion. Et en ca­pi­ta­li­sant sur l’in­ter¬dé­pen­dance des pays de la ré­gion, cette al­liance ren­dra pos­sible le dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique dans l’in­té­rêt de toutes les par­ties concer¬nées, no­tam­ment dans les do­maines de l’éner­gie, de l’en­vi­ron­ne­ment, de l’eau, de la nour­ri­ture, du com¬merce, de l’in­ves­tis­se­ment, du tou¬risme, du trans­port, de la com­mu­ni¬ca­tion et de la cir­cu­la­tion de la main-d’oeuvre. Les im­por­tantes chances de co­opé­ra­tion ré­gio­nale au Moyen-orient rendent pos­sible la for­ma­tion d’une telle al­liance.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.